https://vieviewer.com/

E-santé

Comment l'épidémie de Covid-19 a fait exploser l'offre numérique en santé (DNS)

0 368

PARIS (TICsanté) - L'épidémie de Covid-19 a mis un coup d'accélérateur au développement de solutions numériques à destination des professionnels de santé et a favorisé "l'accompagnement des initiatives portées par les industriels, la société civile et les chercheurs", a souligné la délégation du numérique en santé (DNS) le 12 juin lors d'une conférence de presse.

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19 en France, les pouvoirs publics ont entrepris de déployer plusieurs solutions numériques et plateformes d'accompagnement des professionnels, des usagers ou encore des acteurs privés et publics de la recherche et de l'innovation.

La DNS a salué le 12 juin les solutions numériques mises en place pour accompagner les soignants dans leur travail et les usagers dans leur quotidien durant la crise du Covid-19.

Ainsi, la délégation ministérielle est revenue sur le lancement du site de prévention et de conseils personnalisés face au virus Sars-CoV-2: mesconseilscovid.fr.

Conçu en open source, le service "évolue en fonction des nouvelles directives, des progrès sur la connaissance du virus, des tests et des traitements proposés et permet de publier en temps réel les recommandations officielles".

Mis en ligne le 11 mai, il compte 30.000 visiteurs uniques et va développer de nouveaux modules pour dispenser ses conseils sur "par exemple: le Covid-19 et la canicule ou en prévision de la rentrée universitaire", a détaillé la DNS.

"Un groupe d’experts a été constitué pour sa conception avec des médecins infectiologues, anesthésistes, généralistes, des directeurs d’établissement, des informaticiens expérimentés et des experts en e-santé, ainsi que des personnes qualifiées mises à disposition par France Assos santé en tant que représentants des associations de patients", a indiqué la délégation.

Ce groupe d'experts a été piloté par Yann-Maël Le Douarin, conseiller médical télémédecine à la direction générale de l'offre de soins (DGOS).

Outre le site mesconseilscovid.fr, depuis le 11 mai, tous les lieux de prélèvement des tests virologiques pour le dépistage du Covid-19 sont consultables sur une carte géolocalisée via le site sante.fr . Cette carte "évolutive" est alimentée à partir des données renseignées par les laboratoires d’analyses biologiques et enrichie par des informations complémentaires collectées par les agences régionales de santé (ARS).

"La réalisation du service a été assurée dans l’espace d’une semaine", a salué la DNS. A date du 12 juin, 3.166 points de prélèvement (permanents ou ponctuels) sont identifiés sur la carte, qui a été consultée près de 600.000 fois, et 196.000 "fiches laboratoire" ont été ouvertes.

Depuis le 1er juin, sante.fr a par ailleurs lancé un moteur de recherche donnant accès à l’information sur les 6.690 essais cliniques en cours de recrutement en France (ouverts ou à venir) toutes pathologies. Cet espace présente actuellement les 144 essais cliniques lancés en France sur le Covid-19.

StopCovid: près de 1,5 million de téléchargements depuis son lancement

L'application de traçage des contacts StopCovid lancée le 2 juin, a été la solution numérique la plus commentée depuis le début de l'épidémie de Covid-19.

L'application, qui utilise la technologie Bluetooth, doit permettre de limiter la propagation du virus en identifiant les chaînes de transmission. Elle considère comme cas contacts les personnes restées "à moins d'un mètre" d'un patient positif au Covid-19 "pendant au moins 15 minutes" et peut les alerter, rappelle-t-on.

Le 11 juin, à l'occasion de la remise du rapport "Confiance, innovation, solidarité: pour une vision française du numérique en santé" du Conseil national du numérique (CNNum), le secrétaire d'Etat chargé du numérique, Cédric O, a rapporté que "près de 1,5 million de personnes ont téléchargé l’application".

"Il est encore trop tôt pour évaluer l’efficacité du dispositif, mais les modèles épidémiologiques suggèrent que les applications de 'contact tracing' pourraient substantiellement ralentir la progression de l’épidémie", a commenté la DNS.

Autre avancée importante obtenue ces dernières semaines: le nombre de Samu connectés au portail SI-Samu "a été multiplié par 3 en deux mois", passant de 25 à 77, s'est félicitée la DNS.

Initié en 2014, le programme SI-Samu a l'ambition de fournir un système d'information (SI) centralisé à l'ensemble des centres Samu de France, qui vient se substituer à toutes les solutions individuelles, rappelle-t-on.

L'objectif est de moderniser l'outillage des Samu, de permettre la gestion de crise comme dans le cas du Covid-19, et la coopération territoriale en cas de crise locale.

L'accompagnement des initiatives portées par les industriels et les chercheurs

Début avril, au plus fort de l'épidémie de Covid-19, le ministère des solidarités et de la santé a publié sur son site une liste d'outils numériques référencés destinés aux professionnels de santé, aux usagers et aux éditeurs de logiciels de santé pour les accompagner dans le cadre de la lutte contre la crise sanitaire, rappelle-t-on.

Par ailleurs, parmi les mesures annoncées le 16 mars par le président de la République pour soutenir les médecins et les soignants hospitaliers, figure la mise en place d’aides logistiques pour permettre à celles et ceux exerçant en première ligne de continuer à soigner en toute sécurité pour eux-mêmes, leurs proches et leurs patients. Un dispositif national d’accompagnement médico-psychologique est mis à leur disposition via une cellule téléphonique de soutien.

Pour accompagner les établissements de santé et les professionnels, le ministère des solidarités et de la santé a mis en ligne un "guide des plateformes". "A date, 218 services sont déjà référencés sur la plateforme et 80 solutions de téléconsultations ont été référencées", a détaillé David Sainati, directeur de projets au sein de la DNS.

En outre, dans le cadre du déploiement de la feuille de route numérique en santé, la DNS a ouvert le 12 mai son "guichet national de l’innovation et des usages en e-santé" ou G_Nius.

L’action n°23 de la feuille de route ministérielle du numérique en santé, présentée en avril 2019 par l'ex-ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, portait sur la création d’un "Lab e-santé", rappelle-t-on.

Finalement rebaptisé "G_Nius", le service lancé dans "une première version Covid-19" doit permettre aux innovateurs et professionnels de santé de se repérer et faciliter leur mise en relation.

Une task force "data vs Covid" a été mise en place au sein du groupement d'intérêt public Health Data Hub dès le début de la crise en mars, "pour préciser les besoins et identifier les sources de données dont la remontée devrait être priorisée, et les mettre à disposition des chercheurs", a-t-on également appris.

Trois groupes de travail thématiques consacrés à "la modélisation de la diffusion de l’épidémie et la stratégie de déconfinement", aux "données en vie réelle: identification des populations à risque, pharmaco-épidémiologie, aide au diagnostic et stratégies de prise en charge" et au "suivi des patients non malades du Covid" y ont été créés.

"Plus de 400 initiatives d’acteurs publics et privés, mobilisant la donnée de santé au service de la gestion de la crise Covid [...] et une dizaine de projets, identifiés dans le cadre de ces ateliers de travail thématiques, ont fait l’objet d’un suivi renforcé", a fait savoir le 12 juin Stéphanie Combes, directrice du hub.

En outre, la plateforme technologique du Health Data Hub a été lancée début mai, en avance sur son calendrier initial pour "accompagner des projets de recherche prioritaires dans le contexte de la crise sanitaire", rappelle-t-on.

Enfin, la DNS a salué les assouplissements dérogatoires apportés au cadre réglementaire de la télésanté pour répondre à la crise sanitaire et a souligné l'explosion du nombre de téléconsultations passé de "10.000 par semaine" avant la crise "à plus d’un million au plus fort de l’épidémie".

"Pour soutenir les usages, les dérogations légales se sont accompagnées d’un soutien organisationnel. Le référencement des outils de télésanté a été l’une des composantes", a souligné la délégation. Le ministère des solidarités et de la santé avait publié le 17 mars une liste de solutions de téléconsultation et télésuivi auxquels il a attribué une note de sécurité.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

Le nombre de Samu connectés au portail SI-Samu multiplié par trois en 2 mois

PARIS (TICsanté) - Le nombre de Samu connectés au portail SI-Samu "a été multiplié par 3 en 2 mois", passant de 25 à 77, a indiqué Nicolas Billaudé, responsable du déploiement du SI-Samu à l'Agence du numérique en santé (ANS, ex Asip santé), le 5 juin à TICsanté.

0 429

En bref

L'ANS annonce 1.839 comptes créés sur le portail SI-Samu

L'Agence du numérique en santé (ANS, ex-Asip santé) a annoncé le 27 mars dans son bulletin d'information qu'à date, 1.839 comptes ont été créés sur le portail des systèmes d'information du Samu (SI-Samu) ouvert en décembre 2018.

0 517
https://www.lacharente.fr/boite-a-outils/emploi/medecin-generaliste/

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
1 + 1 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • VPH 2020

    Du 24/08/2020 au 28/08/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021