Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/enovacom-patient-server-identifiant-patient-unique-etablissements-dun-ght.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banner
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/lettre-de-liaison-J-0?cid=7010W000001yqSLQAY&ls=website&rs=tiscante&offer=TAT_Compliance&ot=eBook
10/03/2016   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Enovacom se positionne en "juge de paix" de la convergence des SI dans les GHT

PARIS, 10 mars 2016 (TICsanté) - Mettant en avant son expertise en termes d'interopérabilité et de sécurisation des données, l'éditeur Enovacom se veut "facilitateur" et "juge de paix" de la convergence des systèmes d'information (SI) prévue dans le cadre de la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT), ont expliqué à TICsanté des membres de sa direction.

Fournisseur de la plateforme d'interopérabilité Enovacom suite V2 et de solutions de gestion des identités, l'éditeur Enovacom entend bien tirer son épingle du jeu de la convergence des SI dans les futurs GHT, qui doit être opérationnelle d'ici 2020 selon un avant-projet de décret d'application de la loi "de modernisation de notre système de santé" récemment soumis à consultation (voir dépêche du 12 février 2016).

Riche d'un portefeuille de près de 1.500 clients parmi les établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, l'entreprise compte profiter de son implantation pour accompagner cette convergence des systèmes d'information.

"Nous souhaitons être des facilitateurs de la convergence en garantissant l'interopérabilité des SI, en apportant conseils et accompagnement aux établissements de santé", a indiqué à TICsanté Sophie White, directrice marketing et communication d'Enovacom.

Se présentant comme un "fournisseur de middleware applicatif permettant de mettre en place l'ossature de base qui contribue à l'intégration des systèmes d'information et à leur sécurisation", Enovacom met en avant l'interopérabilité comme une étape essentielle du schéma de convergence des SI.

L'entreprise a notamment publié un guide intitulé "les sept péchés capitaux de l'interopérabilité" pour sensibiliser les responsables informatiques du secteur de la santé.

"Plutôt que de s'engager dans un big-bang coûteux en changeant l'intégralité de leurs applications, les établissements de santé ont intérêt à voir dans un premier temps l'interopérabilité comme un moyen d'échanger des flux d'informations entre différentes structures tout en conservant leurs parcs logiciels actuels", a expliqué François Decourcelle, responsable de l'offre interopérabilité d'Enovacom.

Il indique avoir déjà été sollicité par les établissements de "cinq ou six futurs GHT" pour apporter son expertise en préfiguration de la convergence des périmètres fonctionnels des SI.

"Nous ne sommes pas là pour faire des arbitrages à la place des établissements, mais nous pouvons les aider à anticiper l'impact de tel ou tel choix de mutualisation, qu'il s'agisse de la gestion administrative du malade [GAM], du dossier patient informatisé [DPI] ou des laboratoires de biologie", a détaillé François Decourcelle.

PARTENARIATS AVEC LES ÉDITEURS

Au-delà de ce dialogue avec les établissements, Enovacom développe aussi une "culture de partenariats" avec les éditeurs de logiciels métiers pour garantir leur interfaçage au sein des SI.

"Nous côtoyons 90% des éditeurs du marché français et avons développé une position de 'juge de paix' qui sécurise les établissements de santé en leur assurant que leurs différents éditeurs métiers travaillent ensemble et s'entendent", a défendu Sophie White.

Ces partenariats permettent à l'entreprise d'afficher une bibliothèque de plus de 1.600 interfaces entre plus de 350 logiciels différents qui constitue pour François Decourcelle "le fonds de commerce d'Enovacom".

"Sur les fédérations d'identité dans les futurs GHT, nous sommes à la fois sollicités par les établissements et par les éditeurs qui sont demandeurs de solutions d'interopérabilité et de référentiels", a-t-il ajouté.

Créée en 2002, la société Enovacom réunit plus de 110 collaborateurs dans cinq pays et affiche un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros en 2015.

Elle a déjà contribué à la convergence des SI dans différents rapprochements hospitaliers tels que celui du groupement hospitalier Paris-Saint-Joseph (GHPSJ) et de l'hôpital Léopold Bellan à Paris, ou de la fusion entre le centre hospitalier Jean Monnet d'Epinal et celui de Golbey dans les Vosges.

Enovacom est également partie prenante de plusieurs projets territoriaux nécessitant des échanges d'informations médicales entre des professionnels de santé comme le projet Albiom en Alsace (voir dépêche du 8 septembre 2015) et le projet Pascaline en Rhône-Alpes, retenu dans le cadre du programme Territoire de soins numérique (voir dépêche du 7 décembre 2015).

rm/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://www.capsuletech.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/recrutement/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres

Solution Manager (H/F)

Île-de-France



Les offres d'emploi
Agenda
Université des "Data Protection Officer" (DPO)
Le 24/01/2018
Les 5èmes Rencontres santé de Nice
Du 29/03/2018 au 30/03/2018
6ème congrès national de la sécurité des SI de santé
Du 03/04/2018 au 05/04/2018