Un service proposé par APM International
https://www.ctm-telemedecine.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
27/11/2017   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Le groupe LNA santé présente les quatre priorités de sa transformation digitale

LEVALLOIS-PERRET (Hauts-de-Seine), 27 novembre 2017 (TICsanté) - Le numérique et la santé connectée se développent "fortement" au sein des établissements du groupe LNA santé autour de quatre priorités stratégiques détaillées à TICsanté par Marie-Laure Lévêque, directrice du pôle prospective, stratégie et marketing du groupe, à la suite d'un premier "Digital Day" organisé par LNA santé le 14 novembre.

Une centaine de directeurs d'établissement, de cadres de santé et de médecins ont participé à ce "Digital Day" organisé pour "permettre une acculturation de nos établissements sur le numérique" et "les mettre en relation avec une quinzaine de start-up innovantes du secteur", a expliqué Marie-Laure Lévêque.

Le groupe LNA santé fait face à des "générations de patients et de résidents de plus en plus connectés et informés, pour lesquels les outils numériques seront un apport considérable dans le développement de nouvelles offres de services", a-t-elle noté.

Le plan stratégique du groupe pour la période 2018-2022 a permis de dégager quatre axes sur lesquels LNA santé souhaite davantage faire appel aux technologiques numériques: "soutenir l'expertise médicale", "faciliter la vie du patient et du personnel", "favoriser le retour à domicile" et "maîtriser les durées de séjour".

Pour soutenir l'exercice médical, 20 des 70 établissements du groupe ont été équipés afin de permettre d'assurer des actes de télémédecine, et "10 autres sont en cours d'installation", a indiqué Marie-Laure Lévêque.

Le recours à la robotique est expérimenté dans plusieurs établissements de soins de suite et réadaptation (SSR). L'exosquelette Lokomat* de la société Médimex est utilisé à l'Institut médical de Breteuil (Picardie) et au centre du Clos Champirol à Saint-Etienne (Loire), qui teste aussi l'orthèse de membre supérieur Armeo*, du même constructeur.

Les jeux de stimulation cognitive, ou serious games, de la start-up NaturalPad sont également proposés aux résidents des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du groupe LNA santé.

Pour "faciliter la vie" de ses résidents, le groupe a déployé dans tous ses Ehpad l'application Famileo*, sorte de réseau social privé qui permet à la famille de rester en contact avec leur proche en envoyant des messages et photos qui peuvent ensuite être imprimés sous forme de "gazettes" dans les établissements.

Marie-Laure Lévêque a souligné le "succès fulgurant" de cet outil, qui a permis l'échange de plus de 40.000 messages entre les résidents et leurs proches, et l'impression de "plus de 9.000 gazettes personnalisées".

Autre dispositif, cette fois-ci d'ordre logistique, actuellement expérimenté dans l'Ehpad de la résidence des sources à Evian-les-Bains (Haute-Savoie) avant un possible déploiement plus large: l'outil Ubiquid* d'identification, de traçage et de localisation du linge et des objets personnels grâce à des puces RFID. Testé depuis le mois de juillet, il bénéfice d'une évaluation "extrêmement positive" a indiqué Marie-Laure Lévêque.

Les objets connectés pour favoriser le retour au domicile

LNA santé souhaite avoir davantage recours aux objets connectés de santé pour "développer une offre de service sur l'hôpital de jour en SSR", a poursuivi la directrice prospective, stratégie et marketing du groupe.

Certains outils comme le système de mesure du glucose en continu Guardian Connect* de Medtronic sont utilisés à l'Institut de diabétologie et de nutrition du Centre (INDC) à Mainvilliers (Eure-et-Loir). Il permet d'envoyer à distance aux médecins des données sur la glycémie des patients.

Le groupe a également développé sa propre application de partage des informations entre soignants autour des patients en hospitalisation à domicile (HAD) grâce à un dossier médical dématérialisé accessible sur tablette et smartphone.

L'un des freins au déploiement de dispositifs connectés pour la surveillance à distance reste "la difficulté à trouver le bon modèle économique", a souligné Marie-Laure Lévêque, pointant les impacts de ce nouveau type de suivi en termes organisationnels, juridiques et technologiques.

Une "cellule innovation"

Face à la pléthore de technologies numériques aujourd'hui disponibles dans le champ de la santé, LNA santé souhaite "donner une visibilité sur les usages attendus, à partir des retours des établissements", a noté Marie-Laure Lévêque.

Pour ce faire, une "cellule innovation" a été mise en place il y a un an au siège du groupe. Elle réunit chaque semaine pendant deux heures le service informatique, le service médical et qualité, le médecin en charge des nouvelles prises en charge médicales et le service prospective et marketing.

Une première partie de la réunion est consacrée aux retours d'expérience des établissements sur les évaluations de dispositifs innovants en cours, et une seconde est réservée à des échanges avec une start-up du secteur de la santé ou de la Silver économie.

LNA santé a également noué des partenariats avec le Réseau des acheteurs hospitaliers (Resah) et le gérontopôle des Pays-de-la-Loire, afin de structurer sa démarche d'expérimentation des innovations dans ses établissements. Le groupe compte 49 Ehpad en France et en Belgique, 12 cliniques SSR, sept établissements HAD et deux centres de santé, rappelle-t-on.

rm/ab

Partagez cet article

http://www.canyon.fr/
Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription