https://inovelan.fr/santnetbox/

E-santé

La société suédoise Ivbar va faire du Big data dans les établissements de santé français

0 82

PARIS, 16 mars 2018 (TICsanté) - La société suédoise Ivbar, spécialisée dans l'analyse et le traitement de données de santé, a annoncé le 12 mars dans un communiqué le lancement d'une filiale en France, présidée par Filippo Monteleone, ancien directeur général du groupe de cliniques Générale de santé, et dirigée par Patrick Olivier, ancien directeur des systèmes d'information du groupe Elsan.

Ivbar développe depuis 2012 des outils permettant de collecter et d'exploiter des données de santé dans le but d'améliorer la performance des établissements.

Le groupe dispose d'une plateforme de Big data au niveau européen, baptisée ERA. Conçue à partir de travaux de recherche sur la modélisation des parcours de soins, elle permet aux établissements de santé d'examiner leurs performances et de les comparer avec leurs concurrents.

Les outils développés par Ivbar prennent notamment la forme de graphiques et de tableaux regroupant des données sur un thème précis, comme, par exemple, le délai moyen d'un séjour en maternité, ou en encore le pourcentage de complications après une opération.

"Nous avons développé des modèles de prévision de la complexité de chaque prise en charge, en fonction de la pathologie et de la situation sociale du patient", explique Patrick Olivier, cité dans le communiqué de presse.

"Cela signifie que nous sommes en mesure de comparer de manière objective des établissements aux profils très différents et de proposer des financements mieux adaptés", poursuit-il.

Des outils pour réduire les coûts

L'objectif affiché par la filiale française d'Ivbar est d'accompagner "la transformation du système de santé français" à partir "de l'analyse des besoins patients", dans un contexte politique "en faveur d'un rééquilibrage la tarification à l'activité (T2A)".

"Pour assurer la pérennité de notre système de santé, nous devons offrir aux patients les meilleurs soins à un meilleur coût pour la société", commente Filippo Monteleone, également cité dans le communiqué.

"En Suède, les outils développés par Ivbar ont permis d'identifier de grands potentiels d'amélioration pour plusieurs échantillons de patients étudiés pour une même pathologie. Par exemple, il a été possible de réduire de 30% les risques d'infection lors d'un accouchement, ou encore de réduire de 18% les complications nécessitant une hospitalisation dans les deux ans suivant la pose d'une prothèse totale de hanche", poursuit-il.

La société Ivbar indique qu'elle compte 7 millions de patients concernés par ses services. Sa plateforme de suivi de la performance est utilisée en Suède et en Finlande.

Filippo Monteleone, président de la filiale française Ivbar, est parallèlement président de la société Careit, plateforme de santé spécialisée dans le conseil en investissement et gestion immobilière. Il a occupé le poste de directeur général de groupe Générale de santé jusqu'en 2015. Il est également l'auteur du livre "Patients: réveillez-vous!", paru en 2014.

Patrick Olivier, directeur général, a travaillé à partir de 2005 au sein de la direction générale de l'offre de soins (DGOS) sur la mise en oeuvre de la T2A. Il a également été directeur de la stratégie de l'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France à partir de 2010, avant de rejoindre, en 2014, le groupe de cliniques Elsan en tant que directeur des systèmes d'information.

syl/eh/vl

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Le rapport Villani présage une "réorganisation des pratiques médicales" à l'heure de l'IA

PARIS, 29 mars 2018 (TICsanté) - Le rapport de la mission Villani sur l'intelligence artificielle (IA) remis le 28 mars à l'exécutif anticipe une "réorganisation des pratiques médicales" et formule une série de recommandations pour adapter le système de santé et soutenir le développement de l'IA dans le secteur.

0 131

Systèmes d'information

Médecine et intelligence artificielle: les professionnels ne doivent pas se sentir "dépossédés" (Jean-Claude Ameisen)

PARIS, 26 mars 2018 (TICsanté) - Le recours à l'intelligence artificielle (IA) en santé pose des "questions fondamentales" sur l'évolution de l'exercice de la médecine, mais ne doit pas conduire les professionnels à "se sentir dépossédés par des approches techniques", a défendu le Pr Jean-Claude Ameisen en ouverture d'un cycle d'auditions au Sénat sur la bioéthique.

0 123

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
1 + 5 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/
http://www.corwin.eu/logiciel-sante.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=fevrier2019

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Hacking Health Camp 2019

    Du 22/03/2019 au 24/03/2019

  • 7ème Congrès national de l'Apssis

    Du 02/04/2019 au 04/04/2019

  • Congrès Pro Digital Health

    Du 04/04/2019 au 05/04/2019

  • Journée française de l'interopérabilité

    Le 10/04/2019

  • 2e Forum Derm@to Connecté

    Le 17/05/2019

  • Paris Healthcare Week 2019

    Du 21/05/2019 au 23/05/2019

  • 59èmes Journées d'études et de formation de l'IHF

    Du 05/06/2019 au 07/06/2019