Un service proposé par APM International
https://www.ctm-telemedecine.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
13/02/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Elie Lobel (Orange Healthcare) appelle à mieux répartir le budget de la santé pour réussir la digitalisation du secteur

PARIS, 13 février 2018 (TICsanté) - Après l'annonce de l'acquisition du spécialiste de l'interopérabilité Enovacom par Orange Healthcare le 2 février, Elie Lobel, directeur général de la filiale santé du groupe de télécoms, est revenu auprès de TICsanté sur ce rachat stratégique et a appelé les pouvoirs publics à mieux répartir les budgets de la santé et à consacrer une part plus importante aux systèmes d'information des établissements de santé pour réussir leur digitalisation.

Le projet d'acquisition d'Enovacom, Orange Healthcare y "travaille depuis plusieurs mois", a précisé Elie Lobel. "On a accéléré sur ce rapprochement début 2017, à l'occasion du premier anniversaire d'Orange Healthcare."

Cette acquisition est une étape clé du développement d'Orange Healthcare, au-delà de ses solutions d'infrastructures et d'hébergement agréé de données de santé (voir dépêche du 5 février 2018).

Première entreprise de télécoms à obtenir l'agrément pour l'hébergement des données de santé en 2010, Orange veut désormais être "au coeur de cycle de vie de la donnée de santé", a expliqué Elie Lobel.

"Nous ne produisons pas cette donnée, ni les logiciels métier qui produisent la donnée de santé mais nous fournissons des solutions technologiques pour permettre de collecter les données de santé qui sont produites, de les transporter, de les sécuriser, de les héberger, de les redistribuer dans un écosystème complexe et c'est là qu'Enovacom nous apporte sa compétence", a-t-il ajouté.

Ce choix d'acquisition s'explique aussi largement par la volonté d'Orange Healthcare de peser dans le déploiement des groupements hospitaliers de territoire (GHT) et même si son directeur général estime que "c'est une bonne réforme", il formule quelques recommandations à destination des pouvoirs publics afin de la mener à son terme.

Mieux répartir les budgets et miser sur les espaces digitaux

L'opérateur français, qui affiche sa volonté de transformer son modèle pour devenir une entreprise de services numériques, a ciblé le secteur complexe de la e-santé pour creuser son sillon en raison du "retard à la digitalisation du monde de la santé".

"Ce retard se voit quand on regarde les chiffres: en France, la part du budget de la santé consacré aux systèmes d'information tourne autour de 1,5% des dépenses du budget de la santé", a déploré le directeur général d'Orange Healthcare.

"Quand on compare aux autres Etats de l'OCDE [Organisation de coopération et de développement économique, ndlr] comme l'Allemagne ou la Suède, nous ne sommes pas à la hauteur, car eux sont plutôt à 2,5% ou 3% du budget", a-t-il poursuivi.

Que faire alors? "Il ne faut pas nécessairement augmenter les budgets mais peut-être faut-il modifier les priorités d'allocations budgétaires", a suggéré Elie Lobel. "Il faudrait peut-être dépenser un peu moins dans la construction d'espaces physiques et dépenser un peu plus dans les espaces digitaux car la priorité, ce n'est plus d'avoir plus de salles de consultation dans les hôpitaux mais d'avoir les infrastructures qui permettent de recourir à la téléconsultation."

Orange Healthcare juge par ailleurs que la réforme des GHT "fait de la communication inter-hôpitaux et de l'interopérabilité des équipements un enjeu majeur".

Justement, concernant les GHT, l'acquisition d'Enovacom va permettre à Orange Healthcare de s'inscrire de façon "très volontariste dans cette transformation indispensable de notre système de santé mais elle dépend beaucoup du poids politique qui est mis", a également fait remarquer Elie Lobel.

Les défis d'Orange Healthcare pour 2018

En attendant de "monter en valeur sur les problématiques des GHT et la digitalisation des parcours de soin", Orange Healthcare affiche deux autres chantiers prioritaires pour son développement en 2018: l'international et les partenariats avec les industriels.

Même si le rachat d'Enovacom permet surtout à celui-ci de croître à l'international et de former avec Orange Healthcare un "acteur incontournable de la e-santé", il offre aussi à la filiale d'Orange la possibilité de proposer de nouveaux services à l'international et donc de gagner en visibilité, notamment sur la question de l'interopérabilité des systèmes d'information dans les établissements de santé.

Orange, qui est déjà présent "dans 70% des hôpitaux français", principalement via son offre de téléphonie et de connectivité, veut aussi attirer dans son portefeuille de clients les industriels de santé et les fabricants de dispositifs médicaux.

Elie Lobel a annoncé à TICsanté le renouvellement de son partenariat -initialement noué en 2009- avec le fabricant de dispositifs cardiaques implantables LivaNova.

Pour rappel, il s'agissait notamment de développer un système de télésurveillance des patients implantés avec des défibrillateurs connectés du constructeur, à travers une plateforme de traitement des données baptisée SmartView.

En mars 2017, le groupe se vantait d'avoir connecté à cette plateforme plus de 10.000 patients dans 15 pays.

wz/gb

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription