Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-identity-manager-solution-referentiel-agents-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=EIM
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
30/09/2016   Envoyer par mail Imprimer   1 commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Les éditeurs français de logiciels santé pâtissent encore d'un marché trop segmenté

PARIS, 30 septembre 2016 (TICsanté) - Peu d'éditeurs spécialisés dans les systèmes d'information de santé apparaissent en tête du "Top 250 des éditeurs de logiciels" publié par Syntec Numérique et Ernst&Young, du fait d'un marché encore "trop segmenté", a expliqué à TICsanté Jérôme Faggion, membre du comité Santé du Syntec et directeur du Business development chez Maincare solutions.

Publié le 14 septembre, le classement de cette sixième édition du "Top 250" est effectué sur la base du chiffre d'affaires de 383 éditeurs français. Il distingue les "éditeurs horizontaux" proposant une offre générale à toutes les entreprises, les "éditeurs sectoriels" ciblant un secteur particulier et les éditeurs s'adressant aux particuliers et aux éditeurs de jeux.

Ces résultats sont à prendre avec précaution puisque le classement des éditeurs sectoriels mélange plusieurs secteurs qui ne sont pas tous aussi avancés dans leur transformation numérique (banque, administration, industrie, transport, santé etc.), note-t-on.

L'éditeur Murex, spécialisé dans la gestion des risques sur les marchés financiers et classé 3ème des éditeurs sectoriels est ainsi mis sur le même plan que le groupe d'intérêt public (GIP) Midi Picardie informatique hospitalière (Mipih), classé 18ème ou Maincare solutions, classé 20ème.

Le classement mêle également des éditeurs sectoriels présents sur plusieurs secteurs tels que le groupe Cegedim (classé 4ème), GFI informatique (7ème) ou Berger-Levrault (8ème).

"Les systèmes d'information de santé pâtissent d'une histoire très éclatée à la fois au niveau international, ce que l'on développe dans un pays n'étant pas forcément valable dans un autre, et au niveau d'un même hôpital, selon le domaine fonctionnel couvert et le service concerné", a analysé Jérôme Faggion.

"Les projets en France sont trop petits et ne nous donnent pas les moyens d'investir sur le long terme", a-t-il jugé, tout en voyant dans la création des groupements hospitaliers de territoire (GHT) "une opportunité intéressante" de voir grandir ces marchés.

Les GHT, la logique de parcours de soins et la mise en place de plateformes territoriales d'appui (PTA) qui découlent de la loi santé promulguée en janvier dernier sont des évolutions que le comité santé du Syntec numérique suit de près. "Nous allons passer de la notion de systèmes d'information hospitaliers à celle de systèmes d'information de santé au sens large sur lesquels l'hôpital, la médecine de ville, les réseaux de santé viendront se connecter", a soutenu Jérôme Faggion.

"Demain les problématiques porteront moins sur l'interopérabilité entre de multiples systèmes d'information que sur la mise en place d'un système plus global et intégré qui, connecté aux autres, apportera plus de valeur ajoutée", a-t-il ajouté.

Ces évolutions impacteront directement les prestataires de services informatiques. "La taille de ces projets et le peu de temps dont disposent les équipes informatiques des établissements de santé fait qu'au-delà du produit logiciel, nous allons devoir apporter plus de services, notamment en termes d'intégration", a souligné Jérôme Faggion.

Selon lui, la technologie est aujourd'hui capable de répondre à cette demande et l'enjeu est surtout "organisationnel".

D'où la nécessité pour Jérôme Faggion de mettre l'accent sur le volet "conseil" de ces projets de transformation numérique. "Il y a encore trop peu de personnes cultivant à la fois une vision de moyen terme sur l'évolution du système de santé et des modèles d'organisation, et une bonne connaissance de ce que la technologie est capable d'apporter", a-t-il constaté.

Consulter le "Top 250 des éditeurs de logiciels français" publié par Syntec Numérique et Ernst&Young

rm/san

Partagez cet article

Rédigé par: hugues.dufey@cpage.fr  le 30/09/2016 à 8:43
Le titre de cet enquête n'est pas complet. Au lieu de s'appeler TOP 250 DES ÉDITEURS DE LOGICIELS FRANÇAIS il aurait fallu préciser TOP 250 DES ÉDITEURS DE LOGICIELS FRANÇAIS ADHERENTS A SYNTEC INFORMATIQUE. En effet tous les éditeurs n'adhérant pas à SYNTEC INFORMATIQUE n'y sont pas répertoriés. Si cela avait été le cas, CPAGE comme MIPIH (seul GIP dans cette liste) se situerait dans le premier quartile.
Haut de page
Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Médecin Dim (H/F)

Franche-Comté
Les offres d'emploi
Agenda
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017
Hacking Health Lyon
Du 01/12/2017 au 03/12/2017
Les Journées de l'achat hospitalier
Du 07/12/2017 au 08/12/2017
Journée régionale "Sécurité numérique en santé"
Le 07/12/2017