Un service proposé par APM International
https://www.ctm-telemedecine.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
22/06/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Analyse du génome: Sophia Genetics acquiert l'éditeur Interactive Biosoftware

MILAN, 22 juin 2018 (TICsanté) - La société suisse Sophia Genetics, spécialisée dans l'analyse des données du génome à l'aide de l'intelligence artificielle (IA), a annoncé le 16 juin, lors de la Conférence européenne de génétique humaine, l'acquisition de l'éditeur français Interactive Biosoftware (IBS), concepteur de la suite logicielle d'interprétation des données génomiques Alamut*.

Le montant de la transaction n'a pas été communiqué.

Contacté par TICsanté, Tarik Dlala, vice-président de Sophia Genetics chargé du marketing, a mis en avant "la complémentarité" des offres d'IBS et de la société suisse.

Créée en 2011, Sophia Genetics propose aux hôpitaux une plateforme d'analyse des données issues du séquençage de l'ADN, afin de détecter grâce aux technologies d'IA des variants génétiques et mieux diagnostiquer et traiter les patients, rappelle-t-on (voir dépêche du 18 août 2016).

"La plupart de nos clients utilisent déjà le logiciel Alamut* pour aller plus loin dans l'interprétation des résultats proposés par l'IA Sophia, savoir avec certitude où se situe un variant génétique, et à quel point il est pathogénique, et donc important pour le diagnostic final", a expliqué Tarik Dlala.

Il a pointé une acquisition qui "fait sens" en alliant les outils de Sophia Genetics pour la détection clinique des variants et l'offre d'IBS, qualifiée de "technologie la plus robuste, la plus déployée, et la plus standardisée pour l'interprétation de ces données".

La suite logicielle Alamut* comprend trois outils pour l'annotation de variants génétiques, leur filtration et leur exploration graphique et interactive.

Elle est utilisée dans plus de 450 hôpitaux dans le monde et environ 15% des utilisateurs sont des établissements français. Sur son site, l'éditeur IBS référence parmi ses clients la quasi-totalité des CHU et centres de lutte contre le cancer (CLCC).

Fondé en 2007 à Rouen par un groupe de médecins et de bio-informaticiens, l'éditeur IBS emploie une quinzaine de personnes qui vont rejoindre les quelque 170 salariés que compte Sophia Genetics.

Sophia Genetics "grandit à vitesse grand V" et aspire à "investir encore plus en France" où elle compte plus d'une quarantaine de clients, a confié Tarik Dlala.

La société suisse a levé 30 millions de dollars fin 2017 pour agrandir son réseau de clients hospitaliers, et compte actuellement plus de 900 établissements utilisateurs de ses technologies dans le monde (voir dépêche du 14 septembre 2017).

En avril 2018, elle a annoncé l'ouverture de son premier centre de R&D en intelligence artificielle sur le campus de l'Ecole supérieure des technologies industrielles avancées (Estia) à Bidart (Pyrénées-Atlantiques) afin d'"accélérer l'adoption mondiale de la médecine basée sur les données".

Les données génomiques de plus de 218.000 patients dans le monde ont été analysées par l'IA Sophia depuis sa création.

"Toutes ces sources d'informations et de savoir qu'on partage à la communauté des cliniciens via notre plateforme permet d'accélérer drastiquement les avancées dans le diagnostic et le traitement, et doit bénéficier à tous les hôpitaux", a souligné Tarik Dlala.

Il a estimé que la France était "bien positionnée" au niveau international pour soutenir le développement de la médecine basée sur les données, qualifiant d'"excellente nouvelle" l'annonce par le gouvernement en mars d'un plan d'investissement pour l'intelligence artificielle doté d'1,5 milliard d'euros (voir dépêche TICpharma du 30 mars 2018).

rm/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription