Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
18/01/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

L'AP-HP ouvre une plateforme d'évaluation et d'analyse scientifique des objets connectés de santé

PARIS, 18 janvier 2018 (TICsanté) - L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé le 10 janvier la création de "la première plateforme d'évaluation et d'analyse des objets connectés en santé", intitulée "Digital Medical Hub" (DMH), avec le soutien de plusieurs acteurs privés, publics et institutionnels.

Créée à l'hôpital Bichat-Claude Bernard en partenariat avec la Fondation de l'AP-HP pour la recherche et avec le soutien du laboratoire MSD France et de la Fondation du Souffle, cette plateforme entend "se positionner comme un centre de référence pour le développement et la validation clinique" des objets connectés de santé et de leurs applications mobiles, a indiqué l'AP-HP dans un communiqué de presse.

Elle est placée au sein du département de physiologie-explorations fonctionnelles de l'hôpital Bichat, sous le pilotage du Pr Marie-Pia d'Ortho, cheffe de service et professeur à l'université Paris-Diderot.

Le DMH réunit un consortium de scientifiques, parmi lesquels des représentants de l'Institut national de recherche en informatique et automatique (Inria) et des unités de formation et de recherche (UFR) Médecine et Etudes psychanalytiques de l'université Paris-Diderot.

Il s'adresse aux promoteurs académiques et industriels d'objets connectés et applications mobiles de santé. "Le développement et la validation des appareils connectés de santé sont structurés par une approche multidisciplinaire comportant l'évaluation des usages et représentations, ainsi qu'un volet pédagogique", a précisé l'AP-HP.

"A l'heure où des travaux sérieux sont menés sur l'usage des objets connectés en santé et dont on attend les premiers résultats concrets, cette plateforme d'évaluation […] va faciliter et fiabiliser le déploiement des services de santé connectée en évaluant leur potentiel médical, leur fiabilité, leur acceptabilité sociale et leur viabilité économique", a expliqué le Pr Marie-Pia d'Ortho, citée dans le communiqué de l'AP-HP.

Les recherches du DMH porteront sur quatre thématiques:

  • l'évaluation et la validation clinique des objets connectés de santé et de leurs applications mobiles
  • la stratégie d'intégration des nouvelles technologies dans le parcours des soins
  • la valorisation et le transfert des nouvelles technologies en santé
  • l'enseignement et la formation en santé numérique des générations actuelles et futures.

Première étude clinique sur le suivi des transplantés pulmonaires

Le DMH va démarrer en janvier 2018 sa première étude clinique portant sur l'évaluation sur deux ans de la qualité des objets connectés de santé pour le suivi des patients transplantés pulmonaires à l'hôpital Bichat.

Intitulée "Eole-Val", cette étude portée par le pneumologue Gabriel Thabut s'appuie sur un partenariat avec Docapost, filiale du groupe La Poste qui fournit un "espace numérique de santé" agrégeant les données générées par différents objets connectés (voir dépêche du 8 janvier 2017).

Il s'agit de suivre 25 patients transplantés pulmonaires auxquels seront confiés trois objets connectés: le thermomètre patch Tucky* (e-TakesCare), le spiromètre SmartOne (MIR) et la montre d'oxymétrie de pouls de la société Oxitone.

L'ensemble des dispositifs est relié à une application mobile pour le suivi à distance des patients. L'application permet d'organiser le circuit de collecte en temps réel des données mesurées par les capteurs connectés, de soumettre aux patients des questionnaires sur leur état de santé et de mesurer leur observance.

"L'objectif est de proposer une méthode de prédiction précoce et en temps réel -"on line"- des évènements redoutés (comme l'infection ou le rejet dans le cas de la transplantation", a indiqué l'AP-HP. Elle a ajouté "envisager" l'extension du projet aux transplantés cardiaques.

Parmi les autres projets cités par l'AP-HP qui pourraient faire l'objet d'une étude au sein du DMH figurent les applications mobile et dispositifs connectés pour le sommeil, le suivi de la femme enceinte, ou le télésuivi de patients sous respirateur.

rm/ab/

Partagez cet article

http://bit.ly/vmpourtous
http://www.experiencepatient.fr/barometre
Les dépêches liées à cette information
https://www.sf-telemed.org/accueil.html
https://www.groupepsih.com/
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription