Un service proposé par APM International
https://docs.google.com/forms/d/1CpmCqPoZdC4t3L16SNV14vz_9MheDnBn51N0csGOW20/viewform?usp=send_form
http://bit.ly/echanges-inter-applicatifs
http://www.computer-engineering.fr
http://www.carestream.fr/vue-healthIT.html
15/11/2012   Envoyer par mail Imprimer   1 commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous
E-santé: télémédecine et santé à domicile en tête d'un palmarès, mais un doute sur la création d’emplois et le déploiement réel
PARIS, 15 novembre (TICsanté) – Plus de 92% des Français plébiscitent la e-santé, selon la première édition de l’indice éponyme, effectué par le Cercle des décideurs numériques & santé, en mettant en tête la télémédecine et les soins à domicile. La valeur économique génératrice d’emplois reste néanmoins un point de réserve pour la majorité des personnes interrogées.
Les soignants (médecins, pharmaciens, biologistes, infirmiers, sages-femmes...) sont plus de 23% et les industriels (laboratoires pharmaceutiques, entreprises de dispositifs médicaux, prestataires TIC...) près de 22% à répondre favorablement à l'essor de la e-santé.

Mais à court terme, l'indice global de la e-santé témoigne d'une plus grande réserve sur les conditions actuelles du déploiement de la e-santé en France. La majorité des acteurs, interrogés en ligne entre le 27 juin et le 20 juillet 2012, en répondant à 20 questions thématiques notées de 1 à 10, lui accorde en effet une note inférieure à 5/10, avec le plus bas score de confiance en la matière de la part des professionnels de santé sur un déploiement réel.

La télémédecine et la e-santé à domicile semblent sur la bonne voie avec des indices de confiance supérieurs à 5/10 à court terme (en particulier pour les associations de patients qui lui attribuent l'indice de confiance le plus élevé) et dépassant la note de 7 à l'horizon 2017.

En revanche, les indices de confiance liés à la mise en place des infrastructures (très haut débit en santé par exemple), la production et la coordination des soins (DMP, hôpital numérique...), les médias sociaux en santé et surtout à la création de valeur économique et industrielle restent sous la moyenne.

En matière d'infrastructures, de sécurité et de confidentialité de données, les questions sont aussi bien d'ordre matériel (quelle pérennité pour les données virtuelles, comment garantir leur accès ?) qu'éthique (quel en est l'usage, par qui et comment ?). Les personnes sondées ont toutefois attribué des notes supérieures à la moyenne, à court et moyen terme.

Quant à la e-santé à domicile, la confiance dans l'utilisation d'objets domestiques communicants pour la santé et l'autonomie, apparaît plutôt correcte, les associations de patients octroyant une note de 5,78/10 à court terme et les industriels de 7,62/10 à moyen terme.

S'appuyer sur les patients, les usagers, les consommateurs et leurs associations, via les objets domestiques communicants, semble donc une voie d'accès pour déployer la e-santé. Un rôle qui repose notamment sur le Centre national de référence santé à domicile et autonomie.

A l'opposé, pour le sous-indice "création de valeur économique et industrielle", le pessimisme est de rigueur.

Toutefois, pour le seul marché français, l'estimation de Capgemini Consulting est supérieure à 2 milliards pour l'année 2012. Ce secteur peut aussi être un levier en termes de création d'emplois, selon le livre blanc du Syntec Numérique, qui fait part d'une augmentation des emplois de 13 à 28% par an d'ici 5 ans pour la télémédecine.

Pourtant, le premier indice de la e-santé affiche des résultats plutôt moroses, avec un score de confiance dans la capacité à créer des emplois (à savoir 5.000 Equivalents temps plein à horizon 2 ans et 10.000 à horizon 5 ans) qui n'atteint même pas la note de 4/10 à court terme et passe de justesse la moyenne à 5 ans./ar
http://www.carrefourtelesante.fr/accueil.html
Rédigé par: joel.lac@globule.net  le 16/11/2012 à 10:53
Ces résultats intéressants traduisent bien le sentiment actuel. Cependant ils n'ont pas vocation à prédire. Or, il me semble que les déploiements vont dépasser les croyances. Les TIC vont plus vite que les espoirs que l'on fonde sur elles.
D'autant plus que la conjoncture économique actuelle va jouer le rôle de catalyseur de ces projets.
Il faudra, néanmoins, savoir conjuguer la sécurité des outils avec une réelle ambition des acteurs pour aller, vite, de l'avant.
Haut de page
http://www.web100t.fr
http://www.emed.fr/
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription