https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

E-santé

CIU: le Snitem s'engage auprès du pôle SCS

0 472

NICE, 24 novembre (TICsanté) - Le Syndicat National de l’Industrie des Technologies Médicales (Snitem) a affirmé son engagement dans le projet de Centre d'Innovation et d'Usages Santé (CIU), à l’occasion de la journée SCS des Pôles de compétitivité TIC & Santé, autour de la thématique Santé à domicile et Autonomie, dans le cadre du Salon Santé Agora (la semaine dernière à Sophia Antipolis-Nice).

Une lettre d'intention (dans sa première version) a été signée par des pôles de compétitivité (Alsace BioValley), des pôles santé (Orphème), des pôles technologiques, les CHU de Grenoble, Toulouse et Nice ainsi que le Snitem, concernant la mise en place du Centre d'Innovation et d'Usages Santé, piloté par le pôle SCS, a indiqué Patrick Malléa, responsable du développement au CHU de Nice (pôle SCS), joint par TICsanté.

Cette lettre formalise la volonté d'aller plus loin et de tisser des liens avec tous les acteurs évoqués, a déclaré le Snitem à TICsanté.

Le Centre d'Innovation et d'Usages Santé est un projet qui vient aujourd’hui à "maturité après une longue réflexion" et qui permet de fédérer un certain nombre d’acteurs amenés à agir dans le domaine de la santé, a-t-il rappelé.

Ce rapprochement a lieu car "nous estimons que la synergie est très importante en terme d’innovation pour nos industriels et encore plus particulièrement pour nos PME, si l’on se réfère à la dynamique que cela peut créer en région", a-t-il également affirmé.

Parce qu'il y a un véritable enjeu pour toutes les parties, le syndicat a annoncé la signature dans les jours à venir d'un partenariat avec le pôle SCS.

Le CIU vise à concevoir des solutions, à faire émerger des idées et des prototypes. Il va accueillir des donneurs d’ordre, des professionnels de santé, des spécialistes des technologies pour expérimenter et évaluer ces solutions, a déclaré Patrick Malléa.

Il s'agit d'accompagner les partenaires dans cette démarche d'investissement, qui doit permettre de trouver des solutions technologiques, en particulier pour le maintien à domicile et l’amélioration des coordinations entre professionnels de santé, a-t-il souligné.

La principale force du CIU santé sera sa capacité à mettre en relation acteurs industriels, acteurs académiques et acteurs de santé et à leur offrir des moyens mutualisés, a indiqué de son côté Emmanuel Gabla, chef du service des technologies et de la société de l’information, Direction Générale des Entreprises (DGE).

Aujourd’hui, pour parvenir à déployer des solutions innovantes, il faut être en mesure de faire la preuve de ce qu’elles apportent en termes d’amélioration de la santé et de la qualité de vie ainsi qu’en terme de performance économique.

Le secteur santé a besoin de trouver de nouvelles organisations et les TIC peuvent être une réponse afin de les assister, a estimé Patrick Malléa.

L'idée avec l'ensemble des partenaires est de concevoir des expérimentations et évaluations en mettant en place des "plateformes technologiques ouvertes, qui permettront de réaliser de véritables expérimentations cliniques dans le domaine des gérontechnologies et des soins à domicile. Un exemple-type est de porter des capteurs pour rendre compte de l'état de santé du patient.

Il est aussi question que le CIU fournisse une expertise de "bonne pratique", car la solution peut être performante mais les pré-requis restent insuffisants, a déclaré Patrick Malléa.

La subvention pour le CIU à la fois au niveau national par la Direction générale des Entreprises (DGE) et au niveau local par les collectivités territoriales (Conseil régional PACA, Conseil général des Alpes Maritimes...), s'élève à 3,2 millions d'euros, dans le cadre de ce premier consortium, qui est de l'ordre de 5 millions d'euros, a-t-il annoncé./eg/ajr

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Le CHU de Rennes s'allie à Incepto afin d'"accélérer dans l'IA pour l'imagerie médicale"

RENNES (TICsanté) - Le CHU de Rennes a annoncé le 23 octobre avoir noué un partenariat avec la start-up Incepto, spécialisée en intelligence artificielle (IA) appliquée à la radiologie, en vue d'"accélérer dans l'IA pour l'imagerie médicale".

0 874

E-santé

TrauMatrix: quand l'IA se met au service des patients gravement traumatisés (AP-HP)

PARIS (TICsanté) - L’association Traumabase, l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), le CNRS, l’École des hautes études en sciences sociales, l’École polytechnique et la société Capgemini Invent ont annoncé le 25 octobre le lancement du projet TrauMatrix visant à développer "des outils d'IA d'aide à la décision pour la gestion des patients atteints de traumatismes graves".

0 739

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
4 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • HDI Day

    Le 18/11/2020

  • SantExpo Live (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 15/12/2020 au 17/12/2020

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021