Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-identity-manager-solution-referentiel-agents-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=EIM
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
02/11/2017   Envoyer par mail Imprimer   3 commentaires
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Informatique de santé: le Syntec Numérique classe 18 éditeurs selon leur chiffre d'affaires

PARIS, 2 novembre 2017 (TICsanté) - Le syndicat de professionnels du secteur informatique, Syntec Numérique, et le cabinet Ernst&Young (EY), ont transmis le 25 octobre à TICsanté un classement de 18 éditeurs français du secteur de la santé en fonction de leur chiffre d'affaires.

Ce classement a été construit sur une extraction de données réalisée à partir du "top 250 des éditeurs de logiciels français", dont l'édition 2017 a été présentée début octobre par le Syntec numérique, syndicat regroupant des entreprises de services numériques, des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies.

Il est à analyser avec précaution car il est limité aux seuls éditeurs ayant accepté de répondre à l'enquête du Syntec numérique, et ne donne donc pas de vision exhaustive du marché des systèmes d'information hospitaliers (SIH) et des logiciels pour la pratique de ville. Il reste toutefois un bon indicateur des tendances du marché.

Les éditeurs du classement sont par ailleurs présents sur des périmètres d'activité différents, qu'il s'agisse du SIH, du logiciel de ville, des outils informatiques des pharmacies ou de solutions d'interopérabilité de systèmes d'information de santé.

En rassemblant les données propres aux activités de ces 18 éditeurs, le cabinet EY et le Syntec Numérique ont constaté une hausse de 3% du chiffre d'affaires global des entreprises, passant de 669,8 millions d'euros en 2015, à 689,4 millions en 2016. Ce chiffre d'affaires avait progressé de 6% entre 2014 et 2015.

Cette croissance est plus faible que celle observée sur l'ensemble des éditeurs adhérents du Syntec Numérique, qui a été de 12% entre 2015 et 2016, et de 16% entre 2014 et 2015.

Cegedim et Maincare solutions en tête

Le classement des 18 entreprises par chiffre d'affaires réalisé sur le secteur de l'édition de logiciel en santé place Cegedim largement en tête, avec 352 millions de chiffre d'affaires sur l'exercice 2016.

Il est suivi de Maincare Solutions (57 millions d'euros de chiffre d'affaires), puis du groupement d'intérêt public Midi Picardie informatique hospitalière (GIP Mipih) et du groupe Pharmagest, qui affichent tous les deux 55 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Viennent ensuite les éditeurs Cegi (31 millions d'euros), Medasys (22 millions), Solware et Softway Medical (20 millions), Evolucare Technologies (19 millions), Technidata (17 millions) et Web100T (11 millions).

Sous la barre des 10 millions d'euros, on retrouve le spécialiste des solutions d'interopérabilité Enovacom (10 millions d'euros de chiffre d'affaires), l'éditeur Everys présent sur les logiciels de gestion informatique de pharmacies d'officine (9 millions d'euros), l'éditeur de logiciels pour laboratoires d'anatomie pathologique et de génétique Infologic-Santé (5 millions d'euros).

En fin de classement figure l'éditeur de logiciels pour infirmiers Snal (3 millions d'euros de chiffre d'affaires), puis BMI System (2 millions), Santech et Umanlife (1 million d'euros).

Création d'emplois

Le secteur de l'informatique en santé reste dynamique, avec 1.156 créations d'emploi enregistrées sur les deux dernières années par les 18 éditeurs en question, selon les chiffres transmis à TICsanté par le cabinet EY.

Comme pour l'ensemble du secteur informatique, les recrutements restent difficiles, avec 76% des éditeurs santé déclarant rencontrer des difficultés pour embaucher. Près de 65% des éditeurs ont toutefois prévu des embauches sur 2017.

Le Syntec Numérique et le cabinet EY relèvent par ailleurs une faible internationalisation des éditeurs, avec 10% du chiffre d'affaire global du marché de la santé réalisé hors de France, et 80% des effectifs implantés dans l'Hexagone.

rm/ab

Partagez cet article

Rédigé par: Rédaction  le 02/11/2017 à 15:46
Bonjour,

Merci pour vos commentaires et votre lecture assidue de nos publications. La dépêche a été corrigée afin de préciser que le classement est issu des réponses reçues par le Syntec Numérique de la part des éditeurs de logiciels dans le cadre de son étude, et qu'il ne concerne pas uniquement ses adhérents (Medasys n'est par exemple pas adhérent du Syntec).

Haut de page
Rédigé par: Christophe CLEMENT-COTTUZ Adhérent Syntec Numérique  le 02/11/2017 à 12:01
Bravo à Maincare et à tous les éditeurs déclarés qui apparaissent dans le classement TOP 250 des éditeurs français (et non des éditeurs du Syntec Numerique).
M. rm/ab (journaliste) et M.Hugues Dufay (voir commentaire) devraient lire le document en entier et ils auraient pu apprendre que le classement " est réalisé sur la base d'une enquête par questionnaire conduite auprès des éditeurs de logiciel français." Des éditeurs comme Medasys, Agfa, Cerner ne sont pas adhérents du Syntec, ce que je regrette.
Maintenant pourquoi le GIP CPAGE n'apparait pas dans le classement ? Peut-être tout simplement parce que ce n'est pas un éditeur de logiciel mais une structure de coopération publique, un GIP, qui s'exerce à faire le métier d'éditeur de logiciels auprès de ses adhérents. Donc hors du radar et des marchés publics.
Quant à préserver l'argent public en n'adhérent pas au Syntec Numérique, il vaut mieux en rire ! Chiche qu'à partir d'aujourd'hui le GIP CPAGE ne développe son business qu'en se mettant en concurrence via les appels d'offres publics auxquels sont soumis les éditeurs du TOP 250.
Haut de page
Rédigé par: hugues.dufey@cpage.fr  le 02/11/2017 à 9:10
Je vous remercie de bien préciser que ce classement ne prend en compte que les adhérents du SYNTEC. En effet n'étant pas concerné par la convention SYNTEC pour ses salariés (contrats de droit public) et soucieux de préserver l'argent public le GIP CPAGE n'a pas souhaité adhérer au SYNTEC compte tenu du montant de la cotisation juste pour figurer dans un classement. Avec plus de 20 millions d'euros de CA le GIP CPAGE mériterait cependant d'être classé. En ce qui concerne les créations d'emploi CPAGE a recruté plus d'une vingtaine de nouveaux collaborateurs sur les deux dernières années et a prévu une dizaine de nouveaux recrutements en 2018 malgré les difficultés de recrutement que vous signalez. Enfin je signale que dans le CA du GIP CPAGE il n'y a aucune cotisation demandée chaque année aux adhérents qui pourrait gonfler artificiellement le CA.
Haut de page
Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres

Médecin Dim (H/F)

Franche-Comté



Les offres d'emploi
Agenda
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017
Hacking Health Lyon
Du 01/12/2017 au 03/12/2017
Les Journées de l'achat hospitalier
Du 07/12/2017 au 08/12/2017
Journée régionale "Sécurité numérique en santé"
Le 07/12/2017