Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
https://www.elsevier.com/fr-fr/events/Symposium-Intelligence-Artificielle/sinscrire?campid=18E10639&utm_campaign=hs_emeala_onlinead&utm_content=paid_ad&utm_medium=onlinead&utm_source=_ticsante&mm=nguyens&prod=Hs-Local&reg=EMEALA&country=france&startdate=11-01-2018
20/03/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Pharmacie clinique: le progiciel PharmaClass* permet d'éviter des effets indésirables médicamenteux

PARIS, 19 mars 2018 (TICsanté) - La solution de ciblage des patients pour des actes de pharmacie clinique PharmaClass* (Keenturtle), en déploiement dans cinq hôpitaux français, permet d'éviter des événements indésirables médicamenteux, selon des données suisses présentées en marge du congrès de la Société française de pharmacie clinique (SFPC) début février à Lille.

PharmaClass* est un système expert centré sur la pharmacie clinique proposé par Keenturtle, éditeur de logiciels spécialisé santé. Il avait été présenté en 2016 lors de la précédente édition du congrès de la SFPC à Montpellier.

Le développement de la pharmacie clinique, nouvelle mission des pharmacies à usage intérieur (PUI), va nécessiter de cibler les services de soins, les patients ou les prescriptions les plus à risque. Si 100% des prescriptions doivent être analysées, le pharmacien a besoin d'aide pour des actions supplémentaires (telles que le bilan médicamenteux) et pour aller plus vite, d'où l'intérêt d'un ciblage grâce à des outils comme PharmaClass*.

Ce progiciel, compatible avec tous les systèmes d'information, cible et alerte en temps réel des risques d'événements indésirables médicamenteux (EIM) sur la base de règles définies par les utilisateurs. Conçu en étroite collaboration avec les praticiens, PharmaClass* exploite toutes les données de prescription, de biologie, cliniques, et applique les connaissances scientifiques des acteurs de la prescription médicamenteuse.

"PharmaClass* améliore les performances des équipes de la pharmacie et permet au pharmacien clinicien d'optimiser son temps en concentrant son expertise sur les prescriptions et les patients en situation de risque", a souligné François Versini, directeur stratégique de Keenturtle, interrogé le 14 février par APMnews.

L'utilisateur peut fixer les règles d'analyse pharmaceutique souhaitées ou utiliser des règles déjà établies qui déclencheront des alertes automatiques selon les interactions médicamenteuses, les incompatibilités physico-chimiques, la prescription inappropriée au regard des résultats biologiques, des changements de dose, des redondances de molécules de même catégorie dans la prescription, selon l'âge ou encore le non-respect de la fréquence d'administration. L'outil va chercher lui-même les données pour les analyser. Le pharmacien analyse les alertes.

Cette solution est en cours d'implantation dans cinq hôpitaux en France, à Lille, Valenciennes, Amiens, Nancy et Lunéville. La commercialisation commence aussi en Belgique.

En Suisse, l'hôpital du Valais à Sion qui regroupe environ 900 lits aigus répartis sur huit sites hospitaliers (francophones et germanophones) utilise PharmaClass* dans le cadre du projet MediScreen de cet hôpital, qui vise à identifier des situations à risque de problèmes médicamenteux pour les prévenir ou les corriger. L'hôpital du Valais l'a choisi pour la flexibilité qu'il offre quant à l'adaptation des requêtes selon les nouvelles recommandations de traitement ou l'arrivée de nouveaux médicaments.

Une analyse des données en temps réel

Keenturtle a sollicité Johnny Beney, pharmacien-chef de l'Institut central de l'hôpital du Valais, pour présenter son expérience à des pharmaciens français.

Installé au début de l'été 2017, en collaboration avec le service informatique et le service de pharmacie de l'institution, le progiciel est interfacé avec les systèmes utilisés par l'établissement: le dossier patient informatisé (DPI) pour les prescriptions, les diagnostics et les constantes physiologiques; le système d'information administratif pour les données démographiques et le logiciel de laboratoire pour les données biologiques.

Basé sur des règles donnant les conditions de déclenchement d'alertes, PharmaClass* analyse en temps réel les données en provenance des différents systèmes. En septembre 2017, la preuve du concept a été faite alors que, durant une phase de test, deux cas de surdosage de primidone, prescrite pour des tremblements essentiels, ont pu être identifiés et prévenus.

La phase de mise en oeuvre opérationnelle a débuté le 15 janvier 2018. Elle concerne l'ensemble des patients adultes figurant dans le dossier patient informatisé (DPI) pour lesquels PharmaClass* applique 25 règles de criticité élevée. Ces 25 règles ont été choisies et validées avec les médecins en vue d'être utilisées pour cette première phase. D'autres règles de criticité élevée seront ajoutées, et 75 règles de criticité moyenne sont d'ores et déjà présentes dans PharmaClass*, destinées à être utilisées pour les préparations des visites.

Sur 15 jours, avec l'application de ces 25 règles d'analyse, PharmaClass* a proposé 200 alertes. Leur analyse par les pharmaciens cliniciens de l'hôpital du Valais a permis de prévenir 17 événements indésirables médicamenteux potentiellement graves notamment en lien avec des anticoagulants oraux directs ou avec la metformine et a conduit à un changement de prescription, a indiqué François Versini.

"Les professionnels nous ont dit que ces risques évités n'auraient pas été vus sinon. L'approche améliore la sécurité et la qualité de la prise en charge des patients", souligne-t-il.

La société souhaite que les règles travaillées avec la communauté suisse soient partagées en France, en Belgique et au-delà.

Un outil qui valorise le DPI

En faisant le tri parmi les alertes selon leur criticité, PharmaClass* est "le premier outil de ciblage personnalisé", souligne l'industriel. "C'est un outil qui valorise le DPI" en utilisant ses données", ajoute-t-il.

La société fait valoir que son progiciel rend le DPI "beaucoup plus rentable". Il permet aussi des revalorisations du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) et d'agir sur la surconsommation de médicaments en évitant des prescriptions inutiles ou en aidant à la "déprescription".

Keenturtle fait aussi valoir que ses utilisateurs pourront optimiser leurs effectifs pour être en phase avec le contrat d'amélioration de la qualité et de l'efficience des soins (Caqes). "Les équipes actuelles de pharmaciens seront dans l'incapacité de répondre à cette exigence" du respect du Caqes sans aide, estime-t-il.

Le progiciel peut être acheté ou payé en mensualités. La facturation se fait au nombre de lits. "Il faut compter 4 à 6 euros par lit et par mois", a précisé l'industriel à APMnews.

La société va poursuivre ses études d'évaluation, notamment économique, avec les cinq hôpitaux français chez qui elle installe sa solution.

sl/cd/vib

Partagez cet article

http://bit.ly/VM-decouverte-pds
http://www.experiencepatient.fr/barometre
Les dépêches liées à cette information
https://www.sf-telemed.org/accueil.html
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Journée "Intelligence artificielle en santé"
Le 21/11/2018
11e Congrès européen de la télémédecine
Du 06/12/2018 au 07/12/2018
Symposium "Aide à la décision clinique, IA et big data à l'hôpital"
Le 11/12/2018
Conférence "Value Based Health Care in the Digital Era"
Le 18/12/2018
Consumer Electronic Show 2019
Du 08/01/2019 au 11/01/2019