https://vieviewer.com/

Politique

Covid-19: la DNS appelle à "accélérer" le déploiement de la feuille de route numérique

0 324

PARIS (TICsanté) - Dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de Covid-19, plusieurs projets numériques ont été lancés par les pouvoirs publics, notamment dans le cadre de l'appui à la gestion de la crise sanitaire, "confortant la pertinence de la feuille de route numérique et la nécessaire accélération de sa mise en œuvre", a souligné la délégation du numérique en santé (DNS) le 12 juin lors d'une conférence de presse.

Dominique Pon et Laura Létourneau, respectivement responsable et déléguée du numérique en santé, ont présenté les projets numériques qui "ont été menés avec succès grâce à une mobilisation exceptionnelle et 'en mode commando' des pouvoirs publics et de leurs partenaires" pour répondre à la crise sanitaire du Covid-19.

Les deux représentants de la DNS ont, à nouveau, défendu leur vision d'un "Etat plateforme", au cœur de la stratégie déployée par le ministère des solidarités et de la santé dans le cadre de la feuille de route du numérique en santé. Ils ont garanti que le calendrier établi "n'a pris aucun retard" et que les 26 actions du volet numérique de "Ma santé 2022" seraient tenues au 31 décembre 2021.

Ils ont néanmoins regretté "un retard important de notre pays en matière de numérique en santé" en dépit des investissements réalisés. "Malgré cette accélération à marche forcée, le virage numérique est encore à mi-chemin au déclenchement de la crise Covid-19. Nombre d’actions auraient pu être fluidifiées ou même entreprises avec davantage de maturité", ont-ils déploré.

"Le déploiement des standards d’interopérabilité ou de l’identifiant national de santé dans les logiciels métier a par exemple considérablement manqué. L'espace numérique de santé [ENS] aurait pu permettre d’informer chaque citoyen de façon proactive sur la conduite à tenir au fil de l’eau, de référencer toutes les apps utiles et fiables, notamment en téléconsultation, de permettre au citoyen de stocker son résultat de test dans son dossier médical, de recevoir par messagerie sécurisée un questionnaire lui permettant d’identifier les personnes avec qui il a été en contact lorsqu’il était contagieux pour préparer au mieux l’appel de son médecin en charge de l’enquêtes sanitaire...", ont illustré les intervenants.

La DNS, accompagnée de la direction générale de l'offre de soins (DGOS), du groupement d'intérêt public (GIP) Health Data Hub et de l'Agence du numérique en santé (ANS), a dressé le 12 juin une liste des projets numériques déployés ces trois derniers mois pour répondre à la gestion urgente de la crise sanitaire.

Focus sur les outils internes pour la gestion de la crise du Covid-19

"La levée du confinement général a imposé de mettre en place une stratégie forte: repérer, isoler et soigner toutes les personnes positives au Covid-19", a rappelé la DNS dans un dossier de presse. En appui de cette stratégie, deux outils numériques ont été mis à la disposition des acteurs de la lutte contre la propagation du virus pour les enquêtes sanitaires et le suivi épidémiologique:

  • Contact Covid pour l’identification et la prise en charge des personnes malades et de leurs contacts rapprochés par les médecins et par l’assurance maladie et les agences régionales de santé (ARS)

"Décidé pendant la première quinzaine du mois d'avril" et opérationnel depuis le 13 mai dernier, "Sidep collecte aujourd’hui de façon quasi-exhaustives tous les résultats d’examen, avec près de 5.000 laboratoires de biologie médicale, publics et privés, qui y sont connectés", a précisé le 12 juin Raphaël Beaufret, directeur de projets au sein de la DNS. "Près d'un million d’examens RT-PCR ont été remontés pendant le premier mois du traitement", a-t-il détaillé.

"C'est une première nationale d'avoir réussi à lancer un service comme Sidep en un mois! C'est un exploit fantastique, fruit d'un vrai partenariat public-privé et qui est passé outre les problèmes d'interopérabilité des systèmes d'information", s'est félicité Dominique Pon.

Problèmes d'interopérabilité pour les laboratoires de biologie médicale

Le coût total du projet Sidep, s'élève à "près de 10 millions d'euros", a-t-on également appris le 12 juin.

Imaginé par l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), "maître d’œuvre du projet" et le ministère des solidarités et de la santé, "maître d’ouvrage", Sidep a été coconstruit par plusieurs structures publiques et privées: Santé Publique France, la Société française d’informatique de laboratoire (SFIL), les entreprises MIPS, Dedalus, Enovacom, Cap Gemini, l'ANS et l’association Interop’Santé.

"Le déploiement imparfait du cadre d’interopérabilité des systèmes d’information en santé (CI-SIS) dans les logiciels de laboratoires a contraint l’équipe projet à utiliser la norme d’interopérabilité vieillissante H'Prim", a déploré la DNS. "Si le CI-SIS avait été respecté dans tous les logiciels, il aurait été moins complexe et moins coûteux d’organiser la concentration des résultats dans Sidep."

"Par ailleurs, la présence non systématique de l'INS pour identifier de façon fiable un patient rend plus compliqué le travail des agents habilités de l’assurance maladie et des ARS", a également regretté la délégation du numérique en santé.

Pour rappel, l'utilisation de l’INS permet l’identification du patient. Il est nécessaire pour le déploiement des services numériques de santé. L'obligation d'utiliser le NIR comme INS a été reportée au 1er janvier 2021 par un décret publié le 10 octobre 2019 au Journal officiel.

Outre ces deux systèmes déployés en mai, la question de l’identification des lits disponibles pour accueillir les patients ainsi que l’augmentation des capacités de réanimation et de lits armés en respirateurs a été l'une des priorités des établissements de santé au plus fort de l’épidémie de Covid-19.

Pour répondre à ce besoin de visibilité des lits, les hôpitaux ont pu utiliser un référentiel développé depuis plusieurs années, le "répertoire opérationnel des ressources" (ROR). Il comprend l’exhaustivité de l’offre sanitaire dont les données concernant la disponibilité des lits de réanimation et soins critiques (soins intensifs et surveillance continue).

Le ROR, déployé sur l’ensemble du territoire, a ainsi constitué une source d’information unique et partagée entre les établissements, les ARS et le national pour le suivi des tensions hospitalières.

"Une quarantaine d’applications tierces sont connectées à ce référentiel pour permettre aux centres de gestion de crise et de régulation de connaître l’offre existante sur le territoire et faciliter ainsi l’orientation des patients en évitant les pertes de chance. A titre d’exemple, plus de 1.000 connexions quotidiennes ont été constatées en Ile-de-France durant la crise [...] Par ailleurs, un tableau de bord national de suivi des tensions hospitalières sur le secteur 'soins critiques' a été constitué et transmis quotidiennement à la cellule de crise depuis le 12 mars, soit une soixantaine de bulletins quotidiens", est-il détaillé dans le document de la DNS.

"Actuellement, chaque région est dotée d’un répertoire conforme au cadre national et enrichi de données spécifiques à la stratégie de son ARS. L’architecture du ROR repose donc sur 17 bases régionales interconnectées contribuant chacune au panorama national de l’offre de santé. D’ici 2022, il est prévu de développer un ROR centralisé qui permettra de disposer d’une base de données unique, facilitant ainsi leur remontée et leur traitement."

Pour répondre aux enjeux des tensions d’approvisionnement extrêmement fortes qui existent pour cinq molécules nécessaires à la prise en charge des patients atteints du Covid19 (deux hypnotiques et trois curares), "l’outil de suivi MaPUI.fr a, lu aussi, été déployé dans toutes les régions entre le 2 et le 8 avril 2020 pour suivre les stocks des pharmacies à usage intérieur (PUI)", a rapporté le 12 juin Caroline Le Gloan, cheffe du bureau des systèmes d'information (SI) de l'offre de soins à la DGOS.

MaPUI.fr permet aux PUI d’effectuer des exports de leurs données à partir de leurs logiciels, rappelle-t-on. "Au 20 mai 2020, près de 700 PUI alimentaient quotidiennement la plateforme", a-t-elle fait savoir.

"En l’absence de serveur multi-terminologie (SMT), la production de ce référentiel a nécessité le développement de scripts ad hoc, dont la mise au point a été coûteuse en temps. Le marché relatif à l’acquisition d’un SMT vient d’être notifié par l’ANS et connaitra quatre mises en production de différents modules dans les 12 mois à venir", a indiqué la DNS.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Coronavirus: Lifen publie une application de suivi des patients en quarantaine

PARIS (TICsanté) - La société spécialisée dans l'échange sécurisé de documents médicaux Lifen a publié en "open source" une solution de suivi à distance des patients atteints de Covid-19 présentée comme une "alternative" à la quarantaine à l'hôpital et réalisée avec le Pr Philippe Ravaud, directeur du centre d'épidémiologie clinique de l'Hôtel-Dieu de Paris (AP-HP), a-t-elle annoncé le 6 mars.

1 1122

E-santé

Coronavirus: inquiétude autour de la protection des données après l'assouplissement temporaire de la téléconsultation

PARIS (TICsanté) - Le décret publié le 10 mars au Journal officiel, assouplissant jusqu'au 30 avril les dérogations aux modalités de réalisation des actes de télémédecine pour répondre à la crise du Covid-19, inquiète les spécialistes de la protection des données de santé.

3 1014
https://www.lacharente.fr/boite-a-outils/emploi/medecin-generaliste/

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 7 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • VPH 2020

    Du 24/08/2020 au 28/08/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 13/04/2021