https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
http://vieviewer.com/

Systèmes d'information

E-santé : l'IRT b<>com travaille sur la médecine augmentée et la médecine connectée

0 121

RENNES, 27 mars 2014 (TICsanté) - L'institut de recherche technologique (IRT) b<>com, fait travailler ensemble des chercheurs et des industriels sur neuf projets de e-santé, lancés à la rentrée 2013.

L'IRT b<>com est consacré aux domaines de l'hypermédia (images ultra haute définition, 3D, contenus intelligents, réalités virtuelle et augmentée...), des réseaux ultra haut débit et de la e-santé. Créé il y a un an, il regroupe 40 membres (industriels, établissements et laboratoires de recherche associés), dont une vingtaine de sociétés du GIE PME et des grandes entreprises comme Orange, TDF et Thomson.

"L'objectif de l'IRT est de combler le fossé entre la recherche académique et les industriels, en faisant travailler dans les même locaux des ingénieurs et des académiques", explique Yannick Morvan, expert e-santé à l'IRT. La structure travaille aussi en collaboration avec des laboratoires et avec le CHRU de Brest et le CHU de Rennes. 

Deux laboratoires dédies à la e-santé ont été créés : l'un consacré à la médecine augmentée, l'autre à la médecine connectée. "Nous travaillons sur des projets soulevés par les industriels, qui sentent qu'il y a un besoin, ou dont les chercheurs pensent qu'ils vont prendre de l'importance", explique Guillaume Dardenne, expert e-santé à l'IRT.

Parmi les résultats attendus dans le domaine de la e-santé : un logiciel de guidage de gestes médicaux et chirurgicaux, un logiciel d'aide au diagnostic, une solution de visualisation augmentée des données, un logiciel de téléformation aux gestes médicaux et chirurgicaux, des éléments d'info-structure du cloud médical, des solutions de télémédecine, un système d'assistance médicale, des capteurs physiologiques et des solutions pour l'hospitalisation à domicile. 

Lancés à la rentrée, ces travaux ont déjà conduit au dépôt prochain d'un brevet, indiquent les deux experts. Le but de l'IRT est de produire des solutions commercialisables, pas seulement de publier des articles scientifiques. "Ce n'est pas uniquement un labo de recherche, nous voulons créer des produits", insiste Guillaume Dardenne. 

L'IRT permet aux PME de bénéficier de l'expertise des chercheurs, des équipements et des retours des cliniciens et des expériences d'autres entreprises complémentaires. "C'est un moyen d'innover en étant compétitif et de conserver un train d'avance", résume Guillaume Dardenne. 

Le lien avec les CHU permet aux entreprises d'être conscientes des problématiques du secteur, des besoins et de la réglementation. Il facilite aussi les études cliniques. 

La méthode de travail vise à "exposer nos prototypes très vite aux utilisateurs", explique Yannick Morvan. Les sociétés développent des modules répondant à des besoins spécifiques, qui sont incrémentés sur une plateforme stable déjà existante. Cela permet de proposer aux utilisateurs des prototypes fonctionnels et non des "concepts à haut risque", et donc d'avoir rapidement des retours. 

L'IRT breton (qui dispose d'un site principal à Rennes et de deux antennes à Brest et Lannion) dispose d'un budget global de 160 millions d'euros sur sept ans. Il est financé pour moitié par l'Etat au titre du programme Investissements d'avenir (60 millions d'euros) et les collectivités locales (20 millions d'euros). L'autre moitié est venue des entreprises adhérentes.

Les IRT se rapprochent des projets "Catapult" créés au Royaume-Uni ou du Fraunhofer-Gesellschaft, réseau d'instituts de recherche allemands lancé au lendemain de la seconde guerre mondiale et qui employait 22.000 personnes en 2012. B<>com n'en est pas encore là, mais a déjà rassemblé 130 chercheurs depuis l'été 2013. Ils seront 200 fin 2014 et 300 à terme. /mb

La Rédaction
redaction@ticsante.com

https://aznetwork.eu/nos-offres/

Systèmes d'information

L'interopérabilité des SI et la codification des données: "clés" du succès du DMP

PARIS, 27 décembre 2018 (TICsanté) - Près de deux mois après sa généralisation, le dossier médical partagé (DMP) est très scruté et pour garantir son succès, "la compatibilité des logiciels des professionnels, l'implication de tous acteurs ou encore l'articulation du DMP avec les autres projets numériques sont essentielles", a estimé Pierre Albertini, directeur général de la CPAM de Paris.

0 955

Systèmes d'information

Début en 2019 des tests pour le projet SI Parcours sur l'AVC

ISSY-LES-MOULINEAUX (Hauts-de-Seine), 20 décembre 2018 (TICsanté) - Les tests pour le projet "Système d'information (SI) Parcours" débuteront en 2019 avec la prise en charge de l'accident vasculaire cérébral (AVC) à la phase aiguë pour un déploiement dans les agences régionales de santé (ARS) en 2020 et une déclinaison à d'autres pathologies, a-t-on appris lors de la journée des filières AVC à Issy-les-Moulineaux.

0 933

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
9 + 3 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
https://www.evolucare.com/articles/CP_Axapa.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=axapa

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • 7èmes Rencontres du progrès médical

    Le 10/09/2019

  • Université des déserts médicaux et numériques

    Du 20/09/2019 au 21/09/2019

  • Catel Paris 2019

    Le 03/10/2019