https://vieviewer.com/

Politique

Le DMP deviendrait "partagé" et serait piloté par la Cnamts

2 167

PARIS, 23 juin 2014 (TICsanté) - Le dossier médical informatisé ne sera plus "personnel" mais "partagé" et son pilotage sera confié à la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts), selon les grandes orientations de la future loi de santé présentées jeudi par la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine.

Devant une centaine d'acteurs de la santé rassemblés dans son ministère, Marisol Touraine a dévoilé les quatre orientations de la future loi de santé qui sera présentée en conseil des ministres en septembre avant d'être examinée début 2015 par le Parlement.

La deuxième orientation, consacrée à la mise en place d'un "service territorial de santé au public", comprend la création d'un certain nombre d'outils de coordination pour les professionnels de santé "de proximité", dont la relance du dossier médical personnel (DMP), institué par la loi réformant l'assurance maladie du 13 août 2004.

La ministre a indiqué que la "relance" de ce dispositif, qui peine toujours à se déployer depuis dix ans, était "d'ores et déjà engagée", annonçant que la maîtrise d'oeuvre serait confiée à l'assurance maladie.

Le dispositif quitterait donc le giron de l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé), créée en 2009, et dont l'un des principaux rôles était de reprendre les missions du groupement d'intérêt public chargé du DMP (GIP-DMP).

Marisol Touraine avait initialement annoncé en octobre 2012 sa volonté de lancer un DMP de "deuxième génération", avant d'indiquer un an plus tard qu'elle nommerait un chef de projet pour conduire cette réorientation du dispositif sur les personnes âgées et atteintes de maladie chronique dans le cadre de la stratégie nationale de santé.

Depuis, l'Asip santé a enregistré le départ de son directeur général, Jean-Yves Robin, fin novembre 2013, sans qu'il soit remplacé, ni qu'intervienne la nomination d'un nouveau chef de projet pour le DMP.

En dépit de cette réorientation, l'Asip santé est une structure d'appui qui "continue d'exister" mais il est apparu "plus opérationnel" de confier la gestion du DMP à l'assurance maladie compte tenu de sa "force de frappe territoriale et de proximité" et qui a l'habitude de travailler avec les professionnels de santé, indique-t-on dans l'entourage de la ministre.

Le DMP de deuxième génération serait ciblé sur les malades chroniques et les personnes vieillissantes, conformément aux annonces de la ministre en octobre 2013. Il sera davantage un "outil de partage d'information" qu'un dossier propre au patient, indique-t-on de même source.

Il "intègrera" l'enjeu de la messagerie sécurisée de santé, déployée par l'Asip santé en concertation avec les ordres professionnels, et "facilitera" l'exercice des professionnels à travers "un accès organisé à un thésaurus de connaissances actualisées des dernières données de la science".

Soumis à de nombreuses vicissitudes techniques, financières et organisationnelles, victime d'atermoiements politiques qui ont retardé son lancement finalement intervenu début 2011, le DMP n'a toujours pas décollé avec près de 470.000 dossiers ouverts au 18 juin (soit 50.000 de plus qu'en janvier), alors que l'objectif initial était d'en doter l'ensemble des assurés dès 2007.

vg/sl/

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Politique

Il n'y aura pas de "grand soir" de la transformation numérique de santé (D. Pon/L. Létourneau)

PARIS (TICsanté) - Il n'y aura pas de "grand soir" de la transformation numérique de santé, mais "un élan est en train de se créer" chez l'ensemble des acteurs dans le cadre de la stratégie "Ma santé 2022", ont défendu Dominique Pon et Laura Létourneau, membres de la task force sur le numérique mise en place auprès de la ministre des solidarités et de la santé, dans un entretien accordé le 6 mars à TICsanté.

1 520

Politique

SI de santé: l'opposabilité des référentiels de sécurité et d'interopérabilité est "fondamentale"

PARIS (TICsanté) - Il est "fondamental" de rendre opposables par arrêté les référentiels de sécurité et d'interopérabilité des systèmes d'information (SI) de santé afin de garantir la réussite du Health Data Hub et de l'espace numérique de santé mis en place dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, a défendu l'avocate Jeanne Bossi-Malafosse le 21 février.

1 411

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (2)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
4 + 3 =
http://www.canyon.fr/
http://www.mediane.tm.fr/mediane-planning-sanitaire/

Les offres APMjob.com

https://www.santexpo.com/infos-pratiques/obtenez-badge-visiteur/?utm_campaign=SE&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_term=TICSANTE

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • 3e colloque sur l'imagerie à l'heure de l'IA

    Le 22/04/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 12/05/2020

  • SIDO 2020

    Du 12/05/2020 au 13/05/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020

  • 12e colloque données de santé en vie réelle

    Le 16/06/2020