Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-identity-manager-solution-referentiel-agents-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=EIM
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
14/09/2017   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Sophia Genetics lève 30 millions de dollars pour agrandir son réseau de clients hospitaliers

LAUSANNE (Suisse), 14 septembre 2017 (TICsanté) - Spécialiste de l'analyse des données génomiques, la société suisse Sophia Genetics a levé 30 millions de dollars auprès d'investisseurs français, britanniques et belges, afin d'étendre son réseau de clients parmi les hôpitaux et de proposer de nouveaux services sur sa plateforme Sophia DDM*, a expliqué à TICsanté son PDG, Jurgi Camblong.

La levée de fonds a été menée par le fonds d'investissement spécialisé dans les nouvelles technologies Balderton Capital, le français 360 Capital partners, le britannique Mike Lynch (Invoke Capital) et l'entrepreneur belge Marc Coucke (Alychlo).

Créée en 2011, Sophia Genetics vise à "démocratiser la médecine basée sur les données (Data-Driven Medicine)" en proposant aux hôpitaux une plateforme d'analyse des données issues du séquençage de l'ADN, afin de détecter des variants génétiques et mieux diagnostiquer et traiter les patients.

"Il y a plusieurs problèmes avec le séquençage à haut débit: la sécurisation, le stockage, la visualisation mais aussi, l'un des plus importants, la fiabilité des données qui doit être assurée par un bon traitement bioinformatique", a souligné auprès de TICsanté Jurgi Camblong, entrepreneur français à l'origine de Sophia Genetics.

"Nous proposons aux hôpitaux de redresser leurs données indépendamment des technologies de laboratoire utilisées et des protocoles qui servent à préparer l'ADN avant le séquençage", a-t-il poursuivi.

Concrètement, les cliniciens peuvent charger les données issues d'un séquençage génomique sur la plateforme Sophia DDM*, conçue en mode SaaS (Software as a Service). La technologie d'intelligence artificielle Sophia traite ensuite ces données, les "redresse" et identifie les variants qui peuvent être à l'origine d'une pathologie.

"Si on prend l'exemple de la photo, nous sommes le révélateur qui permet d'avoir un cliché correct, que l'on compare ensuite avec un cliché standard. On identifie ensuite les différences entre les deux images en y ajoutant des notations issues d'informations présentes dans la littérature scientifique, permettant à l'utilisateur d'aller plus vite dans la décision médicale", a détaillé Jurgi Camblong.

Apprentissage automatique

L'intelligence artificielle de Sophia repose notamment sur des technologies d'apprentissage automatique qui permettent à l'outil de s'améliorer dans l'identification des variants génétiques avec l'augmentation du nombre de ses utilisateurs.

"Sur la base de l'ensemble des variants pathogéniques identifiés par les cliniciens utilisateurs, Sophia apprend automatiquement à classer d'autres variants similaires, ce qui bénéficie à l'ensemble du réseau", a expliqué Jurgi Camblong,

Près de 350 hôpitaux d'une cinquantaine de pays, majoritairement européens, utilisent déjà la plateforme Sophia DDM*. En France, 37 hôpitaux sont clients de Sophia Genetics, parmi lesquels l'hôpital Saint-Antoine à Paris (AP-HP), les Hospices civils de Lyon (HCL), les CHU de Nantes et de Montpellier ainsi que l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.

La plateforme a ainsi contribué au diagnostic de plus de 125.000 patients. Le prix du service "dépend de la complexité de l'analyse et de la quantité de données à traiter" et varie "entre 50 et 150 euros" a indiqué le PDG de Sophia Genetics.

L'entreprise fait appel en France à un hébergeur agréé pour l'hébergement des données de santé, et assure avoir "beaucoup investi" sur le sujet de la protection des données chargées sur sa plateforme.

Combiner les données génomiques et l'imagerie

Jurgi Camblong compte profiter de sa levée de fonds de 30 millions de dollars pour "déployer des ressources commerciales et support de façon plus importante à l'international", notamment à Boston où Sophia Genetics vient d'établir un nouveau bureau.

Cette manne doit aussi servir à "renforcer la technologie de Sophia Genetics", notamment dans le domaine de l'oncologie. "Beaucoup de structures nous demandent d'aller plus loin, en combinant par exemple des données d'imagerie à l'information moléculaire pour pouvoir prédire l'évolution du cancer à partir d'images", a relayé Jurgi Camblong.

Il a assuré que sa société allait faire "un énorme effort de R&D pour avoir une plateforme qui permette de communiquer entre l'oncologue, le radiologue et le pathologue" avec l'objectif "d'être capable de dire que le cancer de tel patient ressemble à celui de 10.000 autres parmi lesquels tel pourcentage a reçu le traitement X et a survécu".

Pour y arriver, il a pointé la nécessité d'étendre le réseau d'utilisateurs de la plateforme Sophia MDD* afin de "créer l'intelligence collective" nécessaire pour nourrir les améliorations de l'intelligence artificielle.

rm/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://bit.ly/VM-TIC_Sante-Avril-Mai2017
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres



Médecin Dim (H/F)

Franche-Comté

Les offres d'emploi
Agenda
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017
Hacking Health Lyon
Du 01/12/2017 au 03/12/2017
Les Journées de l'achat hospitalier
Du 07/12/2017 au 08/12/2017
Journée régionale "Sécurité numérique en santé"
Le 07/12/2017