https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://www.neobe-sante.fr/tic-sante/?utm_source=Page&utm_medium=Banniere_Image&utm_campaign=Tic_Sante

Systèmes d'information

Le Cnom aide les médecins à veiller sur leur réputation numérique

0 229

PARIS, 18 octobre 2018 (TICsanté) - Le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) a publié le 10 octobre un guide et un tutoriel interactif afin d'aider les médecins à préserver leur réputation numérique, ou e-réputation.

L'e-réputation est définie par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) comme "l'image numérique d'une personne sur internet". Elle est "entretenue par tout ce qui concerne cette personne et qui est mis en ligne sur les réseaux sociaux, les blocs ou les plateformes de partage de vidéos".

Elaborés avec les conseils d'un cabinet d'avocats spécialisés, le guide et le tutoriel publiés par le Cnom visent à répondre aux questions des médecins sur la façon de préserver cette e-réputation, en leur fournissant des conseils pratiques sur la conduite à tenir en cas d'atteinte à cette réputation en ligne.

"Tous les médecins sont concernés. Nous vivons dans la société numérique, le bouche-à-oreille s'est transformé par des tweets, des messages sur Facebook, nous sommes vraiment tous concernés, peut-être même envahis", a relevé le Dr Jacques Lucas, vice-président et délégué général au numérique du Cnom, dans une vidéo publiée sur Youtube.

Dans son guide, le Cnom rappelle que les systèmes de notations et d'avis sur les professionnels de santé "ne sont pas en soi illégaux", mais que les abus comme l'injure ou la diffamation peuvent faire l'objet d'actions juridiques.

Il détaille les procédures de suppression ou de déréférencement d'une fiche professionnelle en ligne que les médecins peuvent mener auprès de la Cnil lorsque des informations sur leur activité sont publiées sur le web sans qu'ils en aient été informés.

Il propose également plusieurs stratégies à adopter en cas d'avis ou propos d'internautes jugés désagréables mais non illicites, allant de la réponse à l'avis en ligne jusqu'à la prise de contact avec l'auteur pour une demande de retrait de la publication.

Le guide du Cnom liste les avis ou propos à caractère illicite, soit parce qu'ils relèvent de l'injure, de la diffamation, du dénigrement, de l'incitation à la discrimination, à la haine ou à la violence, ou parce qu'ils portent atteinte à la vie privée.

Pour chacun d'entre eux, il détaille les actions qui peuvent être menées: signalement à l'éditeur ou à l'hébergeur, mise en demeure ou notification de l'auteur ou de l'éditeur, constitution de preuves et action judiciaire pour une suppression de l'avis et/ou une indemnisation.

Le guide du Cnom rappelle aussi les obligations qui s'appliquent aux plateformes d'avis en ligne ou aux moteurs de recherche en termes de conditions générales d'utilisation de leurs services et de procédure de contrôle et de signalement des avis.

En complément du guide, un tutoriel interactif mis en ligne sur le site du Cnom permet aux médecins d'être orientés dans les démarches à suivre en cas de création à leur insu d'une fiche professionnelle ou de publication d'un avis injustifié ou exagéré.

Guide pratique "Préserver sa réputation numérique"
Tutoriel interactif sur le site du Cnom

rm/ab/

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Politique

Le Cnom alerte sur un risque de "rupture de solidarité" avec l'essor du numérique en santé

PARIS (TICsanté) - S'il permet une plus grande collaboration entre professionnels de santé, le numérique est aussi perçu comme "le plus grand danger en matière de rupture de solidarité", faisant craindre l'apparition de "coupe-file" dans le parcours de soins, a alerté Patrick Bouet, président du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), lors d'un débat public organisé le 12 février.

0 317

E-santé

Contre une "télémédecine administrée", le vice-président du Cnom appelle à "rentrer dans la pratique"

(Par Raphaël MOREAUX, au 11e congrès de la SFT)

PARIS, 14 décembre 2018 (TICsanté) - Le vice-président et délégué général au numérique du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), Jacques Lucas, a mis en garde le 6 décembre contre une "télémédecine administrée" et appelé les pouvoirs publics et les professionnels à "ne pas produire du texte" mais à "rentrer dans la pratique".

0 429

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
https://global.evolucare.com/fr/congres-srlf/?region=fra&utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=srlf2020

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Consumer Electronics Show (CES) 2020

    Du 07/01/2020 au 10/01/2020

  • Tour de France du numérique en santé en Nouvelle-Aquitaine

    Le 16/01/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 12/05/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020