Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-patient-server-identifiant-patient-unique-etablissements-dun-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
24/01/2017   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

La Fondation Cognacq-Jay améliore la supervision du DPI avec Dynatrace

PARIS, 24 janvier 2017 (TICsanté) - Le déploiement des solutions de supervision de la performance applicative de Dynatrace au sein de deux établissements de santé de la Fondation Cognacq-Jay a permis d'améliorer la confiance des professionnels dans le dossier patient informatisé (DPI), a expliqué à TICsanté le directeur des systèmes d'information (DSI) de la fondation, André Zaphiratos.

Le déploiement des solutions Application monitoring* et UEM* de Dynatrace a eu lieu au cours de l'année 2016 à l'hôpital Cognacq-Jay à Paris et à l'hôpital Forcilles à Férolles-Attilly (Seine-et-Marne) avec de premiers retours à la fin de l'année jugés "excellents" par André Zaphiratos.

Le choix d'une solution de supervision de la performance du DPI dans les deux établissements fait suite à "des dysfonctionnements récurrents constatés dans l'applicatif métier, sans pour autant avoir d'explication sur la cause de ces incidents", a indiqué le DSI à TICsanté.

Si ces problèmes n'ont pas occasionné d'interruption de l'activité des professionnels de santé, ils ont "entretenu une défiance vis-à-vis de l'éditeur et une méfiance sur l'application", a-t-il poursuivi.

Dès lors, le DSI a testé en 2015 les solutions proposées par Dynatrace pour tracer les incidents applicatifs. "Notre outil permet la surveillance stratégique de systèmes organisés en silos, avec l'objectif de visualiser la performance des applications du point de vue de l'utilisateur", a expliqué un porte-parole de la société.

"Chaque clic des utilisateurs est tagué de bout en bout. Pour chacune des actions réalisées, nous pouvons savoir où et pourquoi un dysfonctionnement a eu lieu, qu'il s'agisse d'un problème sur le poste de travail de l'utilisateur, sur les serveurs et l'infrastructure informatique de l'établissement ou dans la ligne de code informatique de l'applicatif", a-t-il détaillé.

Cette "traçabilité" et "la finesse des informations récoltées" par Dynatrace offre de multiples avantages présentés par André Zaphiratos.

La supervision de la performance du DPI s'inscrit d'abord dans le cadre de la politique de sécurité des systèmes d'information de la Fondation Cognacq-Jay (PSSI) qui exige cette traçabilité des incidents.

Les outils Dynatrace génèrent un rapport journalier du fonctionnement du DPI et la publication d'un indicateur en temps réel de la performance de l'applicatif, envoyé au président de la commission médicale d'établissement (CME), aux directions des établissements, aux services informatiques et à l'éditeur du DPI.

Une information régulière et précise qui a permis de "diviser par deux le temps de réactivité de l'éditeur lorsqu'un problème est identifié sur la ligne de code du DPI", a témoigné André Zaphiratos.

Plusieurs éditeurs de logiciels métiers en santé comme les groupements d'intérêt public Midi Picardie informatique hospitalière (Mipih) et Cpage ont d'ailleurs contractualisé avec Dynatrace pour intégrer l'agent de supervision de performance applicative au sein de leurs propres solutions, a-t-on appris auprès du porte-parole de Dynatrace.

A la Fondation Cognacq-Jay, après une preuve du concept réalisée en 2015, André Zaphiratos a dû convaincre sa direction et la CME des établissements concernés pour déployer la solution. "C'est l'étape la plus difficile. Il a fallu sortir des considérations financières pour expliquer que le sujet majeur était celui de la confiance dans l'utilisation du DPI", a-t-il noté.

Une fois approuvé, le déploiement des outils Dynatrace s'est déroulé "très rapidement" et "sans rupture d'activité", a-t-il poursuivi. L'objectif est aujourd'hui d'"être en capacité de les proposer aux autres établissements de la fondation courant 2017", a-t-il ajouté.

Concernant la politique tarifaire de Dynatrace, un porte-parole a estimé le coût des outils de supervision des applicatifs entre "2% et 3% du coût du DPI". Le prix varie en fonction des applicatifs supervisés et du nombre de postes de travail concernés.

rm/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://www.capsuletech.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/recrutement/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Université des "Data Protection Officer" (DPO)
Le 24/01/2018
Les 5èmes Rencontres santé de Nice
Du 29/03/2018 au 30/03/2018
6ème congrès national de la sécurité des SI de santé
Du 03/04/2018 au 05/04/2018