Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
04/09/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Insuffisance cardiaque: la télémédecine permet de réduire les décès et la durée d'hospitalisation

MUNICH, 4 septembre 2018 (TICsanté) - Un télésuivi à domicile des insuffisants cardiaques permet de diminuer significativement la mortalité toutes causes confondues ainsi que le nombre de jours par an passés à l'hôpital en raison d'hospitalisations en cardiologie non programmées, par rapport à leur prise en charge habituelle, selon des résultats présentés au congrès de l'European Society of Cardiology (ESC) à Munich et publiés simultanément par le Lancet.

La prise en charge à distance des insuffisants cardiaques pourrait aider à détecter des signes et des symptômes précoces de décompensation cardiaque avant qu'elle ne soit totale, permettant ainsi d'instaurer rapidement le traitement et les soins appropriés, rappellent Friedrich Koehler de l'université la Charité de Berlin et ses collègues.

Les chercheurs ont évalué au sein d'une population d'insuffisants cardiaques l'efficacité d'une prise en charge de patients à distance sur la mortalité et la morbidité.

Cet essai de phase III prospectif randomisé en ouvert a inclus des insuffisants cardiaques de stades II ou III de la classification de la New York Heart Association (NYHA), présentant une fraction d'éjection ventriculaire de 45% ou moins, qui avaient été hospitalisés en raison de leur pathologie dans les 12 mois précédant l'inclusion.

Au total, 1.571 patients ont été randomisés entre une prise en charge à distance associée aux soins habituels et des soins habituels seuls. La durée maximale du suivi a été de 393 jours.

Le télésuivi reposait sur une transmission quotidienne à un centre de télémédecine du poids, de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque, de la saturation en oxygène et de l'analyse du rythme cardiaque, mesurés par les patients à domicile à l'aide de dispositifs médicaux. Les patients pouvaient communiquer directement 24h/24 avec le personnel du centre de télémédecine, ce dernier étant également directement en lien avec les médecins traitants et les cardiologues locaux.

Les données télétransmises n'étaient pas seulement surveillées: le logiciel d'analyse télémédicale permettait au personnel du centre de télémédecine de fournir une assistance et une gestion adaptées aux patients à l'aide d'algorithmes prédéfinis et de valeurs de biomarqueurs obtenues lors des visites de suivi. Les soins individuels ultérieurs étaient adaptés en fonction du profil de risque établi. De plus, le médecin du centre de télémédecine pouvait modifier le traitement et décider d'une admission à l'hôpital si besoin.

Les patients utilisaient, pour télétransmettre leurs informations, une tablette Physio-Gate PG 1000* (GETEMED Medizin und Informationtechnik AG) et au niveau du centre, les informations étaient analysées par le logiciel Fontane* (T-Systems International GmbH).

Le critère principal était le pourcentage de jours perdus par les patients en raison d'admissions non programmées dans un service hospitalier cardiologique, ou du décès. Les critères secondaires étaient la mortalité toutes causes confondues et la mortalité cardiovasculaire.

Le pourcentage de jours perdus à cause d'admissions hospitalières cardiovasculaires non prévues ou du décès a été de 17,8 j/an dans le groupe de patients télésuivis et de 24,2 j/an dans le groupe des patients bénéficiant de soins habituels.

Le taux de décès toutes causes confondues était de 7,9 pour 100 personnes-années de suivi dans le groupe télésuivi contre 11,3 pour 100 personnes-années de suivi dans le groupe de soins usuels. Ainsi la mortalité toutes causes était diminuée de 30% grâce au télésuivi. La mortalité cardiovasculaire n'était pas significativement différente entre les 2 groupes.

Les chercheurs supposent qu'un contact quotidien avec les patients permet une gestion "opportune" des arythmies. Ils n'ont noté aucune différence entre les patients ruraux et les patients urbains, ce qui, selon eux, valide le concept selon lequel le télésuivi médical peut harmoniser l'offre de soins dans des régions de grande variabilité socio-économique.

"Nous supposons que les hospitalisations déclenchées par le centre de télémédecine ont évité les séjours à l'hôpital de plus longue durée", concluent-ils.

(The Lancet, publication en ligne du 25 août)

cab/fb/ab

Partagez cet article

http://bit.ly/vmpourtous
http://www.experiencepatient.fr/barometre
Les dépêches liées à cette information
https://www.sf-telemed.org/accueil.html
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Journée "Intelligence artificielle en santé"
Le 21/11/2018
11e Congrès européen de la télémédecine
Du 06/12/2018 au 07/12/2018
Symposium "Aide à la décision clinique, IA et big data à l'hôpital"
Le 11/12/2018
Conférence "Value Based Health Care in the Digital Era"
Le 18/12/2018
Consumer Electronic Show 2019
Du 08/01/2019 au 11/01/2019