Un service proposé par APM International
https://www.ctm-telemedecine.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
20/12/2017   Envoyer par mail Imprimer   1 commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Stratégie nationale de santé: le Cnom veut une "pédagogie active" sur les apports du numérique

PARIS, 20 décembre 2017 (TICsanté) - Le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) juge "essentiel" la mise en place d'une "pédagogie active" sur les apports des technologies et du numérique, dans sa contribution à la stratégie nationale de santé (SNS) 2018-2022 publiée le mardi 19 décembre.

Dans cette contribution intitulée "Ce que l'ordre souhaite retrouver dans la publication officielle de la SNS", le Cnom cite parmi ses axes prioritaires "l'inclusion des avancées technologiques et numériques dans les politiques de santé au bénéfice des patients et au service des professionnels".

Il explique "l'apparente lenteur dans le déploiement des moyens innovants" en matière de santé par les "appréhensions du corps social" que ces innovations suscitent.

"Il nous paraît donc essentiel qu'une pédagogie active, prenant en compte les objections formulées, soutienne le portage politique des avancées technologiques et numériques en soulignant les bénéfices qu'elles apportent sans masquer les risques qu'elles comportent", détaille-t-il.

Appelant de ses voeux "une réforme globale de la formation", le Cnom souhaite qu'une formation "à la e-santé en général et à la télémédecine en particulier" soit intégrée à "tous les parcours de formation en santé".

"Elle doit être intégrée à un enseignement incluant les concepts de mission territoriale, de relations ville/hôpital et de relations professionnels de santé/usagers", ajoute-t-il.

Il souhaite aussi que "la transmission instantanée des données patients et des données concernant leur parcours de soins" fasse l'objet d'un enseignement spécifique, "incluant la sécurité et la confidentialité qui doivent protéger ces données".

"C'est une véritable culture du partage sécurité des informations qu'il faut injecter dans l'enseignement de tous les acteurs de santé", estime-t-il.

Le Cnom souhaite par ailleurs inclure à la formation universitaire initiale des professionnels "une formation à la modélisation de la décision et à l'utilisation de logiciels d'aide à la décision" et "un enseignement dédié aux avancées technologiques lourdes allant de la génomique à la robotique".

Révision du décret télémédecine

Le Conseil rappelle dans sa contribution à l'élaboration de la SNS sa volonté de réviser le décret de mars 2010 relatif à la télémédecine (voir dépêche du 9 octobre 2017), notamment afin d'y inclure le téléconseil personnalisé.

Concernant les applications mobiles de santé et les objets connectés, il "estime qu'un label public portant à la fois sur la fiabilité de l'appli ou objet et sur la protection des données personnelles serait de nature, en créant la confiance de l'utilisateur comme du prescripteur, d'en développer les usages".

Il appelle aussi une mise en oeuvre rapide de la prescription électronique, qu'il s'agisse de prescrire des médicaments ou des examens médicaux, et l'accélération de la production d'un référentiel sur la force probante des documents médicaux dématérialisés.

Le Cnom insiste sur le nécessaire développement des moyens sécurisés d'échange et de partage de données entre praticiens, comme les messageries sécurisées ou le dossier médical partagé (DMP), "sujets sur lesquels les politiques publiques doivent être très volontaristes" selon le Conseil.

Le Cnom indique enfin qu'il produira "en janvier 2018" une communication publique assortie de recommandations sur les dispositifs liés à l'intelligence artificielle.

La contribution du Cnom à la SNS 2018-2022

rm/ab

Partagez cet article

http://www.canyon.fr/
Rédigé par: leinade2003@yahoo.fr  le 20/12/2017 à 9:41
Encore une fois on confond plusieurs choses.
La E sante en tant que objet global, n a aucun sens.

il s agit d une multitudes de nouveaux outils qui sont mis à disposition des médecins ou de tt le monde, grace aux avancées de la recherche et des techniques.
Et comme ts les nx outils , il faut etre capable de faire un tri et d en apprendre l usage en fonction de ses besoins.

Ceci vaut à l identique pour les évolutions technologiques de votre ordinateur ou de votre smartphone.

Et il n y a pas de rapport entre par exemple l usage des imprimmantes 3D en chirurgie et le DMP.

Alors arrêtons de parler de ce qui n existe pas; la E santé, et formons effectivement les soignants et soignés, d une part à repérer et connaitre, puis à utiliser les nx produits mis sur le marché.

La vraie difficulté sera de faire maitriser tt ceci par des générations disons "des anciens".

Pour la nlle génération aucune crainte , ils s y interessent naturellement et seront vite au top (regardez votre ado).
Ce qui serait par contre innovant, serait que le CNOM confie ce chantier à la jeune génération de médecins, ce qui aurait pour résultat de poser les vraies questions
D SOLARET
Haut de page
Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres



Développeur C++ (H/F)

Île-de-France

Les offres d'emploi
Agenda
2èmes Rencontres universitaires de santé connectée
Le 26/10/2018
4ème Healthcare Data Institute day
Le 15/11/2018
Journée "Intelligence artificielle en santé"
Le 21/11/2018
Symposium "Aide à la décision clinique, IA et big data à l'hôpital"
Le 11/12/2018
Consumer Electronic Show 2019
Du 08/01/2019 au 11/01/2019