https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

E-santé

Dmd Santé lance mHealth Quality, label européen en santé mobile et connectée

1 404

PARIS, 11 septembre 2015 (TICsanté) – La plateforme d'évaluation collaborative d'applications mobiles dmd Santé a annoncé le 11 septembre le lancement du mHealth Quality, premier label européen de validation de la qualité des applications mobiles de santé.

La start-up dmd Santé, qui en trois ans a évalué plus de 1.100 applications mobiles dédiées à la santé, veut mettre à profit son expérience pour "aider les professionnels de santé et le grand public à choisir des outils pertinents" et "permettre aux marchés européens de croître en qualité globale".

"Nous avons eu très tôt l'idée de labelliser, mais ce n'était pas pertinent de le faire à notre lancement, car le marché n'était pas suffisamment qualitatif; il n'y aurait eu que deux ou trois applications labellisées", a expliqué à TICsanté Guillaume Marchand, président et cofondateur de dmd Santé.

Le label mHealth Quality sera basé sur une analyse complète sur le plan médical, juridique, réglementaire, de la sécurité et de la valeur d’usage de l'application ou de l'objet connecté concerné. Les évaluations des professionnels de santé et patients y tiendront une place centrale.

"La valeur d'usage, c'est-à-dire la qualité perçue par la cible, est extrêmement importante: sans elle, on ne certifie que des process industriels, pas des outils", souligne le fondateur de dmd Santé. "Il ne suffit pas d'avoir une bibliographie, d'afficher ses conditions générales d'utilisation (CGU) et d'être gratuite pour être une bonne application, il faut qu'il y ait un vrai service", ajoute-t-il.

Pour inciter les usagers à évaluer les applications, dmd Santé prévoit de les rémunérer – à condition que la critique soit constructive et qu'il n'y ait pas de conflit d'intérêts avec les créateurs de l'outil évalué. "L'idée est de valoriser le savoir des patients et des professionnels de santé", explique Guillaume Marchand. Il ajoute que cela peut être une source complémentaire de revenus pour les associations de patients.

Au-delà de la valeur d'usage, la plateforme fournira aux demandeurs –qui devront payer un prix d'accès corrélé à la complexité de l’outil à analyser– un audit médical, une analyse de la conformité juridico-réglementaire, un audit de sécurité et une évaluation des aspects éthiques de l'outil (information des usagers, interopérabilité, etc.).

"Nous avons, dans nos critères d'audit, choisi les critères européens lorsqu'ils sont plus forts que les critères français, afin d'assurer une protection maximale des utilisateurs", précise Guillaume Marchand. D'où la prétention d'être un "label européen", même si la société se focalisera dans un premier temps sur le marché français.

"Nous présentons nos travaux depuis deux ans aux ministères concernés et aux ordres professionnels et sommes actuellement en train de renforcer nos comités d'experts", indique Guillaume Marchand.

Dmd Santé s'est notamment entouré de Me Pierre Desmarais, avocat au Barreau de Paris, spécialisé en droit de la santé; de Jérôme Béranger, chercheur associé au Centre éthique international/ESA Management éthique ou des experts de la société Pradéo (spécialiste de la sécurité et des flux d'informations); de Catherine Cerisey et Giovanna Marsico, cofondatrices de Patients&Web et de la pharmacologue Evelyne Pierron.

Les premières évaluations devraient débuter à la fin du mois de septembre. Le label se traduira par le lancement d'une application dédiée, qui répertoriera les outils ayant obtenu le sésame.

mb/ab

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Le CHU de Rennes s'allie à Incepto afin d'"accélérer dans l'IA pour l'imagerie médicale"

RENNES (TICsanté) - Le CHU de Rennes a annoncé le 23 octobre avoir noué un partenariat avec la start-up Incepto, spécialisée en intelligence artificielle (IA) appliquée à la radiologie, en vue d'"accélérer dans l'IA pour l'imagerie médicale".

0 829

E-santé

TrauMatrix: quand l'IA se met au service des patients gravement traumatisés (AP-HP)

PARIS (TICsanté) - L’association Traumabase, l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), le CNRS, l’École des hautes études en sciences sociales, l’École polytechnique et la société Capgemini Invent ont annoncé le 25 octobre le lancement du projet TrauMatrix visant à développer "des outils d'IA d'aide à la décision pour la gestion des patients atteints de traumatismes graves".

0 691

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 1 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • HDI Day

    Le 18/11/2020

  • SantExpo Live (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 15/12/2020 au 17/12/2020

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021