Siemens Healthineers dévoile ses dernières innovations en radiologie et IA (congrès RSNA)

PARIS, 7 décembre 2018 (TICsanté) - Siemens Healthineers, filiale du groupe allemand Siemens spécialisée dans les technologies pour l'imagerie médicale, a présenté plusieurs innovations dotées d'intelligence artificielle (IA), lors du 104e congrès de la Société nord-américaine de radiologie (RSNA).

Pour perfectionner et optimiser les IRM ou encore pour guider la prise de décision du radiologue, Siemens Healthineers a dévoilé plusieurs innovations clés en imagerie médicale et radiologie, lors du dernier congrès RSNA qui s'est tenu à Chicago du 25 au 30 novembre.

"C'est le congrès le plus important pour voir émerger des tendances dans le secteur", a expliqué Serge Ripart, directeur "imagerie France" de la filiale, le 4 décembre lors d'une rencontre avec la presse.

Alors que la base de données du premier écosystème d'intelligence artificielle d'imagerie médicale, "DRIM France IA", pourrait voir le jour "au premier semestre 2019", initiée au nom du conseil national professionnel de la radiologie française (G4) (voir dépêche du 22 novembre 2018), la technologie est de plus en plus sollicitée dans ce secteur.

"La radiologie est un territoire propice à l'IA car elle se base sur un nombre important de données déjà digitalisées", a observé Serge Ripart.

"Chez Siemens, nous considérons depuis longtemps que l'IA revêt une importance fondamentale pour le développement de nos produits, nous l'avons intégrée à plusieurs machines ou dans des logiciels implantés dans nos machines", a-t-il complété.

Des projets d'IA expérimentés dans des hôpitaux français

Parmi les innovations présentées lors du congrès américain, plusieurs sont dotées d'IA et deux sont déjà expérimentées dans des hôpitaux français.

C'est le cas du nouveau TEP-scan Biograph Vision*, une machine "actuellement installée au CHU de Brest".

Cet appareil à scanners est notamment doté d'une nouvelle fonctionnalité logicielle de détection Ultra Dynamic Range (UDR) qui permet d'améliorer la résolution spatiale et d'identifier plus facilement les lésions de petite taille.

Grâce à cette sensibilité effective significativement supérieure aux autres appareils du type, il devient possible de réduire considérablement la durée d'acquisition et la dose de produit radioactif injectée.

"Cette accélération du temps d'acquisition permet de réduire de moitié la dose de produit radioactif, cela représente un avantage pour les patients mais aussi une réduction des coûts puisqu'il faut utiliser moins de produit", a expliqué Serge Ripart.

"La caméra infrarouge qui repère le patient le fait sur la base d'algorithmes d'IA", a-t-il indiqué.

Autre projet actuellement initié à l'institut hospitalo-universitaire (IHU) de Bordeaux: la création d'un coeur numérique grâce aux informations d'imagerie du patient.

Ce "jumeau numérique" du patient, ainsi créé, permet au cardiologue de virtualiser un traitement thérapeutique et de simuler les impacts d'une intervention avant de la pratiquer.

La création de cet organe se fait "avec du matériel Siemens et des algorithmes développés par notre centre de recherche à Princeton" (New Jersey, Etats-Unis), a souligné le responsable de la filiale.

"A l'avenir nous espérons pouvoir reconstituer tout le corps du patient mais pour l'heure il s'agit d'expérimentations ciblées, nous ne sommes pas encore prêts", a-t-il complété.

Deux "assistants" dotés d'IA

Pour assister le professionnel dans sa tâche, la filiale santé de Siemens a également profité du 104e congrès RSNA pour présenter deux outils basés sur l'IA.

Ainsi, elle a dévoilé AI-Rad Companion*, un assistant logiciel intelligent en radiologie, permettant à l'aide d'images de scans thoraciques de différencier les parties de cette région du corps et de les mettre en évidence individuellement.

Cela permet alors de marquer et mesurer des anomalies potentielles au niveau des poumons, du coeur, de l'aorte et des artères coronaires de façon précise. Par ailleurs, le logiciel AI-Rad Companion* traduit automatiquement ses conclusions en rapports structurés qui peuvent être modifiés, adaptés ou corrigés par le professionnel de santé.

"Le logiciel aide à déterminer le chemin thérapeutique le plus adapté et il fait gagner du temps au radiologue qui n'a pas à analyser image par image, c'est un assistant pour le professionnel", a plaidé le directeur de Siemens Healthineers.

"Cette technologie ne remplace pas le radiologue, il reste celui qui valide l'analyse de la machine", a-t-il rassuré.

Autre assistant intelligent, AI-Pathway Companion* a également été présenté à Chicago. Ce système d'aide à la décision clinique accompagne le médecin dans sa prise de décisions diagnostiques et thérapeutiques.

Concrètement, AI-Pathway Companion est conçu "pour aider à optimiser la gestion des patients", a expliqué Serge Ripart.

Pour cela, le logiciel fournit aux médecins des conseils multidisciplinaires sur la maladie mais aussi sur l'état clinique de chaque patient, en fonction de l'intégration des données d'imagerie, des données cliniques, des résultats d'analyses de biologie médicale de ce dernier, et suggère les étapes ultérieures de sa prise en charge thérapeutique.

L'industriel peut récolter l'ensemble de ces données via des "connecteurs" intégrés aux API (interfaces de programmation) des hôpitaux où le patient a été traité ou dans son dossier patient informatisé s'il est suivi dans le même établissement.

La première application clinique s'appliquera au cancer de la prostate "mais nous allons l'étendre aux cancers du poumon, du sein et aux maladies du coeur", a précisé le directeur "imagerie France" de Siemens Healthineers.

Ces deux innovations devraient faire leur entrée dans les hôpitaux français "courant 2019".

wz/nc