https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

E-santé

Le service de télémédecine francilien Ortif vise les 10.000 patients en 2016

0 476

PARIS, 22 février 2016 (TICsanté) - L'outil régional de télémédecine en Île-de-France (Ortif), initialement développé pour les urgences neurologiques, entend dépasser les 10.000 patients annuels et va être étendu à d'autres usages en radiologie et en dermatologie, a annoncé dans un communiqué diffusé le 2 février le groupement de coopération sanitaire pour le développement des systèmes d'information en santé partagés en Île-de-France (GCS D-sisif).

"En 2015, le nombre d'adhérents a été multiplié par sept et permet de comptabiliser 2.683 comptes utilisateurs", indique le GCS D-sisif dans le communiqué, précisant qu'au mois de décembre 2015, plus de 700 patients ont été pris en charge grâce à l'utilisation du service Ortif.

"Jusqu'à présent, l'innovation résidait dans la montée en charge des usages. Désormais, l'innovation est technologique. Elle repose sur la mutualisation du service Ortif pour venir en support à de nouveaux projets médicaux répondant à des enjeux de prévention et de dépistage, voire de suivi au domicile du patient", a souligné dans le communiqué Christophe Couvreur, directeur de programme au GCS D-sisif.

"Le défi reste la mise en place d'un projet médical partagé et d'un modèle économique pérenne, ce qui permettra le développement de ces nouveaux usages", a-t-il ajouté.

Lors de sa mise en service en 2014, Ortif visait à apporter une expertise neurologique, neurochirurgicale et neuroradiologique dans les établissements disposant d'un service d'urgence mais n'ayant pas ces spécialités sur leur site, grâce à un service de transfert d'images et de visio-conférence pour la télé-assistance.

Mais d'autres usages du service Ortif se sont développés en 2015, notamment dans une vingtaine d'instituts médico-éducatifs pour de la téléconsultation et du suivi des enfants polyhandicapés ou autistes.

"Plus d'une quinzaine d'unités sanitaires en milieu carcéral (Ucsa) ont été mises en service pour l'accès à l'expertise dermatologique, ce qui en fait le plus important déploiement national en nombre d'établissements pénitentiaires équipés", a détaillé par ailleurs le GCS D-sisif.

Plusieurs autres projets sont d'ores et déjà en cours pour étendre l'usage d'Ortif à d'autres pratiques médicales.

Dans le cadre de la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT) et des réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP), Ortif "apportera les fonctions d'échanges d'images, de données cliniques et de visioconférence" pour la permanence des soins en radiologie.

En Île-de-France, le service Ortif permettra également d'avoir recours à de la télé-expertise pour le dépistage de la rétinopathie diabétique et pour la permanence de soins des urgences dermatologiques.

Le service prend aussi une envergure nationale en intégrant la solution nationale existante pour la régulation des greffes, y apportant sa fonction d'échange et de transmission anonymisée d'imagerie médicale, ajoute-t-on.

Côté technologique, Ortif doit être intégré en 2016 avec le Service partagé régional en imagerie médicale (S-PRIM), et avec TerriS@nté, développé par le GCS D-sisif dans le cadre du programme Territoire de soins numérique (TSN) (voir dépêche du 7 janvier 2016).

Le GCS D-sisif envisage également le déploiement d'un nouveau service "Ortif-Télésurveillance médicale" pour le suivi des maladies chroniques et la chirurgie ambulatoire "qui va permettre à Ortif de s'inviter au domicile des patients à travers l'utilisation d'applications mobiles, d'algorithmes experts et d'objets connectés", a-t-il indiqué dans le communiqué.

rm/ab

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Le CHU de Rennes s'allie à Incepto afin d'"accélérer dans l'IA pour l'imagerie médicale"

RENNES (TICsanté) - Le CHU de Rennes a annoncé le 23 octobre avoir noué un partenariat avec la start-up Incepto, spécialisée en intelligence artificielle (IA) appliquée à la radiologie, en vue d'"accélérer dans l'IA pour l'imagerie médicale".

0 874

E-santé

TrauMatrix: quand l'IA se met au service des patients gravement traumatisés (AP-HP)

PARIS (TICsanté) - L’association Traumabase, l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), le CNRS, l’École des hautes études en sciences sociales, l’École polytechnique et la société Capgemini Invent ont annoncé le 25 octobre le lancement du projet TrauMatrix visant à développer "des outils d'IA d'aide à la décision pour la gestion des patients atteints de traumatismes graves".

0 741

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
1 + 6 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • HDI Day

    Le 18/11/2020

  • SantExpo Live (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 15/12/2020 au 17/12/2020

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021