https://vieviewer.com/
https://openbi.org/covid19-suivi-du-covid-19/

Politique

Nicolas Revel évoque une généralisation de l'e-prescription en 2020

0 651

PARIS (TICsanté) - La phase de généralisation de l'e-prescription débutera en 2020, indique le directeur général de la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam), Nicolas Revel, dans une interview publiée dans l'édition du Quotidien du pharmacien du 11 avril.

Dans cet entretien, Nicolas Revel rappelle que la prescription électronique pharmaceutique fait l'objet d'une expérimentation dans trois départements (Val-de-Marne, Saône-et-Loire et Maine-et-Loire) depuis 2017.

Le dispositif passe par l'impression sur l'ordonnance du patient d'un QR code rassemblant les données de la prescription réalisée par le médecin. Le code est ensuite lu par le pharmacien au moment de la délivrance des médicaments.

"D'ici l'été, nous passerons à une nouvelle étape qui permettra que les données de la prescription soient accessibles par le pharmacien à travers une base centrale", ce qui permettra d'éviter l'étape d'impression papier, annonce Nicolas Revel. "Cela sécurisera le processus et rendra plus rapide et facile le retour d'information vers le prescripteur en cas de nécessité."

"Nous aborderons la phase de généralisation en 2020", ajoute-t-il, alors que la convention d'objectifs et de gestion (COG) de la Cnam pour 2018-2022 table sur une généralisation à compter de 2019.

Le projet de loi de santé prévoit de généraliser l'e-prescription par voie d'ordonnances, rappelle-t-on. Le texte, voté en première lecture par les députés en mars, doit être examiné au Sénat en juin.

S'agissant du dossier médical partagé (DMP), déployé nationalement depuis novembre 2018, Nicolas Revel indique que la possibilité pour le patient de récupérer son ordonnance via cette plateforme "est prévue dans la nouvelle phase qui démarre". Il s'agit de mettre en place un flux depuis le poste du médecin pour orienter l'ordonnance vers la future base centrale d'e-prescription et vers le DMP du patient.

Le patron de l'assurance maladie considère que si 17.000 officines sont équipées pour ouvrir des DMP (en échange d'une rémunération de 1 euro pour chaque ouverture), le nombre des pharmacies qui en créent réellement est encore "trop faible". "Très souvent, les pharmaciens attendent que les patients le leur demandent. Je souhaiterais qu'ils soient plus proactifs, comme ils ont su le faire pour le dossier pharmaceutique [DP]", avance-t-il.

"L'assurance maladie est à la disposition des officines pour les accompagner. Nous relancerons notre campagne de communication fin avril", poursuit-il.

Expérimentation de la carte vitale dématérialisée en 2019

Sur le projet de création d'une carte vitale dématérialisée, Nicolas Revel assure que le développement de la technologie est terminé. Selon lui, deux expérimentations sont prévues en 2019 à Lyon et à Nice. "Nous attendons la publication du décret que nous autorisera à débuter, vraisemblablement avant l'été", prévoit-il.

Un projet de décret avait été soumis à consultation en mai 2018, rappelle-t-on.

Un point d'avancement présenté fin 2018 à la commission des systèmes d'information et de la transition numérique (CSI-TN) de l'assurance maladie, dont TICsanté a eu copie, fait état d'un déploiement de la carte vitale dématérialisée en quatre paliers jusqu'en 2022.

Après l'expérimentation prévue en 2019 dans le Rhône et les Alpes-Maritimes auprès de 20.000 assurés, une deuxième palier devrait concerner l'an prochain plus de 100.000 assurés de la même zone géographique, avant l'extension à 10 départements en 2021 puis à la France entière en 2022.

Guillaume Bietry

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

"Comme l'hygiène sanitaire, l'hygiène numérique doit rentrer dans les mœurs des professionnels de santé" (Anssi)

PARIS (TICsanté) - "Comme l'hygiène sanitaire, l'hygiène numérique doit rentrer dans les mœurs des professionnels de santé", a souligné Bernard Cassou-Mounat, coordonnateur santé à l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) à l'occasion d'un "Data Coffee" organisé le 18 septembre par la start-up Dr.Data sur la protection des données de santé.

0 608

Politique

Ce qu'il faut retenir du volet numérique du projet de loi "Ma santé 2022"

PARIS (TICsanté) - Définitivement adopté par le Parlement le 16 juillet, le projet de loi "relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé" qui traduit en partie la stratégie "Ma santé 2022", comprend plusieurs mesures relatives au dossier médical partagé (DMP), à l'espace numérique de santé (ENS), au Health Data Hub, au télésoin et à l'e-prescription.

0 687

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
4 + 3 =
http://www.canyon.fr/
http://www.mediane.tm.fr/mediane-planning-sanitaire/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • HealthTech Innovation Days

    Du 22/06/2020 au 23/06/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 13/04/2021