Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
https://www.elsevier.com/fr-fr/events/Symposium-Intelligence-Artificielle/sinscrire?campid=18E10639&utm_campaign=hs_emeala_onlinead&utm_content=paid_ad&utm_medium=onlinead&utm_source=_ticsante&mm=nguyens&prod=Hs-Local&reg=EMEALA&country=france&startdate=11-01-2018
26/10/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Connexin veut mettre le big data au service de la tumoro-vigilance

PARIS, 26 octobre 2018 (TICsanté) - En partenariat avec les Centres de coordination en cancérologie de la Haute-Vienne (3C87) et de la Creuse (3C23), la société Connexin a mis au point une base régionale des tumeurs solides (BRTS) pour "améliorer la prise en charge des patients atteints du cancer et promouvoir la recherche grâce au big data", a expliqué son directeur général, Joël Da Costa, à TICsanté.

Créée il y a "près de 4 ans", la filiale de l'entreprise Advanced Schema spécialisée dans la santé connectée, Connexin, et les 3C87 et 3C23 se sont fixés l'objectif de mettre à la disposition des professionnels de santé comme des chercheurs des départements de la Haute-Vienne et de la Creuse, un entrepôt de données médico-administratives, pour "inscrire la donnée au coeur du parcours de soins" mais aussi pour développer la recherche clinique.

Concrètement, la mission de Connexin consistait à construire, à partir de données de santé existantes (médico-administratives, issues des hôpitaux, des centres de coordination en cancérologie, des patients eux-mêmes...), une BRTS exploitable pour le corps médical et les chercheurs en cancérologie, afin d'obtenir "une vue à 360° du parcours de soins des patients atteints de tumeurs solides".

Il s'agissait ainsi de permettre aux logiciels des établissements de soins de ces deux départements d'envoyer des données très hétérogènes vers un entrepôt, avant de les agréger au sein d'une application à deux modules pour permettre aux différents professionnels de santé d'accéder à un suivi longitudinal de la prise en charge de leurs patients en obtenant une vision globale de celle-ci et de mettre à la disposition des chercheurs une base de données fiable et sécurisée, réunissant des informations cliniques dés-identifiées à des fins de recherche et d'essais.

"D'ici décembre prochain, nous allons étendre la base régionale des tumeurs solides (BRTS) à l'ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine", a précisé Joël Da Costa.

"Connexin recueille le consentement de chaque patient dont les données sont agrégées dans la BRTS, il n'y a aucune contrepartie à cela car les patients y voient une finalité de recherche et sont portés par l'intérêt général."

"Pour les professionnels de santé, outre la possibilité d'un véritable suivi du patient, il y a aussi un aspect benchmark intéressant. Ils peuvent ainsi comparer leur pratique avec celles d'autres confrères et justifier certaines stratégies thérapeutiques qui ne sont pas nécessairement conformes mais qui fonctionnent", a souligné le directeur général de la filiale.

La plateforme développée par Connexin est accessible en ligne, les professionnels de santé doivent s'inscrire avec leur numéro de répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS), un numéro de téléphone mobile, une adresse mail et leur carte de professionnel de santé (CPS).

La BRTS lancée en mars 2018 et opérationnelle depuis septembre dernier et ce sont déjà les données de "18.000 patients" qui ont été agrégées.

"La base entrera dans le plein usage en 2019, pour l'instant nous continuons à y injecter des données", a expliqué Joël Da Costa.

Concernant le financement de la BRTS, "il ne s'agit pas d'un abonnement mais d'un contrat de prestations de services entre les centres de coordination en cancérologie et la société Connexin". Interrogée sur le montant de ces prestations, l'entreprise n'a pas souhaité communiquer.

Les partenaires 3C23 et 3C87 sont eux financés -dans le cadre de cette base de données- par "l'agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine", a précisé le directeur général de la société.

En attendant le déploiement de la BRTS à l'ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine, Connexin compte déjà "entre 100 et 150 professionnels de santé sur le premier périmètre autour de Limoges", connectés à la base de données.

Une approche basée sur le big data

"Avant de démarrer le projet, Connexin a procédé à un audit de l'existant : une ébauche d'application, qui se heurtait à des difficultés techniques. Surtout, sa construction s'appuyait sur une structure relationnelle et, donc, adaptée à des données très normées, dans un format défini", a expliqué la société.

Pour cela, les équipes de Connexin ont fait le choix d'une approche big data. C'est-à-dire qu'ils ont collecté les données "dans un format au plus proche de celui d'origine", puis les ont agrégées dans leur base.

"Connexin a notamment mis en oeuvre des mécanismes d'identito-vigilance, afin de s'assurer de l'identité d'un patient au sein de la base et tout au long de son parcours de soins, ainsi qu'un module de tumoro-vigilance permettant d'identifier et de réconcilier les différentes tumeurs d'un même patient."

Connexin s'est également appuyée sur des algorithmes avancés en natural language processing ou reconnaissance du langage naturel (NLP) pour: agréger des données spécifiques, telles que des comptes rendus de consultation; identifier un certain nombre de caractéristiques importantes sur la nature d'un cancer ou sa localisation exacte.

"Il s'agit aussi d'identifier que des formulations différentes exprimaient au final une même idée, avec notamment la gestion de la négation dans les comptes rendus, une situation non métastatique pouvant être exprimée par 'absence de métastases', 'précoce', 'non méta', 'non disséminé' ou comme étant 'localisé'", a indiqué le directeur général de Connexin.

Enfin, la filiale d'Advanced Schema a travaillé sur le graphisme et le design de son application, elle a ainsi opté pour une présentation sous forme de timeline, dans laquelle l'utilisateur a la possibilité de sélectionner des événements, de les comparer entre eux et de visualiser ainsi l'évolution de la prise en charge du patient dans le temps (photo).

Capture d'écran BRTS/Connexin

Pour l'heure, la BRTS intègre des données collectées sur 5 à 6 ans et "l'ensemble de ces data est stocké sur les serveurs du SILPC (Santé et informatique Limousin-Poitou-Charentes), un hébergeur local, certifié données de santé".

Dans ses prochains développements, Connexin souhaiterait se concentrer "sur la partie langage naturel et les algorithmes médicaux", a précisé Joël Da Costa, sans se fixer de calendrier.

wz/ab

Partagez cet article

http://bit.ly/VM-decouverte-pds
http://www.experiencepatient.fr/barometre
Les dépêches liées à cette information
https://www.sf-telemed.org/accueil.html
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres

Développeur C++ (H/F)

Île-de-France


Développeur Java (H/F)

Île-de-France


Les offres d'emploi
Agenda
Journée "Intelligence artificielle en santé"
Le 21/11/2018
11e Congrès européen de la télémédecine
Du 06/12/2018 au 07/12/2018
Symposium "Aide à la décision clinique, IA et big data à l'hôpital"
Le 11/12/2018
Conférence "Value Based Health Care in the Digital Era"
Le 18/12/2018
Consumer Electronic Show 2019
Du 08/01/2019 au 11/01/2019