Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-identity-manager-solution-referentiel-agents-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=EIM
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
14/09/2016   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

En Dordogne, les téléconsultations s'ouvrent à l'extérieur de l'Ehpad La Porte d'Aquitaine

LA ROCHE-CHALAIS (Dordogne), 14 septembre 2016 (TICsanté) - L'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) La Porte d'Aquitaine à La Roche-Chalais a ouvert en juin des téléconsultations aux personnes extérieures à l'établissement, a indiqué à TICsanté Maryse Delibie, directrice générale de l'Ehpad et du centre hospitalier intercommunal de Ribérac Dronne Double (Chic RDD).

L'Ehpad est engagé depuis 2013 dans la mise en place d'expérimentations de télémédecine pour la prise en charge globale des personnes âgées via des téléconsultations et télé-expertises menées avec une équipe pluriprofessionnelle du CHU de Bordeaux.

Maryse Delibie a voulu étendre ces expérimentations "hors des murs" de l'Ehpad afin d'"optimiser l'utilisation d'un matériel coûteux", de "diminuer le prix de revient d'une téléconsultation" et de "favoriser l'accès aux soins" dans une zone rurale touchée par la désertification médicale.

"Nous avons ouvert ces téléconsultations le 15 juin dernier pour que des gens extérieurs à l'Ehpad puissent venir en téléconsultation au lieu de se déplacer à Bordeaux ou à Libourne", a-t-elle expliqué.

Une journée "portes ouvertes" est prévue le lundi 19 septembre et Maryse Delibie a indiqué communiquer sur le projet via les infirmières libérales, les intervenants à domicile et les élus.

Elle a ajouté être actuellement en discussion avec les mutuelles pour financer les déplacements des patients.

En parallèle, les expérimentations de télémédecine sont en cours d'extension dans les trois centres hospitaliers qui ont fusionné au 1er janvier 2016 au sein du Chic RDD (CH de Saint-Aulaye, de La Meynardie et de Ribérac), toujours dans une optique d'optimisation des ressources.

Financements par l'ARS

Initiées en 2013 dans six Ehpad de la région, ces expérimentations ont d'abord été centrées sur la prise en charge des plaies et cicatrisations, avant d'être étendues fin 2014 à 50 établissements et à d'autres disciplines (soins palliatifs, troubles du comportement, maladie chronique de la personne âgée, psychiatrie).

Depuis, 44 téléconsultations ont été menées à l'Ehpad La Porte d'Aquitaine en liaison avec le CHU de Bordeaux.

Le financement de cette deuxième phase de l'expérimentation a été assuré par 25.600 € de crédits non reconductibles dans le cadre du fonds d'intervention régional (FIR) de l'ARS Aquitaine (devenue depuis ARS Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes).

Ces crédits ont permis de couvrir les frais d'audit de faisabilité technique du projet réalisé par Orange et Accélis, l'installation du matériel de télémédecine et sa prise en main par les professionnels de santé, l'ouverture d'une ligne SDSL ("Symetric Digital Subscriber Line") et la maintenance du matériel sur trois ans.

"Je considère aujourd'hui que les crédit FIR me permettent de payer ma solution de télémédecine. Le problème se pose maintenant en termes de maintien de cette solution dans le temps, au-delà des trois ans", a souligné Maryse Delibie, par ailleurs vice-présidente de l'association Agir pour la télémédecine.

Un modèle économique "difficile à chiffrer"

Interrogée par TICsanté sur le fait que ces crédits ne couvrent que l'infrastructure technique, et pas le temps infirmier investi pour ces téléconsultations, Marylise Delibie a jugé qu'il était "très difficile de chiffrer dans un modèle économique" les apports de la télémédecine pour les infirmiers et aides-soignants.

"Il est vrai qu'une téléconsultation prend du temps infirmier, mais au contact des équipes pluriprofessionnelles du CHU de Bordeaux, il y a aussi un transfert de compétences qui bénéficie au personnel", a-t-elle détaillé, relevant que ce temps pourrait être considéré comme de la formation.

"Grâce à ce transfert, les téléconsultations suivantes vont aussi plus vite", a-t-elle ajouté.

N'étant "pas convaincue" que la téléconsultation et la télé-expertise permettent de faire des économies par rapport aux consultations traditionnelles, Maryse Delibie a surtout mis en avant l'apport de la télémédecine pour l'accès aux soins.

"Les personnes que nous avons aujourd'hui en téléconsultation étaient dans des situations de renoncement aux soins du fait du coût des déplacements", a-t-elle témoigné.

rm/ab/

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017
Hacking Health Lyon
Du 01/12/2017 au 03/12/2017
Les Journées de l'achat hospitalier
Du 07/12/2017 au 08/12/2017
Journée régionale "Sécurité numérique en santé"
Le 07/12/2017