Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-patient-server-identifiant-patient-unique-etablissements-dun-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
05/09/2017   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Numérique, innovations et télémédecine: des mesures à venir dans le PLFSS 2018 (Agnès Buzyn)

(Par Marion HENRY, aux Rencontres de La Baule)

LA BAULE (Loire-Atlantique), 5 septembre 2017 (TICsanté) - La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a annoncé le 1er septembre que le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 contiendrait des mesures pour "faciliter" la télémédecine et assurer le financement de projets innovants favorisant les interactions entre professionnels.

Elle s'est exprimée en clôture de la deuxième journée des Rencontres de La Baule, intitulée "la médecine libérale au sein du nouveau système de santé" et organisées par la conférence nationale des unions régionales des professionnels de santé (URPS) médecins libéraux.

Interrogée par les médecins sur le contenu du prochain PLFSS, la ministre a indiqué que les arbitrages étaient en cours et seraient dévoilés fin septembre. La réunion de rentrée de la commission des comptes de la sécurité sociale (CCSS), à l'occasion de laquelle les grandes lignes du PLFSS sont traditionnellement présentées, doit avoir lieu jeudi 28 septembre, rappelle-t-on.

Elle a toutefois précisé que, pour la télémédecine, il y aurait des "choses" dans le PLFSS "pour la faciliter". "Tout ce qui va être 'organisations innovantes' va être facilité dans les financements que nous allons mettre en place", a-t-elle ajouté. "Nous avons besoin de libérer les énergies, les leviers, de supprimer les verrous réglementaires. Nous allons le faire pour faciliter notamment l'installation de la télémédecine", a-t-elle poursuivi.

Interrogée sur ce point lors de la conférence de presse, la ministre a indiqué que "dans le PLFSS", allaient être proposés "des financements sur projets innovants, via un fonds dédié aux innovations, probablement le FIR [fonds d'intervention régional]". "Mais je n'ai pas envie de dévoiler tout mon PLFSS", a-t-elle ajouté.

"Aujourd'hui, beaucoup de choses sont déjà prévues. Les pratiques sont déjà prévues. Je ne vais pas faire une loi pour redéfinir les pratiques des uns et des autres. Je veux simplement faire en sorte que, via des financements adaptés, on favorise des interactions entre professionnels, des pratiques avancées quand elles sont utiles", a-t-elle indiqué.

"On a beaucoup d'outils, on va libérer les verrous réglementaires. On est en train de regarder tout ce qui bloque, tous les freins pour essayer de faciliter la vie des gens qui ont envie de travailler", a renchéri la ministre.

Soulignant les "promesses de la télémédecine", elle a noté qu'elle "peut rapprocher les médecins entre eux, permettre le télésuivi des malades, et contribuer à la fluidité des prises en charge et à l'optimisation du temps de traitement".

"Evolution des cultures professionnelles"

Agnès Buzyn a également détaillé les trois principaux axes de la nouvelle stratégie nationale de santé (SNS), pour laquelle une concertation devrait être lancée dans le courant du mois en vue d'une élaboration d'ici la fin de l'année.

L'un d'entre eux consistera à passer "d'une système en silo à un système mieux organisé au niveau du territoire, et bien centré sur les besoins et les vécus des patients", a-t-elle indiqué, précisant qu'il porterait sur "la lutte contre les inégalités sociales et territoriales d'accès à une offre de santé de qualité".

"Il s'agit de changer concrètement la façon dont nous délivrons les soins. La logique de parcours coordonnés, l'exercice en équipe, le renforcement des liens entre les différents acteurs des prises en charge sont nécessaires", a-t-elle souligné.

"Cette transversalité, je sais qu'elle est enclenchée mais elle doit s'amplifier", a commenté la ministre, estimant que cela reposait sur "évolution des cultures professionnelles".

"Il faut aussi qu'on maintienne à domicile le plus longtemps possible les patients, et simplifier les parcours", a-t-elle ajouté. "Cela sera aussi facilité par les innovations technologiques et en particulier digitales, qui permettent de mieux partager les informations", mais cela "repose en premier lieu sur un renforcement et une modernisation des soins primaires et de proximité", a-t-elle ajouté.

Innovations numériques, technologiques et organisationnelles

Un autre axe de la SNS porte sur l'innovation et la transformation du système de santé. "Globalement robuste", notre système de santé "manque encore d'agilité et de souplesse pour s'accaparer les innovations et les intégrer dans le système de soins", a expliqué Agnès Buzyn.

"Cela nécessite de travailler sur les compétences métiers et sur le mode de gouvernance de l'innovation. Aujourd'hui, ce mode de gouvernance est très structuré. Les ARS [agences régionales de santé] ont à leur main certains budgets pour favoriser les innovations organisationnelles, pour favoriser les plateaux techniques... mais nous n'avons pas de vision globale de comment avance l'innovation dans notre pays et qui peut réellement en bénéficier et comment la développer", a-t-elle déploré.

"Ces innovations numériques, technologiques et organisationnelles en santé" constituent un enjeu clé pour "l'accélération du virage ambulatoire, la qualité du suivi des patients chroniques ou le partage de l'information par les acteurs du système de santé", a estimé Agnès Buzyn, précisant que les médecins devaient avoir un rôle dans l'évaluation de l'innovation.

La ministre a indiqué que la SNS était en cours de concertation et que sa publication était prévue pour décembre 2017. "Cela sera public. Il y aura une forme de plan sur lequel je demanderai aux acteurs de travailler et le document définitif sera rendu public en décembre", a-t-elle précisé, "de façon à ce que les ARS puissent le décliner en PRS (projet régional de santé) à partir de décembre".

mh/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://www.capsuletech.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/recrutement/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Université des "Data Protection Officer" (DPO)
Le 24/01/2018
Les 5èmes Rencontres santé de Nice
Du 29/03/2018 au 30/03/2018
6ème congrès national de la sécurité des SI de santé
Du 03/04/2018 au 05/04/2018