https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniereticsanteseptembresite&utm_term=&utm_content=

E-santé

Nouvelles technologies à l'hôpital: des attentes similaires pour les médecins et les patients (baromètre Odoxa)

0 364

PARIS, 19 mai 2015 (TICsanté) - Le grand public et les médecins s'opposent sur le rôle à donner à l'hôpital dans le parcours de soins, 78% des médecins souhaitant que la consultation à l'hôpital reste ponctuelle, contre 59% des Français qui souhaitent que l'hôpital garde une place centrale dans l'accueil des patients, selon le Baromètre santé 360 d'Odoxa pour Orange Healthcare et la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH), publié lundi.

Ce baromètre santé réalisé par Odoxa pour Orange Healthcare et la MNH, avec le concours scientifique de la Chaire santé de Sciences Po, vise à couvrir chaque trimestre un thème spécifique "à 360 degrés", en interrogeant séparément un échantillon de Français, des médecins et des patients.

L'échantillon "grand public" est composé de 3.001 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées par internet du 9 au 20 avril 2015. L'échantillon "patients" comporte 708 personnes ayant été hospitalisées dans les trois dernières années issues d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L'échantillon "médecins" comprend 399 médecins spécialistes et généralistes, interrogés par téléphone et par internet du 25 mars au 18 avril 2015.

Après "la santé connectée" en janvier (voir dépêche du 21 janvier), cette seconde édition du baromètre est consacrée aux "nouveaux parcours de soins à l'hôpital".

Le baromètre montre de forts clivages entre les médecins et les Français. Ainsi, le "déroulement du parcours de soin des patients entre le médecin référent, les spécialistes et les hôpitaux" est jugé "satisfaisant" par 69% des Français (72% des patients) mais est jugé "insatisfaisant" par 51% des médecins.

Si 89% des patients se disent "satisfait[s] de la gestion de [leur] relation avec l'hôpital avant et après [leur] passage", le baromètre montre une différence entre les modes de contact et gestion souhaités par les patients et les médecins et ceux réellement utilisés.

Ainsi, les trois quarts des patients prennent aujourd'hui contact avec l'hôpital par téléphone (49%) ou sur place (26%) et seulement 5% d'entre eux utilisent internet et les e-mails pour communiquer avec l'établissement. Or, 41% des patients (76% des médecins) souhaiteraient utiliser internet et les e-mails pour la "bonne gestion du séjour hospitalier des patients et le partage d'informations médicales à leur sujet". 25% des patients et 60% des médecins voudraient un usage plus développé du téléphone portable/des SMS et seuls 21% des patients (9% des médecins) préconisent le téléphone fixe.

Les rendez-vous physique/en face-à-face sont toujours demandés par 63% des patients et 26% des médecins. "Les deux ne sont pas contradictoires, on ne remplace pas les médecins par des ordinateurs mais on utilise de nouveaux outils" pour l'administratif, a réagi Martin Hirsch lors du point presse de présentation du baromètre, lundi. Il en a profité pour annoncer que "depuis un mois", le site internet de l'AP-HP s'est adapté aux téléphones portables.

MEDECINS ET PATIENTS SUR LA MEME LIGNE POUR L'USAGE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

Les patients s'accordent avec les médecins sur les quatre principales applications des nouvelles technologies qu'ils attendent pour améliorer la prise en charge hospitalière: le rappel et la prise des rendez-vous (à 67% dans les deux échantillons), la communication du compte rendu d'hospitalisation ou des résultats d'examens (61% chez les patients, 73% chez les médecins), la gestion du dossier administratif en pré- et post hospitalisation (52% et 69%) et la prise de rendez-vous (65% et 47%).

Les nouvelles technologies sont jugées moins utiles par les deux parties dans les domaines liés aux soins: le rappel de prises médicamenteuses (37% et 40%), la gestion de la relation patient en sortie d'hospitalisation (43% et 32%), la consultation à l'hôpital (44% et 20%) et la délivrance de la prescription médicale sur le mobile (20% et 14%).

Les bénéfices attendus par les trois échantillons quant à l'usage du mobile dans le parcours de soins sont la rapidité (citée par 83% des patients et 91% des médecins), la quantité d'informations échangées (77% et 84%), la simplicité pour les patients (71% et 84%) et un meilleur suivi du patient (71% et 87%).

UN PARTAGE DES DONNEES PATIENTS ACCEPTEE, MAIS PAS AVEC TOUS LES ACTEURS

Les sondés se disent prêts à partager les informations concernant leur santé avec l'équipe de soin qui les prend en charge (86% pour les patients, 98% pour les médecins), avec un autre professionnel de santé (74% et 97%), ou avec une personne de confiance qu'ils ont eux-mêmes nommée (75% et 89%).

L'ensemble des échantillons se montrent par contre très réticents à partager ces informations avec des acteurs économiques comme les laboratoires pharmaceutiques (29% et 10%), les réseaux de santé sur internet (12% et 18%) et surtout les assureurs (10% et 6%). Un peu plus de la moitié (52% des patients) sont prêts à partager leurs données avec une équipe de recherche, contre 35% des médecins.

A l'instar du "blue button" proposé aux Etats-Unis, 63% des Français et 84% des médecins souhaiteraient pouvoir récupérer l'ensemble de leurs données de santé réparties dans les systèmes d'information hospitaliers et auprès des professionnels de santé grâce à un simple bouton sur leur téléphone mobile.

mb/ab/

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

La solution Gwalenn, un outil au service de la coordination en Bretagne

RENNES, SAINT-MALO (Ille-et-Vilaine) (TICsanté) - La solution Gwalenn, outil régional construit par les acteurs, évite les redondances de coordination en Bretagne, ont indiqué ses utilisateurs le 19 septembre à Saint-Malo à l'occasion de la 3e étape du tour de France de l'e-santé.

0 686

E-santé

La téléconsultation pourrait s'avérer très utile dans le suivi des femmes en PMA

RENNES (TICsanté) - La téléconsultation pourrait s'avérer très utile dans le suivi des femmes en assistance médicale à la procréation (AMP/PMA), selon une expérience bretonne présentée lors d'un colloque organisé le 19 septembre à Rennes par Hospi Grand Ouest (HGO) et le groupe Vyv sur l'innovation.

0 639
https://www.lacharente.fr/boite-a-outils/emploi/medecin-generaliste/

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
6 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/
https://www.cegi.fr/nos-solutions/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021