Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-situation-sanitaire-exceptionnelle.html?utm_source=ticsant%C3%A9&utm_medium=banner&utm_campaign=plan_blanc&utm_term=plan%20blanc%2C%20surycat
http://synapse.fujifilm.eu/fr/
11/07/2017   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Patients et professionnels de santé inégaux face aux outils de la santé connectée (étude Updocs)

CASTRES, 11 juillet 2017 (TICsanté) - Les résultats intermédiaires d'une étude sur l'utilisabilité des dispositifs de santé connectée présentés par le Lab e-santé lors de la 11e université d'été de l'e-santé à Castres révèlent un écart important entre la vision des patients et celle des professionnels de santé.

L'étude Updocs (Usage et partage des données issues des objets connectés de santé) a été lancée en septembre 2016 par le Lab e-santé, groupe de réflexion associant entreprises de santé, patients, accompagnants, professionnels de santé, prestataires de services et institutionnels.

Elle consiste à mettre à disposition des professionnels de santé de plusieurs centres investigateurs (maisons de santé pluridisciplinaires, centres de soins, pharmacies) la solution de suivi des données de santé sur iPad Virtual Santé*, et un ensemble d'objets connectés de la marque Terraillon* (balance, bracelet tracker d'activité, auto-tensiomètre) à attribuer à des patients.

Ces objets connectés envoient les informations collectées sur une plateforme de recueil des données fournie par le groupe santé Tactio, l'hébergement étant assuré par Claranet. Les professionnels de santé peuvent ensuite consulter les données des patients en créant un compte sur Virtual Santé*.

Les patients éligibles à l'étude devaient présenter un excès pondéral (indice de masse corporelle supérieur à 28), une hypertension artérielle ou une grossesse à risque, et disposer d'un smartphone ou d'une tablette.

L'objectif de l'étude est de déterminer "les freins et les moteurs à l'adoption de la santé connectée par les professionnels de santé", d'évaluer "les usages réels de ces technologies" et les profils des professionnels qui y trouvent un bénéfice, et de savoir si les maisons de santé pluridisciplinaires constituent un "terrain favorable" à l'adoption de ces nouveaux dispositifs, a expliqué le Lab e-santé.

La phase initiale qui s'est terminée en janvier dernier a permis d'identifier les centres investigateurs et en leur sein, 40 professionnels de santé participants, et de remettre à 112 patients inclus dans l'étude des objets connectés de santé.

Les résultats intermédiaires présentés à Castres sont issus des réponses de patients et de professionnels de santé à un questionnaire "SUS" (System Usability Scale) déterminant le niveau d'utilisabilité du dispositif proposé par une note allant de 0 à 100 (100 représentant l'utilisabilité la plus forte).

Ce questionnaire a été soumis aux patients et professionnels 7 jours après leur inclusion dans l'étude et la découverte du dispositif proposé.

Il en ressort un score moyen d'utilisabilité chez les patients supérieur de plus de 11 points à celui des professionnels de santé (67,4 contre 56,3).

La disparité des scores enregistrés par les patients est toutefois plus forte, variant de 35 à 100/100, alors que les notes des professionnels de santé fluctuent entre 40 et 72,5/100.

"De fait et bien que le dispositif proposé soit déjà largement employé et utilisé, qu'il s'agisse des applications Taction ou des objets connectés Terraillon*, il semble nécessaire de proposer un accompagnement adapté à chaque situation", a noté Frédéric Faurennes, président de Virtual Care.

Des témoignages de participants à l'étude Updocs présentés à Castres ont fourni un début de réponse aux freins rencontrés dans l'adoption des produits de santé connectée.

Pour Damien Nicolini, infirmier et référent de la maison de santé de Corbeil-Essonnes (Essonne), "le plus complexe est de faire changer les habitudes des professionnels de santé et de mobiliser le temps nécessaire au démarrage de l'étude". "Avec la pratique, les réglages initiaux effectués avec les patients deviennent plus rapides", a-t-il nuancé, soulignant la "grande satisfaction" suscitée par l'étude.

L'étude Updocs doit se poursuivre jusqu'à la fin de l'été, pour une présentation des résultats définitifs à l'automne 2017.

Les résultats intermédiaires sont disponibles sur le site du Lab e-santé.

rm/ab

Partagez cet article

http://www.canyon.fr/
Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://www.capsuletech.fr/
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://bit.ly/VM-TIC_Sante-Avril-Mai2017
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Colloque Science et santé connectées
Le 24/10/2017
INNOV'inMED
Du 26/10/2017 au 27/10/2017
3ème colloque des objets connectés et applications de santé
Le 21/11/2017
6èmes Journées du Mipih
Du 29/11/2017 au 30/11/2017
3ème colloque sécurité des SI en établissements sanitaires et médico-sociaux
Le 29/11/2017