Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-situation-sanitaire-exceptionnelle.html?utm_source=ticsant%C3%A9&utm_medium=banner&utm_campaign=plan_blanc&utm_term=plan%20blanc%2C%20surycat
http://synapse.fujifilm.eu/fr/
09/12/2016   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Interopérabilité, usages et coopération: trois mots d'ordre du programme TSN

PARIS, 9 décembre 2016 (TICsanté) - La mise en place du programme Territoire de soins numérique (TSN) a fait progresser le cadre d'interopérabilité des systèmes d'information (SI) en santé en mettant l'accent sur les usages et sur la coopération entre tous les acteurs, ont souligné plusieurs intervenants lors la journée nationale du programme organisée le 6 décembre au ministère de la santé.

Deux ans après la mise en place du programme TSN doté d'une enveloppe de 80 millions d'euros dans le cadre du programme d'investissements d'avenir (PIA), le ministère de la santé a organisé une journée de retours d'expériences en collaboration avec l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) (voir dépêche du 8 décembre 2016).

Intervenant lors d'une table ronde consacrée aux "sujets SI et numériques structurants" du programme, le directeur du pôle système d'information de santé de l'agence régionale de santé (ARS) Île-de-France, Eric Lepage, a estimé que "l'un des avantages du programme TSN" a été de "concrétiser ce que veut dire l'interopérabilité et l'intégration de nouveaux services de partage d'information au sein des outils des professionnels de santé".

Il a rappelé que le projet francilien TerriSanté était "axé sur l'objectif d'accéder à un partage de l'information directement depuis l'outil utilisé" par ces professionnels, condition selon lui de la réussite du programme et de l'usage des services numériques.

L'interopérabilité, permettant à l'ensemble des solutions logicielles utilisées dans les cabinets des professionnels libéraux et à l'hôpital de partager des informations dans un langage commun, est dès lors devenue un impératif.

Favoriser l'émergence d'un "cadre d'interopérabilité agile"

Si le sujet de l'interopérabilité n'est pas né avec le programme TSN et revient régulièrement dans les débats sur les SI de santé, les projets TSN ont permis de "partir des usages pour développer un cadre d'interopérabilité agile", a témoigné Franck Jolivaldt, chef du bureau des systèmes d'information des acteurs de l'offre de soins à la direction générale de l'offre de soins (DGOS).

"On est souvent parti dans l'interopérabilité tous azimuts pour couvrir des besoins parfois microscopiques ou pas vraiment réels dans le cadre des SI déployés en France", a-t-il ajouté, mettant en avant l'intérêt des projets TSN pour "mobiliser les acteurs" et les faire travailler sur des "besoins avérés".

Ce changement de dynamique a été confirmé par Francis Mambrini, président de la Fédération des éditeurs d'informatique médicale et paramédicale ambulatoire (Feima), qui a salué la volonté des pouvoirs publics de profiter des expériences territoriales pour avancer sur un référentiel national d'interopérabilité.

"Grâce aux projets TSN, nous bénéficions d'un ancrage opérationnel qui nous permet d'aller vers des engagements concrets à l'échelle nationale sur l'interopérabilité", a-t-il souligné.

"Casser des modes de fonctionnement du passé"

Il a qualifié le programme d'"élément déclencheur" pour "rassembler tous les acteurs de l'écosystème" autour des sujets d'interopérabilité, comme en témoigne la démarche de concertation et de coconstruction du référentiel et du guide de référence technique publié par l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé) (voir dépêches du 4 novembre et du 27 octobre 2016).

Cet accent mis sur la coconstruction a nécessité de "casser les modes de fonctionnement du passé", a-t-il remarqué, faisant état du "chemin considérable réalisé de ce point de vue" et d'une "dynamique à poursuivre". Cette coopération est aussi "essentielle" entre les différentes ARS afin qu'elles portent "un message commun aux industriels", a noté Eric Lepage.

Reconnaissant qu'il "reste du travail à faire" en termes d'interopérabilité dans une logique partant des usages et privilégiant la coopération, Franck Jolivaldt a estimé que le programme TSN avait permis de montrer que "les régions sont la bonne maille pour récupérer et faire remonter les besoins et les usages sur lesquels on doit tous prioritairement travailler".

Il a salué sur ce point l'action des ARS et des groupements de coopération sanitaire (GCS) dans la mise en place d'un écosystème favorisant cette remontée d'usages et la coordination nationale des projets assurés par l'Asip santé, l'Anap et la DGOS.

rm/ab/eh/

Partagez cet article

http://www.canyon.fr/
Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://www.capsuletech.fr/
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres

Médecin Dim (H/F)

Franche-Comté



Les offres d'emploi
Agenda
Colloque Science et santé connectées
Le 24/10/2017
INNOV'inMED
Du 26/10/2017 au 27/10/2017
3ème colloque des objets connectés et applications de santé
Le 21/11/2017
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017