https://vieviewer.com/
https://openbi.org/covid19-suivi-du-covid-19/

Systèmes d'information

Gare à la multiplicité des objets connectés dans les "hôpitaux intelligents"

0 269

VILLEJUIF (Val-de-Marne), 5 juillet 2017 (TICsanté) - L'objectif de faire des établissements de santé des "hôpitaux connectés et intelligents" grâce au déploiement d'objets connectés (ou internet des objets, IoT) ne doit pas conduire à "l'internet du trop d'objets", a prévenu le 14 juin Ana Cunha Cribellier de la société de conseil et d'ingénierie Deerns lors des journées d'études et de formation des Ingénieurs hospitaliers de France (IHF).

Les solutions qui permettent de rendre l'hôpital "intelligent", reposant sur le déploiement de capteurs et de réseaux de communications au sein d'un établissement, "font de plus en plus appel à des objets connectés qui ne sont pas tous forcément bien intégrés", a constaté Ana Cunha Cribellier, spécialiste de la gestion immobilière chez Deerns.

"On se retrouve avec beaucoup de solutions isolées, installées sur des réseaux différents et pas forcément communicantes", a-t-elle détaillé.

Cela conduit à la multiplication des applications et des interfaces utilisées par les usagers de l'hôpital, qu'ils soient patients, professionnels de santé ou membres des équipes d'exploitation et de management, et à un potentiel plus important de failles de sécurité.

"Lorsqu'on veut construire un bâtiment intelligent, on a tendance d'abord à penser à la technologie qu'il faudra y intégrer. Mais il faut se poser la question autrement: pourquoi veut-on rendre l'hôpital intelligent ? Pour rendre quels services ?", a poursuivi Ana Cunha Cribellier.

Elle a cité les fonctionnalités offertes par l'IoT à l'hôpital, comme la géolocalisation des patients et des professionnels, la gestion des lumières, des systèmes de ventilation et de chauffage en fonction de l'occupation des bâtiments, ou encore la gestion en temps réel des actifs de l'établissement.

"On n'a pas besoin d'un bâtiment rempli de gadgets, mais d'un hôpital qui devienne une forme d'assistant personnel pour ses occupants", a-t-elle appuyé.

Pour cela, il est nécessaire, avant de faire le choix d'une technologie, d'identifier les besoins exprimés par les usagers. "Quels usagers pour quels usages ? C'est la bonne question à poser pour rendre l'hôpital intelligent", a relevé Ana Cunha Cribellier.

Elle a insisté à plusieurs reprises sur la nécessité d'arriver à "une seule interface utilisateur" fonctionnant sur "un réseau sécurisé unique" avec des applications interopérables.

"A la vitesse où va l'évolution des technologies, il faut concevoir des systèmes suffisamment ouverts et standardisés pour pouvoir à l'avenir installer de nouvelles applications qui n'auraient pas été pensées aujourd'hui", a-t-elle précisé.

Cela peut passer en pratique par la mise en place de capteurs à différents endroits du bâtiment, dialoguant entre eux par bluetooth, pour éviter de saturer le réseau wifi de l'hôpital, et associés à une plateforme cloud qui centralise les informations, a-t-elle illustré.

Dans tous les cas, les notions de mutualisation et d'interopérabilité doivent sous-tendre l'objectif de rendre l'hôpital connecté et intelligent.

S'adressant aux ingénieurs hospitaliers présents au colloque, Ana Cunha Cribellier les a incité à "devenir un peu geeks, ou en tout cas à comprendre le monde geek" pour pouvoir "concevoir des solutions globales et flexibles".

rm/sl/ab

La Rédaction
redaction@ticsante.com

https://www.sanofi.fr/fr/nous-contacter

Acteurs

Un référentiel et une "matrice servicielle" pour aider à concevoir l'hôpital numérique

VILLEJUIF (Val-de-Marne) (TICsanté) - L'association Smart Building Alliance (SBA) a présenté lors des 59es Journées des Ingénieurs hospitaliers de France (IHF) un référentiel "Ready to Services" (R2S) et une "matrice servicielle" visant à aider les chefs d'établissement et les professionnels du bâtiment à concevoir l'hôpital numérique.

0 451

Systèmes d'information

GHU Paris psychiatrie & neurosciences: la convergence des SI comme levier de la fusion

PARIS (TICsanté) - Cinq mois après la naissance du groupe hospitalier universitaire (GHU) Paris psychiatrie & neurosciences, Stéphane Pierrefitte et Thomas Legras, responsables de la nouvelle direction des systèmes d'information (DSI) sont revenus sur "le succès de la convergence des systèmes d’information (SI) des trois établissements fusionnés", étape clé de la création du GHU.

0 662

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 3 =
http://www.canyon.fr/
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-et-situation-sanitaire-exceptionnelle-sse

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • HealthTech Innovation Days

    Du 22/06/2020 au 23/06/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 13/04/2021