Vienne: création d'une plateforme de partage des données ville-hôpital

POITIERS, CHATELLERAULT (Vienne), 11 juillet 2018 (TICsanté) - Le CHU de Poitiers et le groupe hospitalier Nord-Vienne (GHNV) ont lancé Hôpitaux86, une plateforme de partage des données entre les établissements et les médecins de ville, bientôt accessible aux patients, afin d'améliorer la communication entre professionnels de santé et le parcours de soins des patients, indique le CHU dans un communiqué diffusé le 21 juin.

Cette plateforme permet de "gérer l'identité du patient au niveau du GHT [groupement hospitalier de territoire]" avec la création notamment d'une "identito-vigilance de territoire", comprenant des "garanties de vérification d'identité et de sécurité des accès". Le GHT de la Vienne a été désigné site pilote par l'agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine en vue du développement d'une identito-vigilance de territoire dans l'ensemble de la région.

Les données médicales des dossiers patients sont partagées en temps réel entre le CHU (environ 1.900 lits et places) et le GHNV (environ 700 lits et places) via un espace interhospitalier ad hoc. Cette fonction de la plateforme est "au service d'un projet médical de territoire et au service d'équipes médicales qui travaillent de plus en plus en commun, voire qui s'unifient à l'exemple des urgences".

Hôpitaux86 propose en outre plusieurs fonctionnalités pour "renforcer la collaboration" entre les professionnels de santé de l'hôpital et ceux de la ville. Les médecins libéraux peuvent accéder au dossier de leur patient, si celui-ci a donné son autorisation, et accéder "aux comptes rendus de consultation, opératoires, d'imagerie, avec l'image elle-même, aux résultats de laboratoires, à la lettre de sortie".

Les patients pourront quant à eux avoir accès à leurs données de santé sur cette plateforme à partir de septembre et "rester en contact permanent avec leur établissement de santé". Toutefois, contrairement aux médecins qui auront accès à 100% des données, certains diagnostics ne seront accessibles aux patients qu'après consultation avec le médecin traitant.

Outre les deux établissements de santé qui forment le GHT de la Vienne, l'assurance maladie, des représentants de la médecine de ville, des représentants des patients et le conseil départemental de l'ordre des médecins ont contribué à l'élaboration de cette plateforme entre octobre 2017 et mai 2018, est-il indiqué dans le communiqué.

Le GHT de la Vienne s'est associé en février 2017 à Ideolink Collaboration*, de l'éditeur Maincare Solutions, pour réaliser ce projet, rappelle-t-on.

En tout, 700.000 € d'investissements ont été mis sur la table, dont 100.000 € octroyés par l'ARS dans le cadre d'un appel à projets, a indiqué Alain Lamy, directeur de projets au sein du CHU, à APMnews (site du groupe d'information APM International, dont fait partie TICsanté).

"Première réalisation effective" au niveau national

Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU de Poitiers, a assuré qu'il s'agissait de "la première réalisation effective" au niveau national pour une plateforme de ce type. S'il a indiqué que son établissement travaille "en étroite coopération avec les médecins libéraux depuis plusieurs années", cette plateforme est selon lui nécessaire pour résoudre les problèmes de communication de l'information entre les hôpitaux, les médecins généralistes, les spécialistes et les patients.

La plateforme concerne actuellement 420.500 patients "qui ont un historique de dossier susceptible d'être transmis" à des médecins libéraux. Hôpitaux86 référence 31.380 médecins. Pour le moment plus de 290.000 documents sont visualisables et 3.500 nouveaux documents sont déposés chaque jour.

Pour les patients qui ont été hospitalisés ou ont consulté au CHU de Poitiers ou au GHNV, il est possible "d'autoriser des médecins d'un établissement d'un autre territoire d'accéder à leur dossier", a précisé Jean-Pierre Dewitte.

La plateforme sera par ailleurs ouverte aux pharmaciens et aux paramédicaux dans les prochains mois, a ajouté Alain Lamy. "Les pharmaciens hospitaliers et de ville veulent notamment accéder aux résultats de biologie qui influencent la façon dont les médicaments sont données aux patients [...] Les infirmières libérales pourraient être intéressées pour voir la dernière ordonnance hospitalière du patient, toujours avec l'aval du patient."

Le directeur de projets a par ailleurs confié que plusieurs CHU ont fait part de leur intérêt pour ce type de plateforme. Alain Lamy n'a pas souhaité dévoiler leur identité.

A noter qu'une initiative proche de celle du CHU de Poitiers et du GHNV a été lancée dans les Hauts-de-France: un projet visant à favoriser les coopérations interprofessionnelles dans le cadre des parcours de soins, notamment les plus complexes, via une plateforme de services mutualisés et interopérables.

jyp/ab/gb