https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

E-santé

Maladies à déclaration obligatoire: l'InVS prépare un outil de télédéclaration pour les infections par le VIH et le sida

0 232

PARIS, 15 juin 2015 (APM) - L'Institut de veille sanitaire (InVS) teste actuellement e-DO, un outil de télédéclaration des maladies à déclaration obligatoire (MDO) qui sera d'abord limité aux infections par le VIH et au sida avant de s'étendre à l'ensemble des MDO, a-t-il annoncé lors des salons santé autonomie (SSA), à Paris.

Le dispositif des MDO est un "outil majeur de la surveillance des maladies infectieuses" et permet à la fois de "contrôler un risque sanitaire" et de "disposer d'informations épidémiologiques sur un enjeu de santé publique important", a rappelé Anne-Sophie Barrel, membre de l'équipe projet e-DO à l'InVS, à l'occasion d'une présentation du dispositif sur le stand de l'Agence des systèmes d'informations partagés de santé (Asip santé).

Le dispositif actuel consiste en un formulaire papier transféré par fax ou courrier à l'InVS par le déclarant. La mise en place d'un dispositif de télédéclaration vise à "rendre le processus plus efficient et plus réactif", notamment en réduisant la charge de traitement des fiches papier et les délais de transmission, a expliqué Anne-Sophie Barrel. Ce dernier point est particulièrement important en cas d'épidémie de méningite, a-t-elle donné pour exemple.

Le dispositif e-DO sera dans un premier temps limité à la déclaration d'infections par le VIH et au sida. Elles ont représenté en 2013 environ 10.000 fiches, dont 8.800 pour le VIH, 800 pour le sida et 100 déclarations de décès. Ces fiches ont été envoyées par 2.066 cliniciens (dont 39% en ville) et 875 biologistes (dont 77% en ville).

L'application e-DO a été développée en 2013 et 2014, après consultation des futurs utilisateurs et validation des choix stratégiques par les parties prenantes (institutions, associations de patients, conseils de l'ordre, déclarants, etc.). Elle a été testée par des cliniciens et biologistes volontaires dans 21 établissements.

Elle est déployée en interne à l'InVS depuis le 5 mai: les données reçues au format papier y sont saisies. Sous réserve d'une autorisation de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), le dispositif sera déployé le 15 septembre en Ile-de-France et en Guyane, puis le 1er janvier 2016 sur le reste du territoire. Les approvisionnements en feuillets papiers cesseront à ces dates.

E-DO sera accessible à trois catégories d'utilisateurs: déclarants (cliniciens, biologistes), non-déclarants (agences régionales de santé -ARS-, InVS) et partenaires (Centre de lutte antituberculeuse, CNR, etc.). Les utilisateurs s'authentifieront par le biais de leur carte de professionnel de santé (CPS). Ils auront accès à leur profil, à des formulaires de saisie et d'envoi des fiches et à leur historique.

Chaque fiche est identifiée par un code d'anonymat, généré par le déclarant. Les fiches comprennent les données socio-démographiques, cliniques, épidémiologiques et biologiques des personnes infectées. Leur rédaction prend "cinq à 10 minutes" à un professionnel habitué. L'InVS espère ainsi renforcer l'adhésion des professionnels de santé au dispositif des MDO.

Après le déploiement de la solution pour les infections par le VIH et le sida, l'InVS débutera un travail d'adaptation pour y intégrer les 30 autres MDO, a précisé Anne-Sophie Barrel à l'APM. Ces autres maladies devraient être couvertes par e-DO en 2017.

mb/gb/ab

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Le CHU de Rennes s'allie à Incepto afin d'"accélérer dans l'IA pour l'imagerie médicale"

RENNES (TICsanté) - Le CHU de Rennes a annoncé le 23 octobre avoir noué un partenariat avec la start-up Incepto, spécialisée en intelligence artificielle (IA) appliquée à la radiologie, en vue d'"accélérer dans l'IA pour l'imagerie médicale".

0 883

E-santé

TrauMatrix: quand l'IA se met au service des patients gravement traumatisés (AP-HP)

PARIS (TICsanté) - L’association Traumabase, l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), le CNRS, l’École des hautes études en sciences sociales, l’École polytechnique et la société Capgemini Invent ont annoncé le 25 octobre le lancement du projet TrauMatrix visant à développer "des outils d'IA d'aide à la décision pour la gestion des patients atteints de traumatismes graves".

0 751

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • HDI Day

    Le 18/11/2020

  • SantExpo Live (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 15/12/2020 au 17/12/2020

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021