Un service proposé par APM International
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
https://inovelan.fr/santnetbox/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
15/06/2018   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Doctolib poursuit sa croissance exponentielle en attendant la rentabilité

(Par Youness BOUSENNA)

PARIS, 15 juin 2018 (TICsanté) - Doctolib entend renforcer sa position dans les services aux professionnels de santé en doublant en 2018 le nombre d'adhérents grâce notamment à des investissements en ressources humaines, a expliqué son fondateur et président, Stanislas Niox-Chateau, dans un entretien à APMnews (site du groupe d'information APM International, dont fait partie TICsanté), le 28 mai.

La société créée fin 2013, qui développe à la fois une plateforme de prise de rendez-vous médicaux en ligne et un logiciel de gestion de la patientèle pour les professionnels de santé libéraux (au prix fixe de 109 euros par mois), connaît une phase de croissance exponentielle.

Alors qu'elle était utilisée par 19.000 professionnels de santé pour 8,2 millions de visites par mois il y a un an, 45.000 médecins (dont 2.000 en Allemagne) l'utilisent aujourd'hui, pour 16 millions de visiteurs par mois. Le nombre d'adhérents devrait plus que doubler sur l'exercice 2018 pour atteindre "un peu plus de 80.000 en fin d'année", a indiqué Stanislas Niox-Chateau.

Doctolib est aussi présent dans 1.000 établissements de santé, contre la moitié il y a un an. Il a notamment déployé son service dans les établissements de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), au sein du groupe de cliniques privées Ramsay-Générale de santé, au CHU de Nancy et dans les centres de santé franciliens de la Croix-Rouge française. La société a annoncé mardi l'équipement du CHU de Rouen.

Cette croissance a été nourrie par la levée de 26 millions puis 35 millions d'euros en 2017, soit "la plus grande levée de fonds de l'année" dans l'e-santé (voir dépêche du 29 novembre 2017) ce qui a permis un investissement dans les ressources humaines. L'effectif de la société, qui était de 325 personnes en avril 2017, atteint à présent 450 salariés (250 au siège à Paris et 200 sur le terrain). Il dépassera 600 fin 2018.

Le fondateur de Doctolib a fait valoir une vision "de long terme, à 10 ou 15 ans". "On est au tout début de ce qu'on pourrait faire", a-t-il affirmé. Il a indiqué qu'en conséquence des investissements, la société affichait toujours une perte nette. Le résultat net sera positif "dans quelques années", a-t-il déclaré, sans souhaiter donner plus de précisions.

L'objectif de Doctolib est d'"élargir la communauté des professionnels de santé": si la prise de rendez-vous en ligne offre une large visibilité à la marque, elle ne représente que 5% de son activité. La prise de rendez-vous n'est qu'un "moyen", mais ce n'est pas "notre statut, notre objet, notre vision", a réagi Stanislas Niox-Chateau.

Recrutement de techniciens

"C'est une activité purement marketing juste reprise par les médias, mais nous ne communiquons jamais sur cela", a-t-il ajouté, soulignant que le coeur de la société est d'améliorer son "logiciel de gestion de cabinet, de gestion de patientèle, d'expérience patient".

"On a une cinquantaine de personnes dans l'équipe technique, et nous allons la quadrupler dans les trois prochaines années avec pour objectif d'aller loin dans les services, les usages pour faire les cabinets et les hôpitaux de demain", a aussi expliqué le dirigeant.

Plusieurs nouveautés seront lancées en la matière cette année, comme un "check-in" réalisé par le patient avant la consultation (et non pas pendant, par le professionnel de santé), ce qui permettra un gain de temps. Le président de Doctolib a aussi évoqué, sans souhaiter en dire plus, des actions sur la téléconsultation via des partenariats.

Du côté des établissements de santé, un investissement de la société sur l'optimisation de l'outil et l'interopérabilité entre les systèmes d'information est aussi en cours.

Doctolib a recruté en avril la directrice d'hôpital Ariane de Carheil au poste de responsable des relations institutionnelles avec les hôpitaux, rappelle-t-on (voir brève du 30 avril 2018).

Ce recrutement vise à accélérer l'ambition de "transformation" numérique des hôpitaux, a précisé Stanislas Niox-Chateau.

La Bourse, peut-être un jour

Le dirigeant a indiqué qu'il n'y aurait pas de nouvelles augmentations de capital à court terme car le total de 85 millions d'euros levés depuis la création de la société suffit pour plusieurs années. "On a envie d'aller vite", a-t-il dit pour expliquer le fort volume de numéraire levé.

Interrogé sur une potentielle introduction en Bourse, il a répondu que Doctolib n'en a "pas besoin" et que cela "peut être un objectif, mais pas à court terme". Le dirigeant a également fait savoir que des propositions de rachat élevées lui sont parvenues, mais qu'une cession n'est pas souhaitée.

A ce jour, le capital de Doctolib est "majoritairement" détenu par les fondateurs et leurs proches et trois actionnaires ont des parts minoritaires: Bpifrance ainsi que les fonds Accel Partners et Eurazeo.

yb/ab/

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://bit.ly/vmpourtous
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Conférence "Value Based Health Care in the Digital Era"
Le 18/12/2018
Consumer Electronic Show 2019
Du 08/01/2019 au 11/01/2019
Hacking Health Camp 2019
Du 22/03/2019 au 24/03/2019
7ème Congrès national de l'Apssis
Du 02/04/2019 au 04/04/2019
2e Forum Derm@to Connecté
Le 17/05/2019