Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
https://www.elsevier.com/fr-fr/events/Symposium-Intelligence-Artificielle/sinscrire?campid=18E10639&utm_campaign=hs_emeala_onlinead&utm_content=paid_ad&utm_medium=onlinead&utm_source=_ticsante&mm=nguyens&prod=Hs-Local&reg=EMEALA&country=france&startdate=11-01-2018
02/07/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

DMP: plus de 500.000 dossiers ouverts "en un an" dans les neuf départements pilotes (Cnam)

PARIS, 2 juillet 2018 (TICsanté) - La direction de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) a annoncé la création de "plus de 500.000" dossiers médicaux partagés (DMP) dans les neuf territoires pilotes "en un an", a-t-on appris dans le rapport annuel sur les charges et produits de l'assurance maladie pour 2019, transmis à APMnews (site du groupe d'information APM International, dont fait partie TICsanté), le 28 juin.

Dans ce document de 241 pages, qui sera examiné par le conseil de la Cnam puis celui de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) jeudi 5 juillet, l'assurance maladie prévoit la réalisation de 2,01 milliards € d'économies sur les dépenses d'assurance maladie en 2019 dans le cadre de la préparation du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). Elle propose 28 mesures pour améliorer la qualité et l'efficience du système de soins.

Pour rappel, les neuf territoires pilotes, concernés par la phase d'expérimentation du DMP initiée en janvier 2017, sont le Bas-Rhin, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), les Côtes-d'Armor, le Doubs, la Haute-Garonne, l'Indre-et-Loire, le Puy-de-Dôme, la Somme et le Val-de-Marne (voir dépêche du 18 octobre 2016).

"Le déploiement de la e-santé implique des changements organisationnels et d'usages pour une intégration à la pratique quotidienne des professionnels de santé", a rappelé la Cnam dans son rapport, appelant à "aller au bout du déploiement des services socles", dont le DMP.

Alors qu'en octobre 2017, la Cnam revendiquait "près de 260.000" DMP ouverts (voir dépêche du 10 octobre 2017), leur nombre aurait doublé depuis.

"En France, suite à la reprise du développement du DMP par l'assurance maladie, plus de 500.000 dossiers ont été progressivement créés en un an dans le cadre d'une expérimentation sur neuf départements, ce qui porte désormais à plus d'un million le nombre de DMP ouverts, en comptant ceux qui existaient déjà avant la phase d'expérimentation."

En effet, seuls 584.229 dossiers avaient été créés entre la création du DMP (qui s'appelait alors dossier médical "personnel") par la loi du 13 août 2004 réformant l'assurance maladie et confié à l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé) et son transfert à la Cnam en juillet 2016 dans le cadre de la loi du 26 janvier 2016 de "modernisation de notre système de santé".

Pour rappel, le DMP entrera dans sa phase de généralisation sur le territoire à partir d'octobre 2018 et la Cnam espère atteindre le palier des 2,3 millions de dossiers ouverts "en fin d'année 2018" (voir dépêche du 9 février 2018).

L'alimentation des DMP par les établissements de santé encouragée

Si la Cnam s'appuie sur une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2015 auprès de 53 pays de la zone Europe, elle établit que 27 d'entre eux déclarent disposer aujourd'hui d'un dossier médical patient au niveau national.

Les pays nordiques occupent le haut du tableau. L'Estonie a mis en place son DMP en 2008, la Finlande et la Suède ont respectivement lancé leur dossier patient en ligne en 2010 et 2012.

En France, l'investissement des professionnels pourrait accélérer son déploiement. La Cnam s'est appuyée sur le retour d'expérience des neufs départements expérimentateurs pour isoler "un deuxième facteur" contribuant à la dynamique de l'usage du DMP: l'alimentation des dossiers par les établissements de santé en comptes rendus d'hospitalisation ou en comptes rendus opératoires pour "une meilleure coordination et continuité des soins entre la ville et l'hôpital".

"Dorénavant, tout DMP créé est alimenté de façon automatique par les données de remboursement versées par l'assurance maladie sur un historique de 2 ans, donnant ainsi un minimum de contenu médical dès ouverture."

Pour rappel, la création des DMP est assurée par les pharmaciens, les patients eux-mêmes et par les services d'accueil des caisses d'assurance maladie.

Par ailleurs, la possibilité de consulter son DMP sur smartphone ou tablette a été rendue possible par une application mobile. "L'objectif est de permettre au patient de devenir le plein acteur de sa santé par la bonne connaissance de sa ou ses pathologies et de pouvoir mieux dialoguer avec son équipe de soins", a souligné l'assurance maladie.

La complémentarité avec les plateformes territoriales

L'assurance maladie a également souligné la "complémentarité" entre les plateformes territoriales et le DMP.

Si la plateforme n'a "pas vocation à alimenter le DMP", elle offre néanmoins des services tels que la prise de rendez-vous ou les procédures de préadmission et permet aux professionnels de santé de "coordonner la prise en charge d'un patient dans le cadre d'un parcours complexe" pour une organisation des soins propre au territoire support et pour des pathologies ou des populations ciblées.

La Cnam a ainsi rappelé que:

  • Le DMP est national, il se "déplace avec le patient", alors que les plateformes territoriales couvrent une zone géographique limitée et ne sont pas accessibles aux professionnels de santé qui peuvent prendre en charge le patient en dehors de son territoire de vie habituel;
  • Le DMP adresse toutes les pathologies et toutes les prises en charges, il est le socle de l'information médicale qui peut être partagée entre le patient et les professionnels de santé, alors que les plateformes peuvent être ciblées sur certaines pathologies, certains professionnels de santé ou encore sur des types de patients;
  • Les plateformes territoriales sont des outils d'organisation et de coordination des soins alors que le DMP se limite au partage d'informations médicales.

wz/ab/

Partagez cet article

http://www.experiencepatient.fr/barometre
Les dépêches liées à cette information
https://www.sf-telemed.org/accueil.html
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Développeur C++ (H/F)

Île-de-France
Les offres d'emploi
Agenda
Health Data Week
Du 13/11/2018 au 15/11/2018
4ème Healthcare Data Institute day
Le 15/11/2018
Journée "Intelligence artificielle en santé"
Le 21/11/2018
11e Congrès européen de la télémédecine
Du 06/12/2018 au 07/12/2018
Symposium "Aide à la décision clinique, IA et big data à l'hôpital"
Le 11/12/2018