Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-situation-sanitaire-exceptionnelle.html?utm_source=ticsant%C3%A9&utm_medium=banner&utm_campaign=plan_blanc&utm_term=plan%20blanc%2C%20surycat
http://www.computer-engineering.fr
19/05/2010   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Les radiologues plaident pour le développement des Pacs

PARIS, 19 mai 2010 (TICsanté) - La Société française de radiologie (SFR) a lancé un appel à la mobilisation en faveur du système d'archivage et de partage des images (Pacs), outil devenu "incontournable" en radiologie, à l'occasion d'un atelier presse organisé en début de semaine à l'Institut Curie (Paris).

"Les technologies de l'information et de la communication investissent la santé. L'imagerie médicale portée par les progrès de la technologie est passée au tout numérique. Parallèlement, le besoin d'accès et de partage de données d'imagerie augmente. [Et l'imagerie] tient une place essentielle et sans cesse croissante dans la prise en charge des patients", estime la SFR.

Cette évolution "rend aujourd'hui les systèmes d'information et de communication d'imagerie que sont les Pacs (Picture Archiving and Communication System) indispensables pour l'exercice de la pratique radiologique et médicale", poursuit la société savante.

Le Pacs, système de gestion électronique des images médicales avec des fonctions d'archivage, de stockage et de communication rapide, est le "complément indispensable" du système réseautique de gestion des activités d'un service radiologique (RIS) pour la gestion des images. C'est "un outil clé pour la prise en charge des patients et la cohérence des soins", souligne la SFR.

Or, la France accuse un fort retard en matière d'équipements réseautiques d'imagerie médicale. Le parc en RIS et en Pacs a augmenté très lentement au cours des dernières années, selon le rapport 2008 d'Imagerie Santé Avenir (ISA), une association de fabricants.

"En dépit des récents progrès, la France peine à combler le retard considérable accumulé alors que de nombreuses régions du monde ont mis en place avec succès des systèmes de Pacs. L'Allemagne, la Belgique et l'Italie, sans parler de l'Angleterre qui a équipé l'ensemble de ses établissements de soins de Pacs en trois ans (2005-08), ont un taux d'équipement nettement supérieur à celui de la France", poursuit la société savante.

Celle-ci a donc fait du soutien à l'installation des réseaux d'information en imagerie l'une de ses priorités et l'a inscrite au troisième rang de son plan d'urgence en 10 points pour l'imagerie. La société savante lance maintenant une mobilisation.

"Aujourd'hui, l'enjeu n'est pas tant de développer des technologies sans film mais d'assurer l'amélioration de la qualité des soins dans le cadre des contraintes de dépenses publiques et de déficit en ressources humaines", déclare le Dr Sylvia Neuenschwander, présidente de la SFR.

"Obligations légales d'assurer le droit d'accès des patients à leur dossier médical, suivi personnalisé des malades prévu dans le Plan cancer, développement de programmes de dépistage qui nécessitent le suivi et le rappel des patients, réorganisation territoriale de l'offre de soins, développement de procédures d'accréditation des structures de santé sur des critères de qualité de service rendu ou de systèmes d'évaluation des pratiques médicales sont autant d'éléments qui plaident pour le développement des réseaux d'imagerie", indique la SFR.

La SFR a pris l'exemple de l'Institut Curie, devenu un "hôpital sans film" en 2007 et qui dispose d'un Pacs depuis 2002. Chaque jour, 260 examens sont stockés et entre 25 et 30 utilisateurs sont connectés au même moment grâce au Pacs.

Le Pacs à l'institut, ce sont 415.000 examens en ligne pour 61.500 patients distincts, 1,5 million de séries d'images, 70 millions d'images stockées et archivées, soit un volume de 40 To (tétra-octets), cinq consoles d'interprétation pour la radiologie standard, le scanner et l'IRM, deux consoles dédiées à la mammographie numérique, deux consoles dédiées respectivement au Pet-scan et à la médecine nucléaire, soit une dizaine de stations utilisées par les radiologues et les médecins nucléaires et 1.200 postes de travail (PC), soit l'ensemble du parc informatique de l'Institut Curie, capables de visualiser les images du Pacs./sl/ar

Partagez cet article

http://www.canyon.fr/
http://www.web100t.fr
http://www.capsuletech.fr/
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://bit.ly/VM-TIC_Sante-Avril-Mai2017
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Médecin Dim (H/F)

Franche-Comté
Les offres d'emploi
Agenda
Colloque Science et santé connectées
Le 24/10/2017
INNOV'inMED
Du 26/10/2017 au 27/10/2017
3ème colloque des objets connectés et applications de santé
Le 21/11/2017
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017