https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/hexalis/
http://vieviewer.com/

Systèmes d'information

Le GIE Sesam-Vitale fait le bilan de l'intégration des services dématérialisés de l'assurance maladie

0 124

LE MANS, 17 janvier 2017 (TICsanté) - Le groupement d'intérêt économique (GIE) Sesam-Vitale a publié le 13 janvier une étude présentant l'évolution, de juillet 2015 à juin 2016, du marché des éditeurs de logiciels pour les établissements de santé et leur intégration des différents services de l'assurance maladie.

Le GIE fait état dans la première partie de cette étude d'un marché du logiciel de santé "mature", en particulier sur le segment de la gestion administrative du patient (GAP) qui compte "environ 70 sociétés" et n'a connu aucun nouvel entrant sur la période étudiée.

Il rappelle que l'année 2015 "n'a pas connu une grande activité" du fait du gel des appels d'offres des établissements de santé lié à l'attente autour de la création officielle des groupements hospitaliers de territoires (GHT).

Les établissements étant tous déjà équipés d'une solution de GAP, et changeant rarement d'éditeurs, l'étude constate des progressions de parts de marché "modérées". Elle note toutefois que les établissements de santé privés d'intérêt collectif (Espic) "sont ciblés par la majorité des éditeurs" et que "les éditeurs cliniques privés ont d'ailleurs tendance à s'installer de plus en plus sur ce marché".

Du côté de l'offre, le GIE Sesam-Vitale cite les principaux éditeurs pour la GAP en établissements publics et privés: Agfa Healthcare, Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Berger Levrault, Cegi Santé, Cerner, CSIS, Cpage, Mipih, InterSystems, Maincare Solutions, Mediane, QSP Systems, Sigems, Softway Medical et Web100T.

Le GIE, dont la mission est d'accompagner les éditeurs de logiciels dans la mise en oeuvre des services dématérialisés de l'assurance maladie, analyse dans la deuxième partie de son rapport le déploiement de ces services.

Facturation "en pleine mutation"

Il rappelle que le domaine de la facturation est "en pleine mutation" avec le déploiement de la facturation individuelle des établissements de santé (Fides) pour les actes et consultations externes (ACE). Il indique qu'au 30 juin 2016, 23 éditeurs avaient obtenu la certification Fides du CNDA (Centre national de dépôt et d'agrément) pour un total de 27 logiciels.

A cette date, 521 établissements de santé avaient émis 3 millions de factures aux régimes d'assurance maladie avec ce dispositif (421 établissements publics de santé et 100 Espic). Le GIE Sesam-Vitale rappelle qu'une nouvelle version du cahier des charges Fides, valable pour tous les régimes d'assurance maladie obligatoires, a été publiée en juillet 2016.

Les cliniques privées ont quant à elle la possibilité nouvelle de dématérialiser leurs pièces justificatives de facturation avec le service Scor, intégré aux logiciels métiers. Ces logiciels génèrent dans les cliniques "environ 1,25 million de factures par mois", évalue le GIE Sesam-Vitale.

Lecture de la carte Vitale et consultation des droits

Le GIE Sesam-Vitale met au point des interfaces de programmation, ou API (Application Programming Interface), de "lecture Vitale", composants logiciels permettant aux établissements de lire le contenu de la carte Vitale. En avril 2016, la nouvelle version v6.20 de ces API a été diffusée aux éditeurs.

Elle prend en compte de nouvelles situations de droits (tiers payant intégral des détenus, aide à la complémentaire santé, etc.). Au 30 juin 2016, 166 éditeurs avaient intégré ces API et 90 d'entre eux déclaraient proposer leurs solutions aux établissements de santé, indique le rapport.

A cette même date, le service de consultation des droits (CDR) permettant aux établissements de connaître les droits à jour d'un patient depuis un navigateur web était utilisé par 2.732 établissements publics et privés.

Alors que les personnels qui consultent ces droits sur internet doivent ensuite ressaisir les informations obtenues dans leur logiciel métier, l'assurance maladie expérimente depuis le 14 juin 2016 le service CDR "intégré" (CDRi), qui permet le passage direct de l'information dans les logiciels. L'expérimentation est actuellement menée dans le CH Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Dossier médical partagé: un déploiement "déjà amorcé"

Le dossier médical personnel devenu "partagé" (DMP) depuis la loi de santé du 26 janvier 2016, concerne directement les éditeurs avec la possibilité donnée aux professionnels de santé d'accéder directement au DMP depuis leur logiciel.

"Un enjeu important réside dans la bonne intégration des solutions DMP dans le système d'information hospitalier des établissements afin de garantir une cohérence entre l'information interne et l'information partagée", note le GIE Sesam-Vitale qui est associé à la mise en oeuvre du DMP.

Rappelant que l'expérimentation de la nouvelle version du DMP a été lancée dans neuf départements pilotes (voir dépêche du 18 octobre 2016), le GIE indique que 43 éditeurs de logiciels disposent d'une solution homologuée "DMP-compatible" par l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé).

Parmi eux, certains offrent également une solution de facturation pour les établissements. Ils couvrent, selon le GIE Sesam-Vitale, 2.271 établissements de santé.

Accéder à l'étude de marché des industriels, éditeurs de logiciels pour les établissements de santé, publiée par le GIE Sesam-Vitale

rm/ab

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

L'interopérabilité des SI et la codification des données: "clés" du succès du DMP

PARIS, 27 décembre 2018 (TICsanté) - Près de deux mois après sa généralisation, le dossier médical partagé (DMP) est très scruté et pour garantir son succès, "la compatibilité des logiciels des professionnels, l'implication de tous acteurs ou encore l'articulation du DMP avec les autres projets numériques sont essentielles", a estimé Pierre Albertini, directeur général de la CPAM de Paris.

0 1136

Systèmes d'information

Début en 2019 des tests pour le projet SI Parcours sur l'AVC

ISSY-LES-MOULINEAUX (Hauts-de-Seine), 20 décembre 2018 (TICsanté) - Les tests pour le projet "Système d'information (SI) Parcours" débuteront en 2019 avec la prise en charge de l'accident vasculaire cérébral (AVC) à la phase aiguë pour un déploiement dans les agences régionales de santé (ARS) en 2020 et une déclinaison à d'autres pathologies, a-t-on appris lors de la journée des filières AVC à Issy-les-Moulineaux.

0 1019

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
7 + 3 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
https://www.evolucare.com/articles/CP_Axapa.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=axapa

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Université d'été de la e-santé 2019

    Du 02/07/2019 au 04/07/2019

  • Université des déserts médicaux et numériques

    Du 20/09/2019 au 21/09/2019