L'AP-HP lance une étude nationale pour évaluer l'efficacité de la cigarette électronique

L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) lance une étude afin d'évaluer et comparer l'efficacité des cigarettes électroniques par rapport à un médicament, la varénicline*, dans l'arrêt du tabac, a-t-elle annoncé dans un communiqué du 30 octobre.

Intitulée ECSMOKE, cette étude randomisée, nationale et multicentrique est financée par les autorités de santé (PHRC 2015).

En France, on estime à environ 1,7 million le nombre d'utilisateurs quotidiens de produits du vapotage (cigarette électronique) mais les connaissances exactes et détaillées concernant l'efficacité de ces produits et le risque associé à leur utilisation manquent afin de proposer la cigarette électronique comme aide au sevrage tabagique.

L'objectif est "d'inclure dans l'étude un minimum de 650 personnes fumant au moins 10 cigarettes par jour, âgées de 18 à 70 ans et souhaitant arrêter de fumer". Elles pourront se rendre dans un des 11 centres hospitaliers ou dispensaire partenaires répartis dans 12 villes en France: Angers, Caen, Clamart (Hauts-de-Seine), Clermont-Ferrand, La Rochelle, Lille, Lyon, Nancy, Nîmes, Paris, Poitiers, Villejuif (Val-de-Marne), a précisé l'AP-HP dans son communiqué.

Les participants seront suivis durant 6 mois après l'arrêt du tabac et "le critère principal de jugement est le taux d'abstinence tabagique continu au cours des 4 dernières semaines d'une période de traitement de 3 mois", est-il précisé.

Les résultats de cette première étude en double aveugle sont attendus "environ 4 ans après le démarrage des inclusions". Ils pourraient aider à déterminer si la cigarette électronique peut figurer parmi les dispositifs approuvés comme aide au sevrage tabagique.

/wz/nc