CONGRESENVOYE SPECIAL

L'informatisation des établissements de santé progresse lentement mais sûrement (Atlas des SIH)

(Par Raphaël MOREAUX, à la Paris Healthcare Week)

PARIS, 18 mai 2017 (TICsanté) - L'informatisation du processus de soins se poursuit dans les établissements de santé avec de légères hausses des usages des systèmes d'information hospitaliers (SIH), selon l'édition 2017 de l'Atlas des SIH présentée le 17 mai lors de la Paris Healthcare Week.

L'Atlas des SIH est publié annuellement depuis 2013 par la direction générale de l'offre de soins (DGOS) et vise à "mettre à disposition des acteurs de la santé les données principales et tendances de l'évolution des SIH sur le territoire", rappelle l'édition 2017 du document.

Il est élaboré en partenariat avec l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (ATIH) et se base sur les données de l'observatoire de systèmes d'information de santé (oSIS) collectées auprès des établissements de santé.

Après une forte hausse des informations saisies dans l'oSIS en 2016 (voir dépêche du 26 mai 2016), le nombre d'établissements ayant renseigné l'observatoire pour l'édition 2017 de l'Atlas a poursuivi sa progression avec 96% des établissements publics représentés, et 78% des établissements du secteur privé.

La partie "déploiement du SIH" a collecté davantage de réponses, avec 1.500 répondants en moyenne pour chacun des items, contre 1.400 dans l'édition 2016. Une augmentation de l'échantillon qui explique "en partie" des variations sensibles, à la baisse ou à la hausse, du taux d'informatisation, note l'Atlas.

Les progrès informatiques des établissements de santé sont perceptibles dans l'Atlas des SIH avec plusieurs hausses, bien que de faible ampleur, des taux d'informatisation du processus de soins.

Si l'informatisation du dossier médical du patient reste stable avec 90% des établissements déclarant un projet achevé ou en cours (60% d'achevés), des progrès sont constatés sur l'informatisation du dossier et du plan de soins (53% de projets achevés contre 51% en 2016).

Des hausses similaires sont constatées dans le domaine de la prescription. L'informatisation de la prescription du médicament progresse de 2% par rapport à l'édition 2016, avec 65% des projets d'informatisation achevés. L'informatisation des prescriptions d'analyse médicale, celles d'imagerie et de soins enregistrent chacune des hausses de 2 points, avec respectivement 46%, 41% et 52% de projets achevés.

L'intégration des résultats de laboratoire dans le dossier patient informatisé (DPI) accuse pour sa part une baisse de 6 points des projets achevés (56%). "Ceci est probablement dû à de nouveaux entrants dans l'échantillon conjugué à un réajustement des réponses lié aux précisions demandées dans le cadre du programme Hôpital numérique", explique l'Atlas.

Pour la première fois, l'Atlas intègre cette année des données sur l'informatisation des fonctions médico-techniques. Il constate que le développement du système d'information d'imagerie (SIR et PACS) est achevé à 80% en moyenne.

L'informatisation des laboratoire de biologie est par ailleurs une réalité pour 90% des établissements.

"Efforts à poursuivre" sur la programmation des ressources

Présentant les principaux résultats de l'Atlas SIH 2017, Caroline Le Gloan, adjointe au chef du bureau des systèmes d'information des acteurs de l'offre de soins à la DGOS, a relevé des "niveaux d'informatisation moindres" sur la programmation des ressources, soulignant des "efforts à poursuivre" en la matière.

La gestion des blocs opératoires reste ainsi partiellement informatisée, avec 57% des établissements ayant achevé leur projet informatique. L'informatisation de la gestion des lits reste à des niveaux similaires, avec 54% de projets achevés.

Caroline Le Gloan a toutefois relevé "des avancées significatives sur l'informatisation de la gestion des rendez-vous", avec 59% de projets achevés, et 17% en cours. Elle a noté que les niveaux de prise de rendez-vous sur internet étaient encore faibles, avec 17% des établissements qui mettent en place ou ont achevé le déploiement de ce nouveau service.

Les indicateurs Hôpital numérique "en constante progression"

L'Atlas des SIH fait le point sur l'atteinte, "en constante progression", des pré-requis du programme Hôpital numérique visant à permettre aux établissements de santé d'atteindre un socle commun d'informatisation. Ce programme a été lancé en 2011 par la DGOS et a défini la stratégie nationale 2012-2016 des SIH, rappelle-t-on.

La moyenne nationale est de 92% d'atteinte des pré-requis concernant la confidentialité, la fiabilité, la disponibilité ou encore la gestion des identités, soit une hausse de 2 points par rapport à 2016. Au total, 1.560 établissements sont conformes à l'ensemble des pré-requis, ce qui correspond à une augmentation de 255 établissements par rapport à l'an dernier. Seuls 3% des établissements atteignent moins de 50% des pré-requis.

Le programme Hôpital numérique a également défini 22 indicateurs d'informatisation dans 5 domaines fonctionnels jugés prioritaires (résultats d'examens, DPI, prescriptions, programmation des ressources et agenda patient, pilotage médico-économique).

L'Atlas des SIH relève une moyenne nationale de 54% d'atteinte de ces domaines fonctionnels, en hausse de 7 points par rapport à 2016, avec 13 établissements qui ont déclaré avoir atteint les 22 indicateurs, contre 6 l'année passée.

"Moins d'une dizaine d'établissements ont atteint l'ensemble des domaines fonctionnels", a relevé Caroline Le Gloan.

De plus en plus de logiciels sur le marché

Le panorama du marché de l'informatique de santé qui s'appuie sur l'observatoire Relims (Référencement des éditeurs de logiciels et des intégrateurs du marché de la santé) fait état de 301 sociétés déclarées (13 de plus qu'en 2016). Elles commercialisent 840 logiciels (34 de plus en un an).

Les profils de ces entreprises restent très hétérogènes. Le nombre d'employés médian est de 16, mais les 10% des sociétés les plus petites en comptent seulement 4 au maximum, lorsque les 10% des plus grandes emploient 230 salariés au minimum.

L'activité des structures de santé la plus ciblée par ces entreprises reste, comme en 2016, la médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), pour laquelle 228 sociétés ont une offre de solutions logicielles. Les activités les moins visées sont le médico-social (127 sociétés) et l'exercice libéral (85).

Atlas des SIH 2017

rm/eh/ab