Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-identity-manager-solution-referentiel-agents-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=EIM
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
31/03/2010   Envoyer par mail Imprimer   1 commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Le dossier pharmaceutique se répand et approche de ses limites

PARIS, 31 mars (TICsanté) – Plus de 60% des pharmacies sont raccordées au dossier pharmaceutique (DP), ont annoncé des représentants du Conseil national de l’ordre des pharmaciens (Cnop), lors d’une rencontre avec la presse organisée la semaine dernière à Paris. Les contraintes techniques et économiques ne permettent pas d’assurer que le taux de 100% puisse être atteint.

Le Cnop certifie que près de 13.900 officines (sur 22.462) et 15 facultés (sur 24) sont raccordées et que plus de 7,2 millions de DP ont été créés au 22 mars 2010. Il prévoit que 20.000 officines et l’ensemble des facultés alimenteront le DP à la fin 2010 et compte dépasser les 10 millions de dossiers créés.

Le taux national de raccordement des pharmacies dépasse 61%, mais ce nombre variait de 35,2% en Guadeloupe à 84,3% en Haute-Marne au 1er mars, d’après les données disponibles sur le site de l’Onp. A cette date, 36 départements affichaient un taux de raccordement inférieur à la moyenne nationale (58,4%), en particulier dans les régions Ile-de-France, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et dans les départements d’outre-mer.

L’ordre signale que les zones rurales obtiennent de meilleurs résultats que les métropoles. Cette différence serait liée à la présence plus fréquente de petites officines dans les grandes villes. Ces pharmacies rencontreraient des difficultés économiques de nature à compromettre leur raccordement au DP, a expliqué Anne Hugues, membre du comité de pilotage territorial du DP.

Les pharmaciens ont l’obligation légale d’être en mesure d’alimenter le DP depuis le 21 juillet 2009. La loi n’instaure cependant ni délai d’application, ni sanction pour les contrevenants. "On n’en est pas là", a réagi Bernard Flirden, chef de file dudit comité de pilotage. Le Cnop n’a fixé aucune date-butoir pour le raccordement des officines au DP, ni décidé quelle procédure disciplinaire appliquer aux retardataires, a-t-il précisé.

D’autres obstacles, de nature technique, limitent le déploiement du DP sur l’ensemble du territoire, en premier lieu l’accès au réseau ADSL. Par ailleurs, des problèmes de compatibilité des logiciels médicaux subsistent, principalement en milieu hospitalier, où "il y a trop de logiciels incompatibles entre eux dans les établissements, entre les établissements et avec les officines", a-t-il déploré.

Le Cnop souhaite néanmoins étendre le DP aux médicaments délivrés dans le cadre de la rétrocession, rendant ainsi le dossier consultable par les praticiens hospitaliers. Une demande d’expérimentation aux CHU de Nancy et Nîmes et au CH de Hyères (Var), pour une durée de neuf mois, a été transmise à la Commission nationale informatique et liberté, dont l’avis est attendu début avril, ont indiqué les représentants de l’ordre des pharmaciens.

Le DP est d’ores et déjà enrichi d’un service de diffusion d’alertes sanitaires, utile pour avertir les pharmaciens d’une épidémie ou d’un retrait de lot, ont-ils souligné. Mais trop peu d’officines sont actuellement raccordées pour permettre sa mise en fonction effective. "On l’a essayé, ça marche. On attend plus de pharmacies", a déclaré Bernard Flirden, sans évoquer de seuil ni de date.

Le Cnop souhaite à l’avenir enrichir son outil d’autres fonctions, comme le suivi des vaccins. Ces informations ont vocation à alimenter le futur dossier médical personnel (DMP), dont la production doit débuter fin 2010. Les données du DP sont hébergées sur deux sites par Santéos, membre du groupement désigné pour réaliser l’hébergement du DMP, a-t-il rappelé.

Les officines raccordées effectuent environ 300.000 consultations de DP chaque semaine, a fait savoir Anne Hugues. Le Cnop n’a toutefois pas spécifié combien d’interactions médicamenteuses sont repérées par le système dans le même laps de temps, ni combien sont corrigées par les pharmaciens. La configuration du DP permet ce type de mesure, mais "il y a une crainte syndicale et ordinale que ce soit mal interprété. La profession n’est pas prête", a jugé Bernard Flirden.

Une étude de perception commandée par le Cnop à la société Vison Critical en juin 2009 révèle pourtant que le DP est approuvé par plus de 90% des pharmaciens. En revanche, le dossier est peu connu du grand public. Un tiers des personnes interrogées en avaient entendu parler au moment de l’enquête. Des accords régionaux avec le Comité inter associatif sur la santé pour diffuser une campagne d’information devraient accroître la notoriété du DP, a-t-il espéré.

Le coût total du DP avoisine 5 millions d’euros par an depuis 2007, majoritairement financés par le Cnop, la subvention de l’Etat représentant "moins du quart" du total, a-t-il affirmé./gb/ar

Partagez cet article

Rédigé par: Francois.PESTY@Wanadoo.fr  le 31/03/2010 à 10:31
Le CNOP ferait mieux de demander l'accès de tous les pharmaciens, officinaux et hospitaliers, aux données de "l'historique des remboursements", le téléservice de l'assurance maladie, encore aujourd'hui accessible aux seuls médecins libéraux !

Pour 60 millions de bénéficiaires (près de 10 fois plus que les DP), ils pourraient, avec une carte CPS, la carte Vitale et l'accord du patient, visualiser non seulement un an d'historique des médicaments remboursés (avec les nombres de boites à chaque délivrance), quels que soient l'officine et le médecin prescripteurs, par date de délivrance et actualisé au délai de remboursement près (ce qui n'est pas le cas du DP).

Ils pourraient également accéder aux analyses de laboratoires remboursées depuis un an, aux examens d'imagerie médicale, séjours hospitaliers, actes et consultations chez les dentistes, indemnités journalières, ALD et transports sanitaires.
Haut de page
http://www.web100t.fr
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017
Hacking Health Lyon
Du 01/12/2017 au 03/12/2017
Les Journées de l'achat hospitalier
Du 07/12/2017 au 08/12/2017
Journée régionale "Sécurité numérique en santé"
Le 07/12/2017