Un service proposé par APM International
https://www.ctm-telemedecine.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
01/06/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

La DGOS dresse un bilan du programme Hôpital numérique

(Par Raphaël MOREAUX)

PARIS, 1er juin 2018 (TICsanté) - La direction générale de l'offre de soins (DGOS) a présenté le 30 mai lors de la Paris Healthcare Week un bilan du programme Hôpital numérique, soulignant ses apports pour "enclencher une dynamique" sur la maturité des systèmes d'information hospitaliers (SIH), malgré des résultats contrastés en termes d'usages.

Lancé en 2011 par la DGOS, le programme Hôpital numérique a défini un plan de développement et de modernisation des SIH sur la période 2012-2017, rappelle-t-on.

Il a eu recours à un "financement à l'usage" des établissements de santé, en fonction de l'atteinte de prérequis informatiques (identification des patients, fiabilité, disponibilité, confidentialité des données) et de cibles d'usages dans cinq domaines fonctionnels (résultats d'imagerie, de biologie et d'anatomo-pathologie, dossier patient informatisé et interopérable, prescription électronique, programmation des ressources et agenda du patient, et pilotage médico-économique).

Près de 95% de l'enveloppe de 400 millions d'euros consacrée au programme ont été consommés pour financer 1.239 projets portés par 880 établissements (46% d'établissements privés, 39% d'établissements publics et 15% d'Espic et de centres de lutte contre le cancer -CLCC).

Selon un bilan réalisé à partir des informations saisies par les établissements de santé dans l'observatoire des systèmes d'information de santé (oSIS), 1.904 établissements ont atteint l'ensemble des prérequis du programme, contre 1.560 en mars 2017. Cela représente 60% de l'ensemble des établissements référencés dans l'oSIS.

Les résultats du programme sont plus mitigés en termes d'atteinte de cibles d'usages, c'est-à-dire d'utilisation du SIH par les personnels hospitaliers.

Le domaine le plus avancé est la prescription électronique alimentant le plan de soins (D3), atteint par 40% des établissements, soit une hausse de 10 points par rapport à 2017.

Vient ensuite l'utilisation du SIH pour le pilotage médico-économique (D5), atteint par 37% des établissements.

Les établissements de santé ont eu plus de difficultés à atteindre les cibles d'usages des autres domaines fonctionnels. Seuls 13% ont ainsi répondu aux objectifs du programme en matière de programmation des ressources et d'agenda patient (D4) et de dossier patient informatisé et interopérable (D2).

Les cibles d'usages sur l'informatisation des résultats d'imagerie, de biologie et d'anatomo-pathologie sont quant à elles atteintes par 15,6% des établissements.

Une part infime de 0,7% des établissements atteint l'ensemble des cinq domaines fonctionnels.

Interrogée par APMnews sur ces disparités d'usages, la DGOS a expliqué que les raisons de ces différences étaient "en cours d'analyse". Elle a noté que les bons chiffres sur le circuit du médicament avait été portés par les priorités nationales en matière d'informatisation de la prescription.

Le domaine D5 sur le pilotage médico-économique a également enregistré de bons résultats car il est "moins complexe à informatiser" que le plan de soins ou la programmation des ressources.

Le dossier patient informatisé (DPI) a pour sa part buté sur des "problématiques d'intéropérabilité et d'alimentation du DMP (dossier médical partagé) qui ont été mal comprises", a indiqué la DGOS.

Elle a fait part de sa volonté de "rendre les indicateurs" d'atteinte des domaines fonctionnels "plus universels" et d'"identifier ce qui relève de problématiques plus techniques ou organisationnelles".

Des groupes de travail ont été mis en place avec des représentants d'établissements, des administrations centrales et des principaux opérateurs afin d'adapter ces indicateurs.

Accompagnement des établissements à renforcer

De décembre 2017 à mai 2018, la DGOS a rencontré plusieurs acteurs du programme Hôpital numérique (fédérations hospitalières, représentants des industriels et des usagers, et agences régionales de santé -ARS) et mené une enquête en ligne auprès de 1.090 établissements, dont 52% avaient été financés dans le cadre du programme.

Pour la majorité d'entre eux, ils ont mis en avant l'intérêt d'un programme de financement à l'usage de l'informatisation, et son impact en termes de "prise de conscience de l'importance du SIH au niveau stratégique".

Ils ont souligné que l'intégration de certains indicateurs du programme dans les certifications HAS (Haute autorité de santé) et dans les crédits Ifaq (incitation financière à l'amélioration de la qualité) avait été déterminante.

Du côté des points d'amélioration, la DGOS a évoqué "un manque de résultats concrets" sur les volets "compétences relatives au SIH" et "stimulation et structuration de l'offre de solutions", un "accompagnement des établissements à renforcer" et une "meilleure communication sur l'interaction entre le programme et les autres politiques" en matière de numérisation du système de santé.

Vers une nouvelle feuille de route pour 2018-2022

Le programme Hop'EN doit prendre le relai d'Hôpital numérique sur la période 2018-2022 et devrait appuyer l'ouverture des SIH vers la ville et les différents partenaires de l'hôpital, rappelle-t-on (voir dépêche du 5 avril 2018).

Sa feuille de route est "en cours de coconstruction" et devrait être officialisée "cet été ou à la rentrée", a précisé la DGOS. Elle poursuit, à ce stade des réflexions, un objectif ambitieux de 100% d'atteinte des prérequis informatiques et des cinq domaines fonctionnels.

Elle prévoit l'ajout d'un prérequis sur les outils de partage et l'échange d'informations via le DMP, la messagerie sécurisée de santé (MSSanté) et le répertoire opérationnel des ressources (ROR).

A cela s'ajoute l'ajout de deux domaines fonctionnels pour les usages en termes de communication et d'échanges avec les partenaires, et de services en ligne pour les patients.

Le programme Hop'EN comprendra aussi des exigences d'harmonisation territoriale des services numériques, en lien avec le programme e-parcours (voir dépêche du 17 mars 2017) et avec la dynamique de convergence de l'informatique hospitalière au sein des groupements hospitaliers de territoire (GHT).

Il reprendra également le principe de financement des établissements de santé à l'usage du SIH, avec une enveloppe budgétaire similaire à celle du programme Hôpital numérique.

rm/gb

Partagez cet article

http://www.canyon.fr/
Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription