http://www.computer-engineering.fr
23/05/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Medadom: l'"Uber" de la consultation à domicile souffle sa première bougie

PARIS, 23 mai 2018 (TICsanté) - La start-up Medadom, qui gère une plateforme de prise de rendez-vous médicaux à domicile, souffle sa première bougie et ambitionne de sortir de Paris et sa région pour se déployer en Provence-Alpes-Côte d'Azur "cet été", a expliqué à TICsanté l'un de ses co-fondateurs, le Dr Charles Mimouni.

Faire se déplacer un médecin à domicile n'est pas chose aisée. Pas assez de professionnels disponibles, un généraliste déjà très occupé à son cabinet... les raisons ne manquent pas et lorsque ces déplacements ne sont pas possibles, les patients misent bien souvent sur une visite aux urgences.

La sur-fréquentation de ces dernières pour des "bobos" ou des renouvellements d'ordonnance mène à un engorgement pour des professionnels hospitaliers parfois dépassés par la demande. Tout ceci est "extrêmement couteux pour la société", commente Charles Mimouni, médecin et ancien urgentiste, co-fondateur de Medadom.

Cette start-up entend répondre à ce problème avec sa plateforme en ligne et son application mobile qui permettent de géolocaliser en temps réel un médecin disponible, dans un secteur défini, pour une consultation à domicile.

Lancée en décembre 2016 mais effective depuis mai 2017, la plateforme Medadom (dont le nom signifie "Médical à domicile") permet tous les jours et 24h/24 à un patient d'être mis en relation avec un médecin. Ce dernier évalue le degré d'urgence, programme l'heure et le lieu de la visite avec son patient et lui évite ainsi un déplacement.

"Les médecins aujourd'hui, ne souhaitent pas forcément s'installer en libéral", souligne par ailleurs Charles Mimouni. Un constat partagé avec les trois autres co-fondateurs de l'entreprise, Elie-Dan Mimouni, étudiant en médecine, Alexandre Bellage, spécialiste du marketing "digital", et Nathaniel Bern, polytechnicien chargé de la partie technique.

"Ces jeunes professionnels mettent entre huit et dix ans après leur thèse à s'installer" et ce sont ces années "comme nomades" qui intéressent les dirigeants de Medadom. "Il y a cette force vive, formée et prête à exercer mais en demande de flexibilité. Et en face, il y a cette forte demande de consultation à domicile de la part des patients donc nous avons décidé de les mettre en relation."

Plus de 2.000 patients et 80 médecins inscrits

Aujourd'hui déployée à Paris et dans l'ensemble de l'Ile-de-France, Medadom regroupe "essentiellement" des médecins généralistes mais aussi certains spécialistes tels que les pédiatres et les professionnels de santé du secteur médico-social (infirmiers, kinésithérapeutes...).

Depuis son lancement "effectif" en mai 2017, la plateforme compte plus de 80 médecins inscrits, dont "une vingtaine opérationnels jour et nuit" et "la barre des 1.200 consultations vient d'être franchie", a indiqué le dirigeant de la start-up.

Medadom revendique 2.000 patients. "Ce sont surtout des actifs, au fait des outils digitaux, âgés de 35 à 50 ans et pressés de trouver une solution. Par exemple, ils sollicitent Medadom pour des visites à domicile pour leurs enfants."

Concernant le fonctionnement de Medadom, les co-fondateurs de la start-up l'ont voulu le plus simple possible. Ainsi, le patient s'inscrit gratuitement sur la plateforme et télécharge l'application, gratuite elle aussi, disponible sur iOS (Apple) et Android (Google).

De son côté, le médecin accède à sa plateforme professionnelle et procède lui aussi à son inscription (gratuite), en joignant l'ensemble des documents administratifs attestant de son autorisation d'exercer.

"Nous procédons à toutes les vérifications nécessaires, notamment auprès de l'ordre des médecins, avant de permettre à un praticien inscrit d'utiliser la plateforme", a précisé Charles Mimouni.

Pour éviter toute confusion au moment de l'inscription, il existe deux versions mobiles de l'application. Pour les patients, le logo est blanc sur fond bleu, tandis que pour les médecins les couleurs sont inversées.

Une fois ces inscriptions effectuées, un peu à la manière d'une commande de VTC sur mobile, le patient lance sa recherche de médecin. Grâce à la géolocalisation, un professionnel de santé disponible dans son secteur géographique peut accepter la consultation et accéder à ses coordonnées.

Captures de l'application Medadom

Après la consultation, le patient règle ses honoraires directement au praticien, à un tarif conventionné et annoncé préalablement et - sauf cas exceptionnel requérant un dépassement d'honoraires - la consultation est prise en charge à 70% par l'assurance maladie.

La start-up, elle, se rémunère en prélevant 5 euros "par patient et par consultation effectuée" aux médecins. Ces derniers versent la somme due à Medadom à la fin de chaque mois.

Déploiement "à terme" dans toute la France

Au lancement, les quatre co-fondateurs de la start-up ont pu compter sur 500.000 euros "issus de fonds propres et d'emprunts auprès d'amis ou de la famille pour la conception du logiciel et des applications", a expliqué Charles Mimouni.

Depuis, la société fonctionne grâce aux prélèvements effectués sur chaque consultation mais une levée de fonds devrait être programmée "à l'avenir". Si la date n'est pas encore fixée, c'est parce que Medadom veut voir plus loin que Paris et sa région avant de solliciter des fonds.

La start-up posera ses valises en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) dès "cet été" et l'objectif est de conquérir d'autres régions "et généraliser [leur] déploiement à l'ensemble de la France à terme", a expliqué le dirigeant sans détailler le calendrier.

En attendant, Medadom a annoncé que son futur projet devrait porter sur la téléconsultation. Une autre solution pour désengorger les urgences et lutter contre les déserts médicaux?

wz/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription