Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://inovelan.fr/santnetbox/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
19/10/2017   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Objets connectés: 8 Français sur 10 prêts à être équipés pour suivre leur maladie chronique (enquête Unicancer)

MONTPELLIER, 19 octobre 2017 (TICsanté) - Huit Français sur 10 accepteraient d'être équipés d'objets connectés pour le suivi de leur maladie chronique, selon une enquête Odoxa réalisée pour Unicancer en partenariat avec Sham, et présentée le 10 octobre lors de la convention nationale des centres de lutte contre le cancer (CLCC) à Montpellier.

"Nous assistons bien à une révolution en marche, non seulement sur le plan technologique, mais aussi sur l'éveil des consciences", a noté le président d'Odoxa, Gaël Sliman, dans la synthèse détaillée des principaux résultats de l'étude*.

Lors de l'édition 2015 du baromètre santé 360 Odoxa, les patients opposés à être équipés d'objets connectés représentaient 30% de l'échantillon interrogé, contre 18% dans l'enquête présentée le 10 octobre.

Les Français sont également plus nombreux en 2017 à considérer que la santé connectée est une opportunité pour améliorer la prévention (82%, contre 78% en 2015), et pour la qualité des soins (76% contre 67% en 2015).

"Sur ces questions, les Français ont donc évolué très rapidement, et sans doute beaucoup plus rapidement que leurs médecins ne l'imaginaient", a noté Gaël Sliman, faisant référence aux 27% de médecins à estimer, dans le baromètre réalisé en 2015, que les patients accepteraient d'être équipés d'objets connectés.

Autre conséquence, les nouvelles technologies ont bouleversé aussi le rôle du patient.

Désormais, 1 Français sur 2 considère que le patient doit absolument être un acteur du traitement de sa maladie alors qu'ils étaient encore une large majorité (54% contre 43%) il y a 2 ans à penser qu'ils devaient laisser faire le médecin.

A l'inverse, il y a 2 ans, les médecins étaient déjà une majorité écrasante à 72% à revendiquer cette plus forte implication du patient dans le traitement de sa maladie et à ne pas approuver qu'ils seraient les seuls, eux médecins, à savoir et à décider.

"Le rôle du patient évolue, il est plus que jamais connecté et il veut être acteur de sa prise en charge ! La cancérologie française doit évoluer pour intégrer les progrès de la recherche, les nouvelles attentes des patients, la e-santé, l'ambulatoire. L'expertise des CLCC dans ces domaines peut bénéficier à tous", a commenté le Pr Viens, président d'Unicancer.

Les CLCC investissent en effet dans des équipements de pointe, lancent des essais cliniques innovants et continuent de compléter leur offre de service et en particulier des programmes de suivi à distance.

Une vingtaine d'exemples au fil des centres sont notamment présentés dans le rapport d'activité d'Unicancer, a rappelé la fédération.

Les résultats détaillés de l'enquête Odoxa pour Unicancer

*Enquête réalisée les 20 et 21 septembre 2017 auprès d'un échantillon de 1.020 Français, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

rm-vl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://bit.ly/vmpourtous
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Développeur Java (H/F)

Île-de-France
Les offres d'emploi
Agenda
Symposium "Aide à la décision clinique, IA et big data à l'hôpital"
Le 11/12/2018
Conférence "Value Based Health Care in the Digital Era"
Le 18/12/2018
Consumer Electronic Show 2019
Du 08/01/2019 au 11/01/2019
Hacking Health Camp 2019
Du 22/03/2019 au 24/03/2019
7ème Congrès national de l'Apssis
Du 02/04/2019 au 04/04/2019