Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-identity-manager-solution-referentiel-agents-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=EIM
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
07/12/2016   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Le CH de Troyes veut conjuguer signaux GPS et wifi pour la géolocalisation des patients

TROYES, 7 décembre 2016 (APM) - Le centre hospitalier et l'université technologique de Troyes (UTT) ont lancé en novembre le projet Gino (Geolocation Indoor N' Outdoor) pour bâtir un "système unique" reposant sur l'utilisation du réseau wifi et des signaux GPS afin de géolocaliser les patients à l'intérieur et à l'extérieur de ses bâtiments.

"La géolocalisation existe déjà dans de nombreux établissements de santé mais elle représente un investissement important et ne gère que la localisation dans les bâtiments", a expliqué à l'APM Michael De Block, directeur de l'information numérique des Hôpitaux Champagne Sud (HCS) qui regroupent les établissements du département de l'Aube et du Sézannais (Sud de la Marne) (cf APM CB9NUGX4O).

Il a mis en avant le "bas coût" de cette solution de géolocalisation qui permettrait d'équiper un établissement d'hébergement pour personne âgées dépendantes (Ehpad) "pour moins de 5.000 euros".

"Tous les établissements de santé et médico-sociaux sont au moins équipés d'une antenne wifi, ce qui permet d'éviter de lourds investissements en antennes, portails et autres équipements que l'on retrouve dans la géolocalisation classique", a-t-il justifié.

Le projet Gino est issu d'une convention de partenariat signée en février 2014 entre les directions du CH de Troyes et de l'UTT.

L'UTT a fait intervenir le laboratoire de modélisation et de sûreté des systèmes (LM2S), le laboratoire d'optimisation des systèmes industriels (Losi) et le Living Lab ActivAgeing (LL2A) pour mener des recherches sur la mise en place de réseaux de capteurs, le traitement des informations issues de la géolocalisation et mener une approche "ethno-méthodologique" du projet.

Après un an de développements, une première maquette a été testée in situ en 2015 dans les locaux désaffectés d'un ancien bâtiment du CH de Troyes, et a permis de démontrer la précision de la géolocalisation, malgré le signal erratique du wifi, variant en fonction des objets présents dans l'environnement (four à micro-ondes, téléphones portables, etc.).

Développement en Ehpad

Le CH de Troyes souhaite à présent prioriser son action vers l'Ehpad du domaine de Nazareth, pour lequel il a officiellement lancé le projet le 10 novembre. Deux groupes de travail vont être constitués afin de développer "un capteur solide, peu encombrant et avec une bonne autonomie", ainsi qu'un "système informatique de suivi et d'alerte en lien avec le dossier patient informatisé" de l'établissement, indique un document de présentation du projet dont l'APM a eu copie.

Un troisième groupe de travail aura la charge de tester le prototype de capteur et le logiciel associé en conditions réelles sur des cas particuliers représentatifs des usages potentiels de l'outil en Ehpad. Un dernier groupe sera concentré sur la montée en charge du dispositif dans tout l'Ehpad.

L'objectif du projet, prévu sur une durée de 24 mois, est d'assurer la sécurité du résident, la traçabilité de ses déplacements dans les bâtiments et dans le parc de l'Ephad, et de soulager les équipes soignantes dans la surveillance des patients.

Pilotage et financements

Un comité de pilotage réunissant des représentants des équipes médicales, des cadres de santé et des responsables informatiques du CH de Troyes et de l'Ehpad Nazareth a été mis en place.

Des membres du conseil de surveillance du CH de Troyes, du conseil régional, du département de l'Aube et de l'agence régionale de santé (ARS) Grand-Est ont été conviés à participer aux réunions du comité de pilotage.

Le projet Gino a obtenu un financement de 100.000 euros dans le cadre du plan Innov'action du conseil régional Grand-Est. Une enveloppe de 23.400 euros sera consacrée à l'achat du dispositif final alliant capteurs et logiciel de traitement de l'information, par le CH de Troyes. Le reste de l'enveloppe, soit 76.400 euros, alimentera les dépenses de fonctionnement de l'UTT sur le projet.

Les livrables technologiques du projet comprendront un prototype de boîtier porté par les résidents, un logiciel de suivi des résidents et d'alerte des professionnels de santé, et une interface entre ce logiciel et le dossier patient informatisé (DPI) DxCare* utilisé au sein de l'Ehpad.

rm/eh/ab/APM polsan

Partagez cet article

http://www.web100t.fr
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017
Hacking Health Lyon
Du 01/12/2017 au 03/12/2017
Les Journées de l'achat hospitalier
Du 07/12/2017 au 08/12/2017
Journée régionale "Sécurité numérique en santé"
Le 07/12/2017