Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://inovelan.fr/santnetbox/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
02/10/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Ouverture d'une négociation conventionnelle sur la télémédecine en officine

PARIS, 2 octobre 2018 (TICsanté) - L'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam), l'Union nationale des organismes d'assurance maladie complémentaire (Unocam) et les syndicats de pharmaciens d'officine ont débuté le 12 septembre des négociations conventionnelles afin de préciser les modalités de soutien aux officines pour qu'elles contribuent à l'essor de la télémédecine, a-t-on appris auprès de représentants des pharmaciens.

L'avenant n°11 à la convention pharmaceutique publié en décembre 2017 engage les pharmaciens à "travailler au développement de la télémédecine en officine".

L'Uncam a ouvert dans cette optique la négociation d'un nouvel avenant qui devra préciser d'ici la fin de l'année les modalités d'intervention des pharmaciens dans les actes réalisés à distance, les dispositifs de soutien à l'équipement des officines, et la valorisation du temps passé par les pharmaciens à ces activités.

Il s'agira du 14e avenant à la convention pharmaceutique. Pour rappel, les avenant n°12 et n°13 ont respectivement porté sur la mise en oeuvre du bilan partagé de médication à l'officine pour les seniors et sur les objectifs de délivrance de spécialités génériques.

Un avenant à la convention médicale négocié avec les représentants des médecins libéraux a encadré l'entrée en vigueur du remboursement de droit commun des actes de téléconsultation à compter du samedi 15 septembre, et des actes de télé-expertise à compter de février 2019, rappelle-t-on (voir dépêche du 14 août 2018).

"Nicolas Revel [directeur général de la Cnam] s'était engagé, une fois terminée cette négociation avec les médecins, à démarrer une négociation avec les pharmaciens pour les impliquer dans ces nouvelles pratiques", a rappelé Gilles Bonnefond, président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (Uspo), contacté par TICsanté.

L'idée est d'"équiper la pharmacie d'un espace de confidentialité et d'un outil permettant au patient d'entrer en contact avec son médecin à distance" pour que les téléconsultations puissent se dérouler en officine, a-t-il précisé.

Il a mis en avant la présence des pharmaciens sur l'ensemble des territoires, leur proximité avec les patients et leur capacité à "accompagner" ces patients pour les "mettre en condition et en confiance" avant une téléconsultation. "Nous voulons être une fenêtre de proximité permettant aux patients d'avoir accès à distance à leur médecin", a-t-il résumé.

Les négociations devront déterminer comment le pharmacien peut contribuer au bon déroulement de la téléconsultation et comment le temps passé à cette activité peut être valorisé.

Contacté par TICsanté, Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), a cité parmi les autres points de discussion envisagés la possibilité pour la pharmacie d'accueillir un professionnel de santé et de le mettre en relation avec un confrère dans le cadre d'une télé-expertise. Cette activité nécessite toutefois une évolution législative "car aujourd'hui, les professionnels ne peuvent pas intervenir dans une pharmacie", a-t-il relevé.

La FSPF a également suggéré d'introduire dans les négociations l'organisation et la rémunération des actes de "télépharmacie". "On pourrait imaginer que le patient puisse bénéficier d'un bilan partagé de médication à distance avec son pharmacien", a cité Philippe Gaertner.

Lors de la dernière séance de négociation, le 26 septembre, les discussions ont porté sur la définition de "l'équipement minimum" à prévoir pour qu'une pharmacie propose d'accueillir des téléconsultations.

Il s'agit notamment d'outils de visioconférence mais aussi de dispositifs médicaux connectés permettant de relever certaines constantes comme un tensiomètre, une balance, un stéthoscope ou un lecteur de glycémie.

En raison du cadrage budgétaire retenu pour la négociation, la FSPF n'a pas signé l'avenant n°11, ce qui ne l'empêche toutefois pas de participer aux négociations sur les avenants qui en découlent. Le syndicat a ainsi paraphé l'avenant n°12 sur les bilans partagés de médication.

rm/gb/ab

Partagez cet article

https://www.groupepsih.com/
http://bit.ly/vmpourtous
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres


Technicien informatique (H/F)

Provence-Alpes-Côte d'Azur


Les offres d'emploi
Agenda
Symposium "Aide à la décision clinique, IA et big data à l'hôpital"
Le 11/12/2018
Conférence "Value Based Health Care in the Digital Era"
Le 18/12/2018
Consumer Electronic Show 2019
Du 08/01/2019 au 11/01/2019
Hacking Health Camp 2019
Du 22/03/2019 au 24/03/2019
7ème Congrès national de l'Apssis
Du 02/04/2019 au 04/04/2019