https://vieviewer.com/

Systèmes d'information

Le futur de la chirurgie passera par l'alliance entre robotique et réalité augmentée

0 156

STRASBOURG, 21 mars 2016 (TICsanté) - La chirurgie du futur devra pouvoir s'appuyer sur "une combinaison entre réalité virtuelle et systèmes robotisés", a soutenu Luc Soler, cofondateur de la start-up Visible Patient et membre de l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (Ircad), lors de la 3ème édition du Hacking health Camp à Strasbourg le 17 mars.

Invité à s'exprimer sur l'impact des nouvelles technologies sur la santé lors de la première journée du Hacking Health Camp (voir dépêche du 15 janvier 2016), Luc Soler a établi un parallèle entre le développement de voitures sans conducteurs et le recours au numérique dans le secteur de la chirurgie.

Rappelant que la Google Car intégrait une cartographie GPS, un système de réalité virtuelle avec des projections d'informations sur le pare-brise, des capteurs pour s'orienter dans son environnement et des éléments robotisés, il a estimé que "tous ces systèmes [pouvaient] être adaptés au bloc opératoire pour former un bloc hybride radiologie/chirurgie".

Une première étape a déjà été franchie, selon lui, sur le front technologique grâce à l'essor des outils de modélisation 3D, qui permettent de réaliser une "copie numérique" du corps du patient avant son opération.

Il a notamment présenté Visible Patient, un service de modélisation en ligne développé par la start-up éponyme qu'il a cofondée en partenariat avec l'Ircad et l'Institut de chirurgie guidée par l'image (IHU) de Strasbourg. Ce système produit, à partir d'images scanner ou IRM, des "clones 3D" d'un patient.

Commercialisable depuis 2014, Visible Patient a obtenu le marquage CE en Europe et a été approuvé au Canada et aux Etats-Unis par la Food and Drug Administration (FDA) à la fin de l'année 2015.

"Un élément essentiel du futur de la chirurgie réside dans cette vision superposant réel et virtuel, et permettant de se repérer pendant l'opération mais aussi d'aider, avant l'acte, au choix de la thérapie la plus adaptée", a fait valoir Luc Soler.

"L'avenir consistera à coupler cette solution de réalité augmentée avec de la robotique", a-t-il poursuivi. Il a ainsi décrit les différents aspects de "l'opération du futur", où le geste chirurgical est planifié sur un clone numérique puis superposé en réalité augmentée sur le véritable corps du patient afin de guider le chirurgien et l'aider à placer les instruments robotisés aux bons endroits.

"Pendant toute l'opération, la réalité augmentée fournira des repères en fonctionnant comme un GPS", a expliqué Luc Soler. "En jouant sur la transparence des différents organes virtualisés, le chirurgien pourra savoir exactement où se situe la pathologie et où agir", a-t-il détaillé, mettant en avant le "gain de précision et de temps" pour les professionnels de santé.

En 2015, l'Ircad et l'IHU de Strasbourg ont formé 5.500 chirurgiens de 112 nationalités différentes à la chirurgie guidée par l'image, a-t-on appris. "Cette année, nous allons dépasser les 10.000 dans le monde, dont 6.000 à Strasbourg", a indiqué Luc Soler.

Interrogé sur la réaction des chirurgiens envers ce qui peut s'apparenter à une automatisation de leurs tâches, Luc Soler a estimé que cette évolution de la chirurgie guidée par la technologie était inévitable.

"L'automatisation du geste chirurgical va arriver, tout comme la voiture sans conducteur est en train d'émerger. Soit vous restez spectateurs, soit vous voulez que la technologie et l'informatique répondent à vos besoins et vous devenez acteurs de cette transformation", a-t-il défendu, avant d'ajouter que "l'intérêt n'est pas de supprimer le chirurgien, mais de faire en sorte qu'il travaille mieux avec la technologie".

Luc Soler a notamment rappelé que l'un des enjeux de cet apport du numérique au sein du bloc opératoire était de limiter les 60.000 accidents annuels en France dus à des erreurs lors des opérations chirurgicales.

rm/gb

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Grand Est: une plateforme régionale en e-santé pour expérimenter et stimuler l’innovation

STRASBOURG (TICsanté) - Imaginée en 2017 à Strasbourg, la Plateforme régionale d’innovation en e-santé mutualisée (PRIeSM) promeut l’expérimentation de solutions innovantes en santé basées sur les données des patients et "fait se rencontrer tous les acteurs de l’e-santé", a expliqué le 22 mars Gaston Steiner, directeur délégué à l’e-santé des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS), chargé du pilotage de la plateforme.

0 538

En bref

Robocath obtient le marquage CE pour sa solution de cardiologie R-One

La société Robocath, qui développe des solutions robotiques pour le traitement des maladies cardiovasculaires, a décroché un marquage CE pour sa plateforme d’assistance robotique R-One, a-t-elle annoncé le 26 février dans un communiqué.

0 372
https://fr.surveymonkey.com/r/3PYDW8D

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
6 + 8 =
http://www.canyon.fr/
http://www.mediane.tm.fr/mediane-planning-sanitaire/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • CyberCamp Santé

    Le 05/02/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 12/05/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020