Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
19/03/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

TSN Océan Indien: la coordination des parcours de soin pour mieux soigner les maladies chroniques

SAINT-DENIS (LA REUNION), 19 mars 2018 (TICsanté) - Alors que le programme Territoire de soins numérique (TSN) touche à sa fin, l'agence régionale de santé (ARS) Océan Indien a dressé pour TICsanté un bilan de son projet axé sur la lutte contre quatre maladies chroniques (diabète, insuffisance rénale et cardiaque, et accidents vasculaires cérébraux), via la mise en place d'une plateforme interopérable d'échange des données de santé.

Depuis le 19 février, TICsanté.com propose chaque lundi un bilan des projets TSN dans les cinq régions concernées par le programme, à partir d'entretiens réalisés auprès des équipes des ARS. Les trois précédentes régions traitées ont été Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Nouvelle-Aquitaine et Ile-de-France (voir dépêches du 19 février 2018, 26 février 2018, 5 mars 2018 et 12 mars 2018).

Inscrit en 2013 dans la feuille de route du gouvernement Ayrault sur le numérique, le programme TSN a bénéficié à l'échelle nationale d'une enveloppe de 80 millions d'euros dans le cadre du programme d'investissements d'avenir (PIA) sur la période 2014-2017.

Il avait pour objectif de renforcer la coordination des professionnels de santé et les organisations innovantes de prise en charge des patients en finançant le développement de bouquets de services numériques sur des territoires pilotes.

Les cinq ARS retenues après appel à projets pour porter ces expérimentations sont les agences Ile-de-France, Océan indien, Bourgogne (depuis fusionnée avec la Franche-Comté), Aquitaine (depuis fusionnée avec le Limousin et le Poitou-Charentes pour former l'ARS Nouvelle-Aquitaine) et Rhône-Alpes (depuis fusionnée avec l'Auvergne).

Initialement connu sous le nom de Plexus OI (PLateforme d'Echanges pour les nouveauX Usages des TIC en Santé dans l'Océan Indien), le projet porté par l'ARS Océan Indien a été rebaptisé Océan Indien Innovation Santé (OIIS), le 29 octobre 2015 (voir dépêche du 3 novembre 2015).

Portant initialement sur le territoire Nord-Est de la Réunion, sur un bassin de près de 200.000 habitants (voir dépêche du 24 avril 2014), ce projet a été étendu à l'ensemble du département de la Réunion en 2015 et a finalement concerné 850.000 habitants.

Le projet OIIS a bénéficié d'un financement de 19 millions d'euros et s'adresse en particulier aux patients réunionnais atteints de quatre maladies chroniques (diabète, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque et accidents vasculaires cérébraux) grâce au développement d'outils numériques, favorisant l'accès à la prévention, la coordination des parcours de soins, la coopération des professionnels de santé et l'autonomie des patients.

"L'objectif était vraiment de permettre aux professionnels de partager des informations afin définir les réponses à apporter à des patients qui sont chez nous -encore plus que dans le reste du territoire français- des patients chroniques. Ce que nous voyons dans OIIS c'est d'abord un levier extraordinaire pour faire évoluer l'organisation de l'offre de santé et, en particulier, de l'offre de soins", a expliqué François Maury, directeur général de l'ARS Océan Indien.

Plusieurs outils de coordination déployés

Entré en phase opérationnelle en octobre 2015, le projet OIIS déployé par le groupement de coopération sanitaire Tesis propose un "pack santé" porté par le consortium Cegedim-Capgemini-Orange-Ido-In (depuis racheté par Maincare Solutions, voir dépêche du 9 février 2016).

"Aujourd'hui, nous avons notre plateforme territoriale d'appui (PTA OIIS Appui) accessible en ligne via deux portails: un portail dédié aux professionnels (OIIS Pro) et un autre dédié au grand public (OIIS Ma Santé). Nous disposons également d'un outil destiné au stockage: l'entrepôt de données", a expliqué Denis Lerat, directeur du programme OIIS et directeur des systèmes d'information (DSI) de l'ARS Océan Indien.

En décembre 2017, Maincare avait annoncé enrichir la plateforme de nouvelles fonctionnalités dont notamment une API (interface de programmation applicative) permettant l'intégration native des échanges entre les logiciels de gestion des cabinets et la plateforme (voir dépêche du 28 décembre 2017).

  • La PTA OIIS Appui:

Composée d'un médecin traitant et de 4 coordinatrices d'appui, la plateforme territoriale d'appui OIIS Appui entend redonner aux médecins traitants leur rôle de "pivot" de la coordination des soins et les aider à gérer les échanges avec les autres professionnels qui interviennent sur un même parcours de santé.

Ainsi, à leur demande, ils pourront s'appuyer sur une coordinatrice d'appui territoriale dont la mission est d'aider à la coordination entre les professionnels de santé et les acteurs médicosociaux qui suivent un même patient. Elle pourra prendre des rendez-vous pour eux, contribuer au suivi du traitement, relayer des conseils et informations, ou encore faire le lien avec les services sociaux.

L'objectif de cette PTA est "de faire gagner du temps aux professionnels de santé dans le suivi et la prise en charge des patients", a précisé l'ARS.

  • Le portail OIIS Pro:

OIIS Pro est un espace de travail collaboratif sécurisé pour les acteurs de santé. Il se compose notamment d'une messagerie sécurisée et d'un annuaire en ligne. "Les professionnels de santé disposent d'un point d'entrée unique pour accéder à leurs services d'e-santé et ils gagnent en efficacité par la mutualisation et l'échange sécurisé d'informations", a expliqué l'ARS.

  • Le portail OIIS "Ma Santé":

Le portail OIIS "Ma Santé" est un portail public, en accès libre, dédié à l'information et la prévention des patients. Il permet à chaque patient de visualiser ses documents de santé, de suivre son parcours de santé, d'accéder à ses données médicales et de se mettre en relation avec les professionnels de santé.

Une traduction en usages

"Deux ans, c'est court", a rappelé François Maury mais l'organisation collective des professionnels sur l'île a permis de tenir les délais.

"Nous avons commencé à travailler avec des partenaires que je qualifierais de 'militants de terrain', des participants émanant de la plupart des professions de santé libérales ambulatoires qui ont travaillé avec nous dans la co-construction d'outils. Puis, petit à petit, nous avons mobilisé et intéressé un plus grand nombre de professionnels notamment grâce aux délégués régionaux qui sont allés à la rencontre de professionnels, essentiellement des médecins généralistes, pour leur expliquer quels étaient les outils et leur présenter la démarche", a précisé le directeur général de l'ARS.

L'agence régionale de santé a également mis un lieu à disposition des professionnels intégrés dans le programme, baptisé "La Ruche", cet espace de coworking est situé à Saint-Denis de la Réunion. "C'est devenu le point de repère des professionnels pour travailler efficacement sur les outils du programme et d'ailleurs, les acteurs de santé commencent à se saisir eux-mêmes de ces outils."

Au total, le programme OIIS est parvenu à embarquer près de 500 professionnels et ce sont près de 600.000 documents, émanant des hôpitaux et bientôt des cliniques, qui sont proposés aux médecins généralistes via la plateforme.

Concernant les usages concrets, les premiers retours sont encourageants pour Denis Lerat.

"Nous avons plus de 30.000 comptes rendus médicaux déposés chaque mois dans notre entrepôt de données et 6.000 comptes rendus consultés mensuellement par les près de 500 professionnels de santé inscrits dans le programme. Ce sont plutôt de bons résultats puisque la Réunion compte à peu près 850 médecins libéraux."

Denis Lerat rappelle que dans le cadre du virage ambulatoire voulu par la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, et pour améliorer la médecine de parcours, il devenait "nécessaire de faire partager les données de l'hôpital vers la ville et de la ville vers la ville entre généralistes et spécialistes pour améliorer les prises en charge."

Pourtant, le DSI de l'ARS Océan Indien concède qu'il n'a pas toujours été facile de convaincre les professionnels de santé de s'investir mais aussi les industriels quant à la nécessité de l'interopérabilité.

"Tous les médecins de ville nous disaient voir passer une quinzaine de logiciels de gestion de cabinet différents et là, il s'agissait de les rendre interopérables et de bouleverser les pratiques."

"Pour l'heure, nous nous sommes rendus complétement interopérables avec le logiciel de gestion de cabinet médical MLM (Cegedim)", a ajouté Denis Lerat.

Les perspectives de développement

Emprunté à l'ARS Nouvelle-Aquitaine, le principe des "chargés de déploiement" a séduit en Océan Indien où l'agence souhaite généraliser ses services.

"Nous avons des chargés de déploiement territorial qui promeuvent l'ensemble des services numériques auprès des professionnels de santé dans les cabinets, les maisons de santé etc., ils présentent les outils de coordination, la PTA mais aussi la messagerie sécurisée, l'entrepôt de données et le portail applicatif sur lequel les professionnels de santé peuvent se connecter et consulter les comptes-rendus", a détaillé Denis Lerat.

Mais l'ARS Océan Indien a également profité d'autres programmes des ARS candidates au programme TSN.

"Avec l'Île-de-France, nous avons travaillé ensemble sur l'identito-vigilance et cela va servir aux trois autres ARS qui ne se sont pas majoritairement mobilisées sur ce sujet. L'ARS Auvergne Rhône-Alpes travaille, elle, sur le carnet de vaccination numérique et cela va également profiter aux autres ARS."

Si le programme TSN touche à sa fin, le programme OIIS, lui, entame une nouvelle phase de développement et en plus de s'étendre à de nouveaux territoires, il s'ouvre à de nouvelles pathologies.

"Nous ouvrons aujourd'hui OIIS à la cancérologie et la santé mentale à la Réunion et à Mayotte nous souhaitons traiter le diabète car c'est une préoccupation extrêmement importante sur ce territoire mais nous utiliserons sans doute d'autres outils plus axés sur la mobilité car cela s'articulera davantage sur le réseau des infirmiers que sur celui des médecins généralistes, peu nombreux à Mayotte", a-t-il été précisé.

Le programme TSN dans l'Océan Indien:
Nom du projet: Océan Indien Innovation Santé (OIIS).
Financements: 19 millions d'euros.
Territoire concerné: Île de la Réunion soit 850.000 habitants.
Projet central: Le projet s'articule autour de la lutte contre quatre maladies chroniques (diabète, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque et accidents vasculaires cérébraux) grâce au développement d'outils numériques, favorisant l'accès à la prévention, la coordination des parcours de soins, la coopération des professionnels de santé et l'autonomie des patients.
Consortium industriel retenu: Cegedim, Capgemini, Orange et Ido-In (Maincare)
Particularités: L'ARS a développé une plateforme territoriale d'appui (PTA OIIS Appui) accessible en ligne via deux portails déjà fonctionnels: un portail dédié aux professionnels (OIIS Pro) et un autre dédié au grand public (OIIS Ma Santé).
Perspectives: déploiement des solutions numériques développées par le projet OIIS à l'ensemble de la zone Océan Indien avec un focus très axé sur la lutte contre le diabète à Mayotte

Partagez cet article

http://bit.ly/vmpourtous
http://www.experiencepatient.fr/barometre
Les dépêches liées à cette information
https://www.sf-telemed.org/accueil.html
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Journée "Intelligence artificielle en santé"
Le 21/11/2018
11e Congrès européen de la télémédecine
Du 06/12/2018 au 07/12/2018
Symposium "Aide à la décision clinique, IA et big data à l'hôpital"
Le 11/12/2018
Conférence "Value Based Health Care in the Digital Era"
Le 18/12/2018
Consumer Electronic Show 2019
Du 08/01/2019 au 11/01/2019