https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://vieviewer.com/

Systèmes d'information

Les préconisations de l'Anap pour mieux articuler dossier patient commun et dossiers de spécialité

1 104

PARIS, 30 octobre 2014 (TICsanté) - Le collège des experts "Hôpital numérique" de l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) a diffusé le 16 octobre une publication sur l'articulation du dossier patient commun avec les dossiers de spécialité.

Ce document d'une cinquantaine de pages s'adresse aux directeurs d'établissements, aux présidents de commission médicale d'établissement (CME) et aux chefs de projet métiers et informatiques. Il a pour objectif de suggérer des préconisations pour faciliter la mise en place de systèmes communicants entre les différents outils de production de soins.

Pour le réaliser, les experts de l'Anap se sont appuyés sur l'expérience de cinq établissements représentatifs du paysage français (statut, taille, activité): le CHU de Lille, le CH de Belfort-Montbéliard, le CH de Calais, l'Hôpital européen de Marseille et l'Hôpital privé d'Antony.

Ils assurent que l'articulation entre un dossier patient commun (DPC) et des outils ou dossiers de spécialité sur mesure est "un véritable enjeu pour l'établissement de santé avec des améliorations attendues en termes de qualité de la prise de charge des patients, de conditions de travail des professionnels de santé et de valorisation de l'activité".

Ils expliquent "l'incohérence de l'information du dossier patient" actuellement observée par plusieurs circonstances. En premier lieu, le fait que "dans de nombreux cas, les exigences réglementaires, la pression financière ou l'incitation des tutelles ont prévalu sur l'élaboration rationnelle d'un système d'information aligné sur la stratégie de l'établissement".

Le processus d'informatisation de la production de soins "a très souvent été conduit en silo et indépendamment de la stratégie d'établissement", observent-ils. Une situation aggravée par le fait que "l'information médicale peut revêtir une fonction 'outil', mais aussi une fonction 'documentaire', ce qui complexifie son mode d'exploitation au sein d'un dossier patient commun".

Au-delà de la responsabilité des établissements, les auteurs du document soulignent aussi que "l'extrême spécialisation des besoins de l'exercice médical et son évolutivité" rendent "pratiquement impossible" la fourniture par les éditeurs généralistes d'une prestation à la hauteur des nécessités de la prise en charge.

Quatre types d'organisations sont généralement observés, indiquent les experts de l'Anap: un DPC global et généraliste informatisé avec des dossiers de spécialités en silo sous forme papier; un DPC global et généraliste informatisé et des dossiers de spécialités informatisés en silos, non intégrés et non communicants; des outils DPC et dossiers de spécialités non intégrés, mais communicants; un DPC intégrant complètement les données des spécialités.

L'existence de plusieurs systèmes a pour conséquence un "gaspillage de ressources" (ressaisie dans plusieurs logiciels), un "risque d'erreur" (incohérence des données selon les logiciels) et une perte de chance et d'opportunité (indisponibilité de données pourtant saisies ailleurs), détaille le document.

NEUF PRÉCONISATIONS SUGGÉRÉES

L'Anap déplore que "trop souvent", les nécessités gestionnaires, la pression des tutelles et les offres des éditeurs "ont précédé l'analyse des processus de prise en charge et la gestion des projets d'amélioration des soins". Elle préconise donc d'"intégrer les projets informatiques, centrés sur les patients, dans la stratégie médicale et plus globalement la stratégie d'établissement".

Une équipe projet multi-professionnelle "mêlant autant que de besoin soignants, gestionnaires, informaticiens et praticiens de diverses spécialités" qui travaillera au contenu du DPC doit être mise en place. Le DPC doit être promu par la direction et la CME, ajoutent les experts.

Les préconisations suivantes consistent à "décrire les processus centrés sur le patient et établir une sémantique commune" et "avoir des exigences ambitieuses, accepter des compromis réalistes, pour une urbanisation progressive". Le document recommande aussi d'"intégrer dans la perspective du SIH les fonctions spécialisées et les fonctions d'interopérabilité".

L'équipe projet doit "savoir remettre en cause les déploiements historiques", prévient le document. "Dans certains cas, la rationalisation de l'échange des données pourra aboutir à la non-prise en charge par l'établissement de certains fonctionnements établis, voire leur abandon pur et simple", détaille-t-il.

Les deux dernières préconisations sont d"'identifier et utiliser les leviers financiers et qualitatifs" et d'"intégrer dans le projet les articulations avec les systèmes extra-hospitaliers". Il peut s'agir de la poursuite de la prise en charge avec d'autres structures de soin, de l'évaluation par des financeurs ou des régulateurs, d'épidémiologie ou de recherche scientifique, poursuivent les auteurs.

Les auteurs du document se veulent optimistes: "preuve que les situations peuvent évoluer, dans les établissements visités, les degrés d'interopérabilité et d'intégration variaient selon les spécialités", écrivent-ils. Ces visites leur ont permis d'observer que l'articulation des dossiers de spécialité avec le DPC est "un projet stratégique et organisationnel, avant d'être un projet technique".

mb/ab/

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

L'interopérabilité des SI et la codification des données: "clés" du succès du DMP

PARIS, 27 décembre 2018 (TICsanté) - Près de deux mois après sa généralisation, le dossier médical partagé (DMP) est très scruté et pour garantir son succès, "la compatibilité des logiciels des professionnels, l'implication de tous acteurs ou encore l'articulation du DMP avec les autres projets numériques sont essentielles", a estimé Pierre Albertini, directeur général de la CPAM de Paris.

0 790

Systèmes d'information

Début en 2019 des tests pour le projet SI Parcours sur l'AVC

ISSY-LES-MOULINEAUX (Hauts-de-Seine), 20 décembre 2018 (TICsanté) - Les tests pour le projet "Système d'information (SI) Parcours" débuteront en 2019 avec la prise en charge de l'accident vasculaire cérébral (AVC) à la phase aiguë pour un déploiement dans les agences régionales de santé (ARS) en 2020 et une déclinaison à d'autres pathologies, a-t-on appris lors de la journée des filières AVC à Issy-les-Moulineaux.

0 814

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
9 + 8 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
http://www.corwin.eu/actualite/fehap2019.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=fehap2019

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • 2ème SOPHI.A Summit

    Du 20/11/2019 au 22/11/2019

  • 3ème édition des Entretiens de Galien

    Du 27/11/2019 au 28/11/2019

  • Grand Prix mondial de la télémédecine

    Le 05/12/2019

  • Consumer Electronics Show (CES) 2020

    Du 07/01/2020 au 10/01/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020

https://vimeo.com/372582192