https://inovelan.fr/santnetbox/

E-santé

Medicalib* veut prendre ses quartiers dans les établissements de santé en 2018

0 77

PARIS, 15 janvier 2018 (TICsanté) - La plateforme Medicalib*, qui permet aux patients de prendre rendez-vous en ligne avec des infirmiers libéraux géolocalisés dans leur secteur, espère s'installer dans les établissements de santé en 2018, a expliqué à TICsanté l'un de ses fondateurs, Mathieu Lardier.

Lancée en mars 2016 par Mathieu Lardier, 36 ans, venu de l'audiovisuel, et Nicolas Baudelot, 31 ans, issu du monde de la finance, la plateforme Medicalib* est le Doctolib* des infirmiers libéraux.

Fils d'une infirmière libérale de la région niçoise, Mathieu Lardier assiste à l'éclosion de Doctolib*, ce service de prise de rendez-vous en ligne avec les médecins et les dentistes. Et en 2015, il imagine comment l'adapter au corps de métier de sa mère.

"Aujourd'hui, nous comptons plus de 1.200 demandes par mois de la part des patients et 800 infirmiers libéraux sont inscrits sur notre plateforme", a-t-il indiqué. "En amont, nous avons vérifié que chaque infirmier est bien diplômé et inscrit au registre de l'ordre national des infirmiers", a-t-il précisé.

Pour l'heure, le site internet Medicalib* met en relation des patients qui ont besoin de soins infirmiers avec les professionnels libéraux, mais ce sont les patients qui font la démarche seuls et recherchent les professionnels qui travaillent dans leur quartier.

Les infirmiers membres de la plateforme sont avertis par un message sur leur téléphone qu'un patient dont le domicile se trouve dans leur secteur de tournée a besoin de soins. S'ils sont disponibles, ils répondent "oui" par message et reçoivent les coordonnées du patient.

Capture d'écran de la page d'accueil de Medicalib

Faciliter la sortie des patients en ambulatoire

Mathieu Lardier entend bien surfer sur la volonté de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, de porter la médecine ambulatoire à 55% et la chirurgie ambulatoire à 70% d'ici 2022, contre 43% et 54% aujourd'hui.

L'initiateur du projet veut s'allier aux établissements de santé. "Nous travaillons avec les hôpitaux et les cliniques pour installer notre solution directement dans les établissements de santé et faciliter la sortie des patients, en interne", a-t-il pointé.

Le patron de la start-up ne souhaite pas révéler le nom du "groupe de cliniques" avec lequel il travaille actuellement, mais une expérimentation est déjà en cours. Les dirigeants discutent également avec des pharmacies pour que leur solution soit proposée dans les officines.

En décembre 2017, Medicalib a bouclé une levée de fonds, dont le montant n'a pas été révélé, "avec plusieurs business angels et un fonds d'investissement parisien".

En attendant, la start-up tourne grâce à un système d'abonnement de 20 euros par mois, payé par chaque infirmier libéral inscrit sur la plateforme.

Déjà présent dans "une quinzaine de villes" dont Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux et Nice, Medicalib* espère en conquérir une dizaine d'autres en 2018, notamment Lille, Rennes ou encore Le Havre.

Mathieu Lardier souhaite également profiter de sa dernière levée de fonds pour embaucher deux nouveaux développeurs et "deux ou trois" autres salariés.

La start-up héberge ses données chez AZNetwork, hébergeur agréé de données de santé (HADS), mais le jeune patron n'exclut pas de se tourner vers un nouvel hébergeur. "Amazon propose aussi un service d'hébergement des données de santé agréé, alors on réfléchit à les rejoindre", a-t-il indiqué.

wz/gb

La Rédaction
redaction@ticsante.com
http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Pour une majorité de médecins, le numérique détériore les relations avec le patient (Baromètre Santé 360°)

PARIS, 30 janvier 2018 (TICsanté) - La majorité des médecins (55%) interrogés dans le cadre du sondage Odoxa "Baromètre Santé 360°" publié le 22 janvier estiment que les outils digitaux vont détériorer leurs relations avec les patients en limitant le contact humain.

E-santé

David Gruson présente l'initiative Ethik-IA pour une "régulation positive" de l'intelligence artificielle en santé

PARIS, 26 janvier 2018 (TICsanté) - L'ex-délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF) et membre du comité de direction de la chaire santé de Sciences Po Paris, David Gruson, a présenté le 19 janvier l'initiative "académique et citoyenne" Ethik-IA qui entend défendre une "régulation positive" de l'intelligence artificielle (IA) et de la robotisation en santé, notamment dans le cadre des états généraux de la bioéthique.

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
7 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Colloque TIC santé 2019

    Du 06/02/2019 au 07/02/2019

  • Hacking Health Camp 2019

    Du 22/03/2019 au 24/03/2019

  • 7ème Congrès national de l'Apssis

    Du 02/04/2019 au 04/04/2019

  • 2e Forum Derm@to Connecté

    Le 17/05/2019

  • Paris Healthcare Week 2019

    Du 21/05/2019 au 23/05/2019