https://www.nehs-digital.com

E-santé

Un Français sur deux adepte de "l'internet santé"

1 586

PARIS, 10 avril (TICsanté) – 49% des Français ont déjà utilisé internet pour rechercher des informations médicales, selon un sondage TNS Sofres pour Patients & Web et LauMa communication. Une seconde étude, réalisée en partenariat avec Doctissimo, montre que plus d'un patient sur trois en affection de longue durée (ALD) serait un internaute santé.

L'étude TNS Sofres (*) pour la société de conseil en santé Patients & Web et LauMa communication montre que 49% des Français et 57% des internautes ont déjà utilisé internet pour rechercher des informations médicales ou sur la santé, par le biais d'un ordinateur (100% d'entre eux) ou d'un appareil mobile (28%). 33% des internautes ont même déjà échangé sur le thème de la santé.

Les internautes utilisent à 92% cet outil pour rechercher des informations sur les maladies. Ils sont également 63% à rechercher des informations sur les traitements et médicaments, et 56% à chercher les coordonnées d'un médecin ou d'un hôpital.

Ils sont 58% à penser que le web enrichit le rapport médecin-patient et 61% estiment que les informations trouvées en ligne permettent de mieux prendre en charge sa santé ou celle de ses proches.

Car cette utilisation d'internet ne vise pas Ă  remplacer les consultations. Seuls 19% des patients se renseignent avant d'aller voir un mĂ©decin ("pour mieux comprendre ce que le mĂ©decin va dire", Ă  63%) et 34% après la consultation. "Non pas pour remettre en cause le diagnostic, mais pour avoir des informations complĂ©mentaires, a expliquĂ© Emmanuelle Klein, directrice associĂ©e de LauMa communication. Cela est peut-ĂŞtre un signe que les consultations sont trop courtes ?"

Cette prise de renseignement reste-t-elle un tabou ? 51% des internautes ne disent pas Ă  leur mĂ©decin qu'ils consultent internet sur des questions de santĂ©.

Parmi les Français qui ne vont pas sur l'internet santé – outre les 24% qui ne sont pas connectés ou ne savent pas s'en servir – la majorité (54%) explique qu'elle ne parle santé "qu'avec le médecin ou le pharmacien". 18% des sondés indiquent ne pas avoir confiance dans internet sur la santé. Cette réticence s'amoindrirait en cas de validation des contenus, en particulier par les professionnels de santé, mais moins par les pouvoirs publics.

Au-delà de la recherche et le partage d'information, les internautes sont sceptiques sur certaines pratiques, jugées trop compliquées. Ils sont 74% à trouver "inintéressante" la possibilité de créer un dossier médical en ligne, et la même proportion ne trouve aucun intérêt à la visioconférence avec un médecin.

Pis, selon le second sondage réalisé par Doctissimo (**): 53,21% des malades chroniques ne savent pas s'ils possèdent ou non un dossier médical personnel (DMP) et 48,17% ne savent pas s'ils ont un dossier pharmaceutique (DP).

Les internautes atteints de maladies chroniques sont pourtant très renseignĂ©s, puisqu'ils sont 41,97% Ă  se connecter deux Ă  trois fois par semaine pour rechercher des informations. Ils utilisent pour cela toute sorte de sources : sites spĂ©cialisĂ©s (92,66%), encyclopĂ©diques (45,64%), associatifs (30,28%) et institutionnels (près de 25%).

Spécificité intéressante, les malades chroniques sont 68% à rechercher des témoignages de personnes atteintes de la même maladie qu'eux. A l'inverse, ils sont très peu intéressés par les blogs de médecins et ne les suivent pas sur les réseaux sociaux (seuls 7,25% des malades chroniques suivent un médecin et 6,04% un hôpital sur un réseau social alors qu'ils sont sept sur dix à y avoir un compte).

Près de la moitié des malades chroniques participent à des chats ou des réseaux sociaux. "Ils veulent des informations sur le vécu, du partage, du soutien, tout ce qui ne peut pas être apporté par un professionnel de santé", analyse la blogueuse Catherine Cerisey.

Le Professeur Franck Chauvin, cancérologue, n'est pas contre un tel partage. "C'est de l'information d'expérience, pas de savoir, mais on sait que l'information des patients experts est valide", a-t-il expliqué. Il a aussi rappelé que différentes études ont montré que plus le patient est impliqué, plus les coûts et les complications liés à la maladie diminuent.
Les malades chroniques sondés souhaitent justement s'impliquer: 70,18% souhaitent avoir des formations en ligne et 78% suivre des conférences sur leur pathologie, à l'image de ce que propose l'association Vivre sans thyroïde (33.000 vues sur Youtube). /mb

(*)Etude TNS Sofres pour LauMa communication et Patients & Web, rĂ©alisĂ©e par tĂ©lĂ©phone entre le 4 et le 6 fĂ©vrier 2013 : Ă©chantillon de 1 002 individus de 18 ans et plus reprĂ©sentatif de la population nationale.

(**) Etude Doctissimo pour LauMa communication et Patients & Web, réalisée par internet entre le 4 et 21 mars 2013, 691 répondants dont 436 personnes touchées par une maladie chronique, dont 278 en ALD (Affection de Longue Durée avec une prise en charge à 100%)

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Les bornes numériques du GH Paris Saint-Joseph permettent à une part importante des patients d'être "complètement autonomes"

PARIS (TICsanté) - Le groupe hospitalier (GH) Paris Saint-Joseph a mis en place des bornes numériques facilitant suffisamment le parcours des patients pour qu'une grande partie d'entre eux soient autonomes, ont soutenu Christophe Nicolaï, directeur des systèmes d'information (DSI) et Bernadette Dureau, DRH et directrice des projets de l'établissement.

0 229

E-santé

La sérialisation inscrite dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies (JO)

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié fin février au Journal officiel inscrit la "lutte contre la falsification des médicaments", rendue possible grâce au dispositif de sérialisation, dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies.

0 246

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.santexpo.com/exposer/participer-au-salon/?utm_campaign=TICSANTE&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_salon=SE